Réalisée uniquement grâce au financement participatif, la série télévisée sur Jésus Christ The Chosen a touché plus de 310 millions de spectateurs dans le monde. En France, la première saison sera diffusée en intégralité sur Canal+ le 25 décembre. La productrice américaine, Katherine Warnock, explique le succès de cette série.

Entretien conduit par Matteo Ghisalberti

Fild : D’où est venue l’idée de réaliser une série télévisée basée sur la vie de Jésus Christ ?

Katherine Warnock : Deux personnes sont à l’origine du projet : le scénariste et réalisateur Dallas Jenkins, et son associé Derral Eves. Ils ont tous deux créé “The Chosen” (l’élu, ndlr) à partir d'un « pilote » intitulé “The Shepherd” (le berger, ndlr) réalisé Dallas Jenkins, qui avait déjà en tête l'ensemble de la série. “The Shepherd” est en quelque sorte une prémisse qui est devenue virale. Elle a suscité un véritable engouement et un intérêt pour la série.

Fild : N'est-il pas un peu fou, voire politiquement incorrect, de parler de Jésus de nos jours ?

Katherine Warnock : Je ne le pense pas. Je travaille dans les médias depuis des années, et je n'ai jamais vu personne faire aussi bien que Dallas Jenkins. Notre objectif principal est de présenter au public un Jésus “authentique”. Nous avons été surpris d’avoir parmi les téléspectateurs des agnostiques, des athées, des croyants de toutes religions... Cela m’a ouvert les yeux sur cette capacité de relation que ce personnage possède, indépendamment du fait qu’on l’appelle “le Sauveur”, ou pas. Beaucoup de spectateurs ne se considèrent pas comme chrétiens, mais se mettent à étudier la vie de Jésus grâce à la série. Peut-être n’est-ce pas politiquement correct de parler de lui, mais je pense que l’authenticité de Jésus opère comme une sorte de « brise-glace ». Il s’agit d’un grand rassembleur souvent négligé.


Fild : La diffusion de la série sur une plateforme streaming indépendante est-elle un choix d’affranchissement pour la production de “The Chosen” ?

Katherine Warnock : Ce n’est pas un choix passif, c’est assumé. Je dis cela en me basant sur mon expérience. J'ai grandi professionnellement dans le grand système hollywoodien, en travaillant chez MGM pendant des années. Hollywood est une grande et complexe machine qui demande du temps pour fonctionner et pour arriver à penser différemment. Mais nous n’avons pas vraiment de temps à perdre. Nous voulons pouvoir garder le contrôle sur notre créativité et Angel Studios - le distributeur - nous permet de le faire. C'est du jamais vu dans le milieu hollywoodien. Ensuite, il faut admettre que nous sommes à l'abri de la censure, et je pense que c’est juste une sorte de “bonus”. Nous pensons que notre modèle de financement Pay forward (*) pourrait faire changer l’industrie du cinéma et des séries. De plus, ce modèle nous permet de rester fidèles et authentiques à la vision créative de The Chosen.

Fild : Votre modèle n’est-il pas un peu risqué ?

Katherine Warnock : Bien sûr que oui ! Il n’y a aucune garantie que le financement participatif continu. Au contraire, il pourrait s’arrêter du jour au lendemain. Si notre public estime que nous nous éloignons du parcours initial, il arrêtera tout simplement de payer et la série s’arrêtera. En ce sens, nous devons rendre des comptes, nous répondons à notre public. C'est quelque chose de révolutionnaire et beau. Et il construit une communauté. Plutôt que de devoir rendre des comptes à un millionnaire, nous préférons en rendre à une mère ou un père de famille, ou même à des enfants qui vendent de la limonade pour récolter des fonds destinés à la réalisation de The Chosen.

Fild : Quelle est la diffusion prévue en France ?

Katherine Warnock :
Le 25 décembre, jour de Noël, vous pourrez voir toute la première saison de The Chosen, doublée en français sur Canal+. Pour l'anecdote, Jonathan Roumie, l’acteur qui interprète Jésus, parle français et s’est doublé lui-même.

Fild : Et quels sont les projets pour les prochaines saisons ?

Katherine Warnock : La troisième saison a été presque complètement financée par les spectateurs. Nous prévoyons de commencer les tournages de celle-ci au mois de mars 2022. Une fois que la récolte de fonds pour cette troisième saison sera terminée, on passera directement à la quatrième, et ainsi de suite... Car, au total, le projet prévoit sept saisons.

(*) Les téléspectateurs peuvent financer la série “The Chosen” en faisant un don à travers l’application disponible pour iOS ou Android.

29/11/2021 - Toute reproduction interdite



avec l'aimable autorisation de " The Chosen"
De Matteo Ghisalberti