Jason Chicandier incarne un vrai-faux mauvais esprit exutoire très français, où la liberté et l'insolence sont érigées au rang de valeurs cardinales. Une France qui rit (et qui boit !). Une France qui vit. L'antidote idéal à la vrai-fausse bien-pensance.

La chronique d'Olivier Amiel

Il y a trois ans, quand Laurent Regairaz, diplômé notaire et juriste travaillant dans le secteur du logement social, publie une vidéo intitulée gracieusement « Enculé de banquier », il est immédiatement viré par son employeur dont l’actionnaire majoritaire est… une banque ! Il endosse aussitôt le rôle – plus ou moins de composition ? – de Jason Chicandier.

Ses courtes vidéos sur Internet deviennent virales, il joue son personnage de bon vivant au théâtre, obtient un rôle dans le prochain film Astérix & Obélix réalisé par Guillaume Canet, et produit sa propre émission L’Addiction s’il vous plaît ?! dans laquelle il reçoit un invité pour discuter en buvant – beaucoup, vraiment beaucoup – tout ce qui passe.

Ça fleure bon – mais sans mélancolie – la France des films de Claude Sautet des années soixante-dix. Les longs déjeuners avec le rouge qui tache les nappes à carreaux, les demis de bière au bistrot du coin, les balades en voiture diesel sans ceinture de sécurité et la clope au bec.

Bien entendu il s’agit d’un mode de vie dangereux et inconscient, plus vraiment adapté à une époque qui veut – pour notre « bien » – tout sécuriser, aseptiser, contrôler.

Bien entendu, il s’agit aussi d’un mode de vie très masculin, limite machiste, qui n’a plus trop la cote dans un monde qui confond féminisme et misandrie.

Et pourtant : qu’est-ce que c’est bon d’écouter et de regarder le Chicandier à l’œuvre ! Il y a dans ses chroniques un mauvais esprit exutoire. C’est le défoulement de l’apéro entre copains jusqu’à se rendre, selon son expression, « bleu métal »… C’est le retour de la poésie du comptoir alors que les zincs traditionnels sont remplacés par des bars branchés servant des lattés, ou pire, des faux zincs traditionnels...

Potache et rabelaisien

À l’inverse, chez Chicandier, tout sonne vrai (le panache de la bifurcation professionnelle du bonhomme vient en témoigner). Quand il boit des verres avec ses invités, on sent bien le naturel…

Il y a aussi chez lui un amour du populaire, du vrai, sans artifice. On le trouve vulgaire alors que c’est potache et rabelaisien. C’est la France de Belmondo avant… l’hommage aux Invalides ; c’est la France de Louis de Funès avant… que ses films soient diffusés à la cinémathèque ; c’est la France de Depardieu avant… et toujours !

Il paraît que cela taquine Laurent Regairaz d’écrire un livre. Ce ne serait pas idiot, compte tenu des textes qu’il publie déjà sur Internet. On y sent déjà la description, dans un style assez Houellebecquien – en bien plus rigolard –, du monde de l’entreprise, de la France périphérique et de la province.

S’il devait prendre la plume, je souhaiterais une possible filiation – très osée, je sais – avec Christian Millau, dont un bel ouvrage collectif de portraits croisés - dirigé par François Jonquères - vient d’être publié (Christian Millau, une vie au galop, Éditions du Rocher). Deux salles, deux ambiances, certes, mais le même bec fin défenseur du goût, de la liberté et de l’insolence. La même horreur de la bien-pensance. Alors oui, à la différence de Christian Millau, on ne peut pas dire que Chicandier traîne ses guêtres avec des « Hussards », mais on trouve déjà une belle bande de « Seigneurs » ; et puis le créateur du concept de la Nouvelle cuisine n’a t’il pas commencé sur le tard sa troisième vie d’écrivain ?

Olivier Amiel est avocat, docteur en droit de la faculté d’Aix-en-Provence. Sa thèse « Le financement public du cinéma dans l’Union européenne » est publiée à la LGDJ. Il a enseigné en France et à l’université internationale Senghor d’Alexandrie. Il est l’auteur de l’essai « Voir le pire. L’altérité dans l’œuvre de Bret Easton Ellis » et du roman « Les petites souris », publiés aux éditions Les Presses Littéraires en 2021.

03/12/2021 - Toute reproduction interdite


L'Addiction s'il vous plaît ?! - Saison 2 / Épisode 1 par Jason Chicandier
© Capture d'écran YouTube
De Olivier Amiel