International | 19 août 2019

Poutine, Macron et l’Europe

De Emmanuel Razavi
min

Emmanuel Macron recevait lundi au fort de Brégançon Vladimir Poutine. Une rencontre qui marque un rapprochement inéluctable entre les deux pays, et la volonté du président français de se positionner comme l'interlocuteur principal de la Russie en Europe. Analyse de Emmanuel Razavi

Le Président de la République française Emmanuel Macron recevait lundi à Brégançon son homologue russe, Vladimir Poutine. Il faut « ré-arrimer la Russie à l’Europe, parce que c’est son histoire, son destin et notre intérêt », a insisté - avec raison - Emmanuel Macron. Car la Russie, que l’on se plaît encore à craindre dans certains milieux, comme du temps de la guerre froide, est bien européenne.

En effet, si une majeure partie de son territoire est asiatique, 78 % de sa population vit dans sa partie européenne. Alors que l’Europe est confrontée à une nouvelle donne géopolitique avec l’émergence de nouvelles puissances telles la Chine, et des divergences politiques et économiques profondes avec certains de nos alliés comme les Etats-Unis, il est impératif de sortir de l’impasse dans laquelle la France était en train de s’enfermer vis-à-vis de la Russie - avec laquelle elle partage d’ailleurs tant de son histoire - . Car Poutine - en proie à des contestations sur le plan intérieur et à la crise ukrainienne -, s’est parfois révélé meilleur stratège que les Américains et les Européens, notamment sur la question de la Syrie. Idem sur le dossier Iranien, Poutine étant devenu un interlocuteur incontournable sur la question du fait de ses relations avec Téhéran, alors que les Etats-Unis ne cessent de mettre la pression sur la république des Mollahs, au détriment des intérêts européens dans la région. Bien sûr, beaucoup de questions demeurent sur cette Russie, encore si mystérieuse à nos yeux : Est-elle vraiment une démocratie ? La liberté d’expression y existe-t-elle ?

Une chose est certaine: face à la convergence des crises auxquelles le monde fait face, face à un positionnement de plus en plus complexe à décrypter de son allié américain, la France a choisi de jouer la carte d’une relation apaisée avec la Russie, se positionnant comme son interlocutrice privilégiée en Europe. Un choix tactiquement intelligent de la part du président français.

Pour la meilleure des issues ? Face à l’énigmatique Poutine, difficile à dire. Car seul « le temps long », comme l’a évoqué Emmanuel Macron, apportera, dans les faits, la réponse.

20/08/2019 - Toute reproduction interdite


Un hélicoptère avec le président russe Vladimir Poutine à son bord atterrit à Fort Bregançon près du village de Bormes-les-Mimosas, France le 19 août 2019.
Sputnik/Alexei Druzhinin/Kremlin via Reuters
De Emmanuel Razavi

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don