Analyses | 11 novembre 2019

Zineb, une icône de la liberté

De GlobalGeoNews GGN
min

La Sénatrice du Val d'Oise Jacqueline Eustache-Brinio appelle à soutenir sans faille Zineb El Rhazoui, victime de la fureur islamiste. S’en prendre à Zineb, dit-elle avec raison, c’est s’en prendre à la France.

Nous connaissons tous Zineb El Rhazoui. Nous connaissons tous sa liberté de ton et d’esprit si française. Nous connaissons tous son courage face à la violence barbare qui ressurgit dans notre société. Nous connaissons tous son dévouement au service des valeurs les plus fondamentales de la République française.

Au cours des dernières années, Zineb a porté sans relâche la voix d’une France libre et fière de l’être. Notre République a trouvé en elle le plus ardent de ses soutiens, l’étendard de son combat universaliste pour la liberté, pour la liberté de la presse, pour l’égalité, pour la fraternité, pour la laïcité. Rescapée de Charlie Hebdo, elle vit depuis près de cinq ans dans une atmosphère terrifiante, sous protection policière, face aux menaces de mort qui déferlent sans répit à son encontre, sans jamais rien céder au fanatisme et à la haine.

Mais, aujourd’hui, Zineb a besoin de nous.

Ces dernières semaines ont été particulièrement éprouvantes pour elle. Placée sous les feux de l’actualité du fait des convulsions récentes de l’islam politique, Zineb subit actuellement un lynchage quotidien. Un déluge d’insultes, d’injures et de menaces de mort pleuvent sur sa famille et sur elle via les réseaux sociaux chaque minute. Des imprécations parfois très explicites qu’une République forte ne peut pas tolérer. Récemment encore, le rappeur « Booba », relayé par une partie de la jeunesse radicale, a appelé à la haine et à la violence à l’endroit de cette femme courageuse dont le seul crime est d’avoir placé le combat contre l’obscurantisme et pour les principes républicains au cœur de son engagement.

Zineb est devenue, au fil des années, la porte-parole de la majorité silencieuse, qui n’a d’autre choix que de taire son refus de la soumission à l’islam radical et à ses symboles pour éviter de déclencher la vindicte médiatique et la qualification systématique d’islamophobie.

S’en prendre à Zineb, c’est s’en prendre à cette majorité. C’est s’en prendre à la France. Ce que les islamistes combattent, ça n’est pas seulement l’égalité entre les hommes et les femmes, ça n’est pas seulement la laïcité, ça n’est pas seulement la liberté d’expression : c’est la France, cette France qu’incarne si bien Zineb.

Notre pays doit désormais cesser de se soumettre, clamer son indignation et protéger ses défenseurs. Grâce à Zineb, ceux qui constituent les plus grandes menaces à la sécurité intérieure de la France se démasquent en la martyrisant publiquement sur les réseaux sociaux, jusqu’alors en toute impunité. Il appartient maintenant à la Justice française de se saisir de cette opportunité de les pourchasser implacablement et de leur infliger les sanctions mémorables auxquelles ils ont trop longtemps échappé.

Nous tous, citoyens français, crions notre colère et notre soutien inflexible et inaltérable à Zineb. Nous souhaitons qu’elle poursuive son combat salvateur pour nos droits, nos valeurs et notre pays. Nous souhaitons qu’elle continue de porter notre voix toujours plus haut et toujours plus fort. Et nous souhaitons qu’elle puisse le faire sous la protection absolue et permanente de la Justice et de la France.

Aujourd’hui, plus que jamais, nous sommes tous Zineb.

 

12/11/2019 - Toute reproduction interdite


Un homme tient un crayon géant alors qu'il participe à une marche de solidarité de centaines de milliers de citoyens français (Marche Républicaine) dans les rues de Paris le 11 janvier 2015.
Stephane Mahe/Reuters
De GlobalGeoNews GGN

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don