Analyses | 17 octobre 2019

Neymar, quand le Qatar reprend la main…

De Antoine Grynbaum
2 min

Au printemps, Neymar faisait part de ses envies de départ. Quitter le PSG pour retourner à Barcelone. Quitter Paris, cette ville qui lui porte malheur : blessures à répétition, affaires extra-sportives (viol, hygiène de vie …) …. Alors les dirigeants qataris lui ont ouvert la porte, mais ont-ils vraiment voulu vendre leur prodige brésilien ? Le point de vue d'Antoine Grynbaum. 

Le feuilleton de l’été 2019 démarre par une déclaration de Nasser Al-Khelaifi, Président du PSG dans les colonnes de France Football : « Personne n'a obligé Neymar à signer ici »… Avant de préciser : « Je veux des joueurs fiers de porter notre maillot, pas des joueurs qui font le job quand ça les arrange. Ils ne sont pas là pour se faire plaisir. Et s'ils ne sont pas d'accord, les portes sont ouvertes. Ciao. Je ne veux plus voir de comportement de stars » … Allusion à peine voilée à certaines attitudes du Brésilien ayant fortement déplu en interne.

 

Mais fallait-il vraiment y croire ? Voir le Paris Saint-Germain céder sa vedette, un homme que le Qatar utilise, et utilisera dans sa communication « soft power ». Un footballeur suivi par tous ces millions de followers, mais faisant parfois une très mauvaise pub au Qatar. A Doha, on a très peu apprécié l’affaire de viol dans laquelle l’attaquant brésilien a été impliqué cet été. La plainte a été classée sans suite, mais elle a laissé des traces en termes d’image.
Pas assez pro, peu impliqué dans le projet qatari dont l’aboutissement est de gagner un jour la Ligue des Champions…  Les négociations avec le Barça traineront pendant des semaines. Des propositions du FC Barcelone à base de cash accompagnés de joueurs barcelonais, mais sans jamais réussir à trouver d’accord. Acheté 222 millions d’euros à l’été 2017, transfert le plus cher de l’histoire du football, Barcelone n’a jamais accédé aux exigences du Paris Saint-Germain.

 

La dernière proposition catalane fin août : 125 millions d’euros, plus Rakitic et le prêt de Dembélé… Refusée par des dirigeants parisiens bien conscients que le départ d’un tel joueur serait un sacré coup dur pour la toute-puissance qatarie.
Le Barça a donné l’impression de vouloir faire revenir son ancien joueur, certainement pour faire plaisir à Messi, son ami, et Paris a donné l’impression d’ouvrir la porte, l’entrouvrir plutôt, car au fond, comment imaginer les dirigeants du Paris Saint-Germain vendre sa star au club espagnol avec lequel les relations sont exécrables depuis des années.


Le 15 juillet, alors que Neymar a repris l'entraînement une semaine en retard, Leonardo débarque dans le vestiaire. Devant le groupe, le directeur sportif parisien prend la parole et vise quelqu’un en particulier : « Je vais parler en français. Si certains ne comprennent pas, ils n'ont qu'à prendre des cours » … Deux mois plus tard, le discours ne sera plus vraiment le même : « Neymar est revenu de manière très positive, s'est remis au travail et s'est très bien comporté. Il a eu une très bonne communication, humble, honnête, directe » … Puis conclut sur une sortie en forme de réconciliation : « Ce n'est pas un mauvais gars. Neymar est au patrimoine du football, pas uniquement du PSG ».

Et un joyau encore blessé mi-octobre lors d’un match disputé avec le Brésil…  Trop souvent victime de blessures, le Barça aurait abandonné l’idée de le faire revenir. Pour l’instant, et une pépite sur laquelle le Qatar a la main.

 

18/10/2019 - Toute reproduction interdite


Le nouveau Paris Saint-Germain signe avec Neymar Jr et le PDG Nasser Al-Khelaifi
Christian Hartmann/Reuters
De Antoine Grynbaum

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don