Société | 11 mai 2021
2021-5-11

Exclusivité Fildmedia : Tribune des militaires, le patron des armées joue l’apaisement

De Meriadec Raffray
5 min

À l’inverse des politiques, leur grands chef calme le jeu. Il était temps !

Par Mériadec Raffray

« C’est la réthorique, le vocabulaire, le ton, les références de l’extrême droite », a réagi Florence Parly après la publication de la deuxième tribune des militaires, censée émaner des personnels d’active et publiée sur le site de l’hebdomadaire Valeurs Actuelles (et dévoilé avant-première par Fildmedia). La veille, son collègue de l’Intérieur, Gérald Darmanin, déclarait : « quand on est militaire, on ne fait pas ce genre de choses en cachette, à la petite semaine » … Le jeune ministre, dont les troupes votent à 60% pour le RN, affirment les baromètres, n’est plus à une contradiction près. Son gouvernement a promis les foudres judiciaires aux généraux en retraite ayant signé le premier texte. Bref, le pouvoir ne démord pas de sa stratégie de diabolisation et de stigmatisation, espérant que cette posture évacuera le débat sur la question de fond désormais - et pour la première fois - posée par le monde militaire : quel est, aujourd’hui, le risque d’une bascule du pays dans la guerre civile en France ? Dès ce lundi matin, le boomerang lui est revenu en pleine figure. La question agite tous les experts au plus haut de l’ État, confirmait au micro d’Europe 1 l’avocat Thibault de Montbrial, président du Centre de Réflexion sur la Sécurité Intérieure (CSRI), l’un des meilleurs spécialistes indépendants, auteur d’ouvrage alarmiste paru en 2015 : Le sursaut ou le chaos (Plon). Selon lui, au regard des violences qui montent contre les policiers et les gendarmes depuis plusieurs semaines, ce « printemps s’annonce décisif ». De l’aveu même d’un grand flic en poste à la tour de contrôle de la place Beauvau, le confinement a agi comme une cocotte-minute dans les banlieues islamisées, faisant craindre une série d’irruptions incontrôlées en retour.

Est-ce parce qu’elles mesurent le danger à travers les milliers de soldats déployés dans nos villes et banlieues dans le cadre de l’opération Sentinelle de lutte contre le terrorisme islamiste ? Du côté des Armées, au contraire, l’heure est à la détente. Le chef d’état-major des Armées vient d’adresser à la troupe un message au ton apaisant, que Fildmedia publie en exclusivité.

Pari réussi, à en croire les cercles qui avaient jugé très sévèrement sa réaction initiale à l’endroit des « Anciens » ayant eu le malheur de s’exprimer es-qualités de soldat sur l’ère du temps « délétère ». Le patron des Armées doit être le garant de l’unité et celui qui protège l’institution des dommages collatéraux de la vie politique et démocratique, justifiaient-ils. Sans rien concéder sur le fond, le général Lecointre semble aller dans ce sens. Son courrier insiste sur une « obligation de réserve souvent mal comprise », qui « limite effectivement la liberté d’expression, mais préserve absolument la liberté d’opinion ». Cet officier au passé opérationnel incontestable, rappelle son entourage, termine en réaffirmant « sa confiance » à ses soldats.

11/05/2021 - Toute reproduction interdite


Le président Emmanuel Macron s'entretient avec le général François Lecointre lors d'une cérémonie marquant la fin de la Seconde Guerre mondiale à l'Arc de Triomphe le 8 mai 2021.
© Christian Hartmann/Reuters
De Meriadec Raffray