Santé | 22 décembre 2020

Sport et mental : le psychique au service de la performance

De Antoine Grynbaum
4 min

Karine Elkouby est sophrologue et praticienne en hypnose. Elle vient en aide à plusieurs types de patients sur la gestion du stress et des émotions, qu'il s'agisse de malades du cancer, d'enfants ou de sportifs de haut niveau.

                                              Entretien conduit par Antoine Grynbaum.

Fild : Pour quelles raisons des sportifs de haut niveau viennent-ils vous voir ?

Karine Elkouby : Mental et physique ne font qu'un. Ils ont donc besoin de gérer les deux. Dans l'ensemble, ils me sollicitent sur différents types de problématiques : l'amélioration de la concentration et la gestion du stress. Il y a deux types de stress :  Il y a le stress positif, qui dans la performance est fondamental, mais le négatif peut être bloquant, paralysant et faire perdre la bonne maitrise du geste. Mon rôle est de les aider à éliminer le négatif et à mobiliser le bon stress qui va les amener à une meilleure performance. Je les aide aussi à mieux gérer leur sommeil, pour ceux qui voyagent beaucoup et souffrent de décalage horaire, ou à mieux contrôler leurs douleurs musculaires et articulaires. Le travail se fait essentiellement sur la mémorisation et la coordination des gestes.

Fild: Quels types d'exercices leur proposez-vous ?

 K.E. :   Il y a trois types d'exercices : la respiration ventrale pour une meilleure oxygénation, ce qui leur permet de réguler leurs émotions, de contrôler leur trac et leurs peurs. La détente musculaire afin de les aider à se préparer à la compétition et à lâcher les tensions. Il y a aussi des exercices de contraction et enfin de la visualisation mentale dans laquelle ils vont se représenter la compétition en amont, en imaginant le déroulement de l'évènement dans les meilleures conditions, la précision du geste ...  Le jour de la vraie compétition, leur cerveau aura déjà fait tout le chemin, et ils auront la sensation d'avoir déjà vécu ce moment.

Fild :  Pourtant, on dit souvent qu'il ne faut jamais faire le match avant dans sa tête...

K.E. : En sophrologie, s'imaginer que l'on a déjà gagné la compétition, imaginer la sensation de plaisir, de fierté en entendant les applaudissements, ressentir toutes les sensations est fondamental. Les exercices vont permettre de développer la confiance, pour que le sportif aborde le tournoi en étant serein.  Le fait d'avoir visualisé, appréhendé, ne peut que les rendre meilleurs. Mais il est sûr que la compétition ne se passera pas exactement comme il ou elle l'a imaginé. Il peut y avoir des aléas, sans être perturbé pour autant.

Fild: Se mettent-ils à nu facilement ? Et les femmes plus facilement que les hommes ?

K.E. : Le problème est de gagner leur confiance. En sophrologie, la première séance consiste à parler, à recueillir les besoins du sportif, ses attentes. Tous se mettent à nu assez facilement. Et comment combattre les blocages ? Ils sont souvent d'ordre psychologique, lié à un évènement qui les a marqués. L'objectif est de les convaincre que la prochaine fois, cela se passera différemment, sachant que la sophrologue travaille de concert avec les autres membres du staff : l'ostéo, le kiné et l'entraîneur principal évidemment.

Fild : A quel point le cerveau est-il un acteur de la performance ? Des mauvais souvenirs peuvent-ils détruire la carrière d'un sportif de haut niveau ?

K.E. :  Un problème physique, un genou qui lâche, une crampe peut faire appréhender l'idée que cela se reproduise. Le but est de travailler là-dessus en visualisant l'épreuve. S'ils sont de l'ordre du privé, de la famille, les blocages relèvent plus de la psychologie, moins de la sophrologie. Mais on peut quand même aider le sportif à prendre de la distance par rapport à ce moment familial, en l'aidant à se construire une bulle, un espace de calme qu'il pourra retrouver lors de la compétition. Pour qu'ils soient le plus efficaces possible, les exercices doivent être faits régulièrement. Afin de créer cet espace de calme, on va emmener de manière imagée le sportif à la montagne, à la mer, en forêt, lui donner la possibilité de construire ses propres repaires de plaisir, de tranquillité, et créer un ancrage. C'est la répétition de ces exercices qui lui permettra de retrouver en match cette sérénité, et ainsi se couper de toute émotion perturbatrice.

Fild : Quels ont été les effets les plus probants ?

K.E. : Les performances ont augmenté sur des épreuves chronométrées grâce à ce calme intérieur, une meilleure gestion du sommeil, et donc une meilleure maitrise de leur geste. Ce sont d'ailleurs    des outils qu'ils peuvent utiliser dans leur quotidien, une fois la porte du vestiaire fermée, auprès de la famille. En sophrologie, les consultations ne se font pas sur des années mais sur une période bien déterminée.

Fild : Au-delà des sportifs de haut niveau, avez-vous senti chez la population une demande plus importante compte tenu de la crise sanitaire et des effets du confinement sur le plan psychologique ?

K.E. :  Oui, et de tous publics, même d'enfants de 8-9 ans qui venaient nous voir concernant la gestion de leur colère, des troubles de la tension liés à l'enfermement. Chez les adultes, il y a plus des problématiques de sommeil, des insomnies que l'on traite avec des exercices de respiration, de visualisation à adapter au vécu de chacun. Je pense que la sophrologie est clairement adaptée à notre nouveau mode de vie en quête de bien-être.  On l'a vu aussi avec le développement du yoga, de la méditation. L'engouement est national et mondial. Des magazines se créent, cela s'est démocratisé alors que c'était à la base réservé à une élite d'initiés. De plus en plus de mutuelles remboursent nos soins, et même la question d'une prise en charge de la sécurité sociale se pose. L'objectif est aussi de réduire le trou de la sécurité sociale, qui rembourse anxiolytiques et autres anti-dépresseurs, mais pas encore les soins de sophrologie et de médecine douce. Mais cela viendra, et c'est d'ailleurs notre combat !

 

23/11/2020 - Toute reproduction interdite

 

 



Stocksnaps/Pixabay
De Antoine Grynbaum

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don