Kamal Zine-Eddine est directeur commercial de Salvum, une application spécialisée dans la formation aux gestes de premiers secours. Alors que 10 000 décès pourraient être évités chaque année dans notre pays grâce à ces bonnes pratiques, les Français sont-ils mieux formés que leurs voisins européens ?

Entretien conduit par Alixan Lavorel

Fild : En quelques mots, qu’est-ce que Salvum ?

Kamal Zine-Eddine : C’est un moyen ludique et simple d’apprendre les gestes de premiers secours. Salvum pourrait être une véritable trousse de secours numérique. En plus des mises en situation qui permettent d’apprendre les règles et les gestes à adopter en cas d’accidents, l’application possède des options comme l’appel au secours et la géolocalisation. Imaginez, vous êtes en vacances à Barcelone et vous êtes victime d’un accident alors que vous ne parlez ni espagnol, ni anglais. L’application va se charger d’appeler les secours via la plateforme européenne du 112 et de partager la position de son utilisateur. L’accès à l’application n’est pas ouvert au grand public pour l’instant. Notre stratégie est d’abord de cibler les entreprises, les banques ou les assurances afin qu’elles incluent l’abonnement à Salvum dans leurs prestations. In fine, nous voudrions que le secourisme soit gratuit pour les Français.

Fild : Quel est l’objectif de cette application ?

Kamal Zine-Eddine : Le premier objectif est d’amener nos concitoyens à s’intéresser davantage au secourisme grâce à un outil innovant en espérant qu’à la fin ils se disent : « J’ai appris plein de choses, cela pourrait m’arriver à moi ou à mon entourage, alors maintenant je veux me former à la pratique ». Le second objectif est d’être un moyen facile de révision des gestes de premiers secours comme le massage cardiaque ou la PLS - position latérale de sécurité - ndlr. Fréquemment, on observe que des gens entames des formations mais ne reviennent pas dessus et oublient la méthode à suivre.

Fild : La France est-elle un bon élève en termes de formation aux gestes de premiers secours ?

Kamal Zine-Eddine : Il y a des gros retards dans notre pays sur ces formations. Seulement 20% de la population est formée aujourd’hui et selon les experts, seulement 5% d’entre eux sauraient réellement quoi faire en cas de problème. En France, une victime a huit fois moins de chance de survie qu’en Norvège ! Le pire, c’est que sept fois sur dix, en cas d’accident, quelqu’un est présent et pourrait porter assistance mais il n’a pas les outils pour le faire. Une chose est sûre, si l’on arrivait à atteindre les 80% de la population formée au secourisme de base, 10 000 vies pourraient être sauvées tous les ans ! Les malaises cardiaques représentent 50 000 décès par an et 25 000 pour les accidents domestiques de la vie courante.

Fild : Avez-vous eu des contacts avec les services de l’État pour accélérer le processus ?

Kamal Zine-Eddine : Notre objectif est de viser l’Éducation nationale pour donner les bons réflexes à nos enfants dès le plus jeune âge. Il y a déjà un texte de loi à ce sujet, qui rend obligatoire les formations PSC1 - Prévention et secours civiques de niveau 1, ndlr - au collège. Nous avons aujourd’hui le soutien du ministère pour dispenser cette formation en deux temps : trois heures d’apprentissages numériques en cours et quatre heures de pratiques. Les professeurs peuvent désormais former deux groupes d’élèves en une journée, contre un seul auparavant. Nous avons réalisé une expérimentation avec 577 élèves. Elle a montré qu’en associant Salvum avec de la pratique, le bilan des compétences monte à 92% de bonnes réponses, contre 70% lors d’une formation standard.

Fild : Quelle est l’ambition pour le futur de Salvum ?

Kamal Zine-Eddine : Pour la suite, on espère doubler nos utilisateurs d’ici la fin de l’année et passer de 50 000 à 100 000 personnes. Toutefois, notre but n’est pas l’argent.. Il serait ambitieux de dire que seule notre application permettra de former 80% de la population. Saluvm est un outil 100% français qui permettra d’apprendre plus largement les gestes de premiers secours et surtout de participer au sauvetage milliers de vies chaque année.

12/05/2021 - Toute reproduction interdite



© Salvum
De Fild Fildmedia