Iliana Hernández Cardosa est assignée à résidence à La Havane depuis près de quatre ans. Elle est placée sous constante surveillance policière, et empêchée de voyager pour « raison d’État ».

Journaliste pour le média en ligne CiberCuba Noticias, l'activiste paye en fait son opposition au régime, et ses constantes interventions sur les réseaux sociaux pour dénoncer les dérives autoritaires de ce qu'elle désigne - à juste titre - comme la « dictature communiste ».

Iliana Hernández Cardosa est cubaine. Mais elle est également de nationalité espagnole. Pourtant, ni l’État espagnol ni les institutions européennes ne se soucient de son sort, et de cette privation de liberté.

La journaliste persiste, et reste l'une des grandes voix pour la liberté à Cuba. Mais une voix que le régime castriste veut faire taire, notamment depuis les protestations du 11 juillet 2021, au cours desquelles des milliers de manifestants sont descendus dans les rues d'une douzaine de villes du pays. Des manifestations sévèrement réprimées par le gouvernement du président Miguel Diaz Canel. Six-cents personnes sont toujours en prison pour avoir osé défiler - pacifiquement - contre un régime à bout de souffle, 63 ans après la révolution conduite par Fidel Castro.

La répression se traduit aussi par un contrôle renforcé sur les dissidents et opposants, comme sur leurs familles. En dépit des menaces et des pressions, Iliana Hernández Cardosa témoigne sur fildmedia.com, pour le respect de ses droits bafoués, pour l'instauration d'une démocratie à Cuba, pour la liberté.

 

Francis Mateo/Fild
De Francis Mateo