Santé | 3 décembre 2020

Un spray anti covid comme alternative au vaccin ?

De Francis Mateo
3 min

Après avoir breveté une molécule naturelle qui permet de lutter contre le SARS-CoV-2, la société espagnole ICE-P lance des tests cliniques en vue de la production d'un spray nasal qui pourrait permettre de neutraliser le virus dès les premiers symptômes.

                                                                       Par Francis Mateo.

La molécule brevetée sous le nom de ICEP4, récemment découverte par le docteur Ezio Panzeri, est le fruit de longues années de recherche sur la famille de l'angélique officinale que les botanistes du monde entier étudient depuis des siècles pour profiter de ses nombreuses vertus médicinales. Une espèce de plante dont on extrait des agents toxiques - appelés furocoumarines - qui servent de base à l'élaboration de drogues pouvant être utilisées en applications sanitaires.

Deux hommes se sont associés à ces expérimentations : le docteur Iván Galindo, directeur exécutif du laboratoire espagnol WorldPathol et Philippe Joubert, patron de la start-up ICE-P Life qui pilote le projet. Comme les premiers résultats s’avéraient concluants, tous les tests de validation conformes aux exigences de l'Agence Européenne du Médicament (AEM) ont été réalisés.

Conclusion des chercheurs : « ICEP4 présente un effet cytoprotecteur notable in vitro dans la culture cellulaire d'origine épithéliale ».

Appliqué au Covid-19, cela signifie que la molécule ICEP4 peut protéger l'organisme dès que le virus a atteint l'épithélium - c'est à dire précocement - pour ralentir, voire empêcher l'infection. En cas de contamination par le coronavirus, cette nouvelle molécule s'avèrerait efficace pour réduire le risque d’inflammation dont les séquelles peuvent être létales.

« Nous sommes surtout frappés par l’innocuité de la molécule ICEP4 », souligne le Dr. Iván Galindo. « Nous n'avons observé aucune toxicité envers les différentes cellules du système immunitaire ».

Cette innocuité et ce très haut degré d'efficacité incitent les associés de ICE-P Life à trouver dans les meilleurs délais des solutions pour synthétiser la molécule afin de produire un médicament à grande échelle. Avec l'objectif d'élaborer d'un spray nasal - voire oral - qui pourrait être utilisé dès les premiers symptômes, voire dès la détection du virus.

« Diviser par cinq le nombre d'hospitalisations »

L'enjeu sanitaire est de taille. « Aujourd'hui, une personne sur dix infectée par le virus doit aller à l'hôpital, alors que d'après les résultats que nous avons obtenus, nous pouvons réduire par cinq ce nombre d'hospitalisations », assure Iván Galindo.  Ce qui ferait de ce nouveau médicament un complément indispensable au futur vaccin contre le SARS-CoV-2, voire une alternative. D'autant que ICEP4 serait efficace contre d'autres types de coronavirus.

Première étape dans la fabrication de ce nouveau médicament : la publication des recherches scientifiques réalisées avant d'entamer les différentes phases des tests cliniques avec l’appui de partenaires industriels en vue de la commercialisation, le coût de ces derniers essais cliniques réalisés sur 45.000 patients pouvant atteindre 700 millions d'euros.

Il faudra toutefois du temps. « À l'heure actuelle, compte tenu de tous les tests conformes aux exigences de l'AEM que nous avons réalisés, nous pourrions déjà mettre la molécule sur le marché comme adjuvant pour les états grippaux, mais sans nous prévaloir de l’efficacité contre le coronavirus », précise Philippe Joubert. 

De fait, le patron de ICE-P Life s'engage à fournir la molécule d'ici le mois de mars dans cette version d'adjuvant pour permettre à quelques hôpitaux d'intégrer ICEP4 dans leurs protocoles sanitaires, « sachant que tous les tests ont prouvé qu'il n'y a aucune toxicité... Mais nous ne voulons évidemment pas en rester là ; nous allons donc scrupuleusement suivre les étapes pour aboutir à la fabrication d'un médicament ».

Reste à savoir si la recherche en faveur de ce traitement bénéficiera du même intérêt que celui consenti par les grands États à l’élaboration du futur vaccin contre le SARS-CoV-2. 

 

03/12/2020 - Toute reproduction interdite.



Shahid Abdullah/Pixabay
De Francis Mateo

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don