Société | 9 février 2021

Une gauche française à la dérive !

De Roland Lombardi
5 min

Lors des récents débats sur la loi « séparatisme », le député de la France insoumise, Eric Coquerel s'est fait remarquer après une déclaration concernant le voile des mariées chrétiennes qui, selon l’élu, est la marque d'une « soumission de la femme ». Comment expliquer ce naufrage ?

   La chronique politique de Roland Lombardi

Durant les échanges houleux à l’Assemblée nationale, afin de contester le projet de loi contre le « séparatisme » et les amendements de la droite, le député LFI Eric Coquerel a déclaré, toute honte bue et sans rire, que le voile des mariées lors des mariages chrétiens « signifie qu'il y a une soumission de la femme à son époux ! »

Ces propos ont soulevé d’importantes réactions dans l'Hémicycle mais aussi sur les réseaux sociaux où plusieurs personnalités ont fort heureusement réagi à cette comparaison absurde.

Au-delà de démontrer une nouvelle fois le niveau déplorable et une effarante déconnexion au réel de certains parlementaires de gauche, cette énième sortie ubuesque confirme, pour ceux qui en douteraient encore, que le parti de Mélenchon, La France insoumise trahit son propre nom, puisqu’elle est plus que jamais soumise à l’idéologie islamo-gauchiste.  C’est un naufrage idéologique et moral qui accompagne un électoralisme islamiste et indigéniste condamnant à plus ou moins long terme, la gauche à la disparition.

Car les socialistes ne sont pas en reste. Ainsi - comme le dénonce assez régulièrement certaines personnalités de gauche courageuses à l’instar de Malek Boutih, François Pupponi ou Amine El Khatmi - cela fait bien longtemps que le PS et ses avatars se complaisent également dans cette dérive idéologique et électoraliste. L’actualité de la ville de Trappes nous le rappelle avec son maire, bras droit de Benoît Hamon dans le micro-parti Génération.s…

Pas étonnant alors d’assister à une progressive déchéance de toute la gauche française. Lors du dernier sondage à propos de la Présidentielle de 2022, tous les candidats de gauche se retrouvent bien derrière Marine Le Pen (26%), Emmanuel Macron (24%) et les prétendants de droite. Leurs scores sont sans appel : Anne Hidalgo recueillerait 6% ou 7% et Arnaud Montebourg 5%. Les deux socialistes se retrouvant derrière Jean-Luc Mélenchon, qui recueille 10% ou 11% des intentions de vote, mais également le Vert, Yannick Jadot avec 7 ou 8 %.

C’est encore une fois la preuve de l’écroulement méthodique de la « gauche » dans l’électorat français. Les socialistes paient leur transformation en socio-démocrates privilégiant l’écologie, le progressisme intellectuel et sociétal et l’électorat citadin « bobo ». La « gauche caviar », grande donneuse de leçons de morale mais empêtrée dans divers scandales financiers ou morbides, ne fait plus rêver personne. Pour les communistes, l’extrême gauche et la LFI, cela fait bien longtemps qu’ils ont abandonné la « cause du peuple » pour lui préférer, comme on l’a vu, les revendications « communautaristes ». Le résultat est indiscutable : les premiers, discrédités notamment par 5 ans de présidence « normale » de François Hollande, ont fini par voir, impuissants, leur électorat de centre-gauche fondre comme neige au soleil ou migrer naturellement vers Emmanuel Macron ou les Verts. Quant aux seconds, leur base électorale ouvrière et de la classe moyenne vote depuis les années 1980 pour le FN, comme la grande majorité de la « France périphérique », les chômeurs et toutes les victimes de « la mondialisation malheureuse » qui font clairement aujourd’hui le choix du RN ou de l’abstention.

A force de persévérer dans ces petits stratagèmes à courte vue et toujours jouer les éternels « idiots utiles » de l’islam politique, les « leaders » de la gauche ne font que précipiter sa décomposition. Jean-Luc Mélenchon, débateur talentueux et tribun hors pair, est tellement déconnecté des réalités, qu’il ne réalise même pas qu’à chaque fois qu’il aborde les sujets « indigénistes », il se tire une balle dans le pied et fait fuir ses derniers électeurs des classes populaires séduits par son panache.

Par ailleurs, en militant pour la proportionnelle, la majorité de la gauche ne perçoit même pas que si ce système était finalement adopté, ce serait aussi la porte ouverte à la création de partis « communautaristes ». Partis qu’elle soutiendra d’ailleurs, par bêtise et aveuglement idéologique, mais qui signeront assurément sa fatale disparition…

 

Roland Lombardi est historien, consultant en géopolitique et spécialiste du Moyen-Orient. Il est analyste, chroniqueur et éditorialiste pour Fild. Il est l'auteur de plusieurs articles spécialisés. Ses derniers ouvrages sont Les trente honteuses, ou la fin de l'influence française dans le monde arabe et musulman (VA Editions, 2019) et Poutine d'Arabie, comment la Russie est devenue incontournable en Méditerranée et au Moyen-Orient (VA Editions, 2020).

@rlombardi2014

https://www.facebook.com/Roland-Lombardi-148723348523778


Le logo du parti socialiste français au siège du parti rue de Solferino à Paris, le 24 avril 2017
Vincent Kessler/Reuters
De Roland Lombardi

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don