Economie | 15 octobre 2019

Quels placements en période de crise financière ?

De Emmanuel Razavi
min

Le risque de crise financière mondiale est-il réel ? Quels sont les moyens pour l’endiguer, et quels placements choisir ? Nous avons demandé son avis à Jean-Claude FAIXO, expert en gestion de patrimoine, et directeur de Crystal Finance dans la péninsule ibérique.  Entretien.

En quoi se dirige-t-on vers une crise financière majeure ?

Très honnêtement, il m’est très difficile de répondre à cette question car plusieurs scénarios pourraient réduire ou accentuer une crise à venir. Sommes-nous à l’aube d’une crise financière majeure, d’un ralentissement économique ou peut-être d’un tout nouveau modèle économique ?

A ce jour, les observateurs parlent plutôt d’un ralentissement de l’économie mondiale.

L’intensification de la guerre commerciale, la mini guerre des devises après la baisse du renminbi chinois, la situation à Hong Kong tendue, la menace du Brexit et enfin l’inversion de la courbe des taux américains avec un nouveau plus bas sur les rendements obligataires ont rendu les marchés plus nerveux.

Le climat actuel pèse sur les perspectives de croissance mondiale et sur la confiance des investisseurs.

Comme première réponse à ce climat tendu et aux craintes d’un ralentissement économique, les banques centrales ont profondément modifié le paysage financier en provoquant une détente inédite des taux d’intérêt.


Quels sont les moyens pour l’endiguer ?

Une des réponses des banques centrales est de continuer leurs politiques de taux bas. Les taux directeurs américains vont baisser et il est probable que la Banque centrale européenne va encore suivre. La politique monétaire du quantitative easing de la Banque centrale européenne n’a pas rempli son objectif d’inflation moyenne de 2 % dans la zone euro. Pour ce faire, la relance des investissements par les états pourrait être également un début de réponse. Réinjecter l’argent dans l’économie réelle est la seule solution pour maintenir un niveau de croissance suffisant.

En ce qui concerne la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, des convergences seront trouvées. Personne n’y gagnera à terme et les jeux politiciens actuels alimentés par des élections proches devraient se calmer une fois ces dernières passées.


En quoi les placements dits sûrs et les dépôts bancaires sont-ils en danger ?

Par les taux négatifs que nous connaissons et qui devraient encore durer un bon moment. Certains observateurs de l’économie parlent de la japonisation de l’Europe. Depuis 30 ans, le Japon vit avec une dette énorme et des taux négatifs. Est-il pour autant un pays pauvre ?

Le succès du fonds euro, spécialité française, sur lequel l’épargnant bénéficiait d’une garantie de capital, d’une disponibilité de son argent et d’un rendement moyen supérieur à l’inflation risque tout simplement de disparaître si la situation perdure. Le fonds euro est essentiellement constitué de dettes d’états et le mandat donné au gestionnaire est très restrictif sur le risque.

Comment pouvez-vous donner une performance sur du moyen long-terme positive quand vous achetez, pour le compte de vos clients, de la dette à taux négatif ?

Les banques rencontrent le même problème avec les dépôts. Les taux négatifs ont un coût pour chaque euro déposé. Les banquiers pourraient également facturer les dépôts même si cette option est encore écartée.

Enfin, le marché obligataire de la dette privée est maintenant devenu cher. Certaines dettes privées émises par des entreprises classifiées investment grade sont aussi à taux négatif.

Quels sont les placements les plus sûrs pour les particuliers le temps que la crise passe ?

Il n’y a pas de recette miracle. Il faut avoir une approche des investissements totalement différente. Comme nous l’avons vu, le couple « sans risque-rendement » est très difficile à donner. Je dirais plutôt, quel risque je suis prêt à prendre sur la totalité de mon patrimoine ? Une fois mon profil bien déterminé, nous pourrons alors construire une allocation patrimoniale incluant plusieurs classes d’actifs. Ce qui n’exclut plus de trouver, même pour un profil prudent, une petite part d’investissement à risque. Le plus important est de bien définir la durée d’investissement car nous savons tous que la durée réduit le risque et peut augmenter la performance. A l’inverse, cet environnement de taux bas profite à l’endettement. Ainsi, l’immobilier devrait toujours tirer bénéfice de cette situation. Financer à crédit un actif immobilier est une excellente option et réduit le poids d’une fiscalité assez importante. Investir dans l’immobilier sur des biens placés reste encore aujourd’hui un gage de sécurité. Pour finir, ne délaissons pas le marché action. Nous constatons actuellement que ce marché est capé à la hausse par le risque de révisions négatives des bénéfices des entreprises et à la baisse par la faiblesse des taux d’intérêt. Nous pouvons appeler cela un effet tunnel. Il y aura des corrections mais il faudra aussi saisir les points d’entrée.


Quelle est la meilleure façon de protéger son patrimoine ?

En diversifiant ses investissements sur plusieurs classes d’actifs. C’est la règle numéro une. Bien entendu, en prenant toujours en compte les objectifs et les profils de risque. Nous revenons à notre principe d’allocation patrimoniale et à la notion de durée. Investir en actions ou s’endetter pour acquérir un bien immobilier sur du long terme est une manière plus efficace de rechercher de la performance et de la protection. Il faudra aussi veiller à conserver une partie de ses ressources financières disponibles, sans attendre en retour une grande rentabilité, pour saisir des opportunités d’investissement. Ensuite, choisir les bons véhicules d’investissement soit en détention directe ou par le biais d’une société. L’enjeu sera aussi de mettre en œuvre une organisation patrimoniale personnalisée pour anticiper une transmission ou gérer familialement la gestion des biens immobiliers.

Pour conclure, diversifier, s’adapter et anticiper les risques, quel que soit le niveau de son patrimoine doit être, encore plus que dans le passé, une préoccupation permanente.

16/10/2019 - Toute reproduction interdite


Jean-Claude Faixo
DR
De Emmanuel Razavi

À découvrir

ABONNEMENT

80 journalistes
indépendants
sur le terrain,
pour vous !

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement

Newsletter FILD
Soutenez-nous

Parce que la presse indépendante est un pilier de la démocratie!

Abonnement 80 reporters engagés sur le terrain

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement