Analyses | 17 juin 2020

Nasser Al-Khelaïfi : Pourquoi le Président du PSG est si controversé

De Antoine Grynbaum
min

Impliqué dans l’affaire Diack jugée actuellement au tribunal de Paris, inculpé dans l’octroi des droits TV de la Coupe du monde de football, et épinglé pour des SMS sulfureux autour du changement de date du Mondial au Qatar en 2022, Nasser Al-Khelaïfi est au cœur des grands procès du sport mondial.

                                                                               La chronique d’Antoine Grynbaum

 

Le bras droit de l’Emir en matière de sport, Nasser Al-Khelaïfi , consulté sur tous les sujets sportifs  et porteurs de multiples casquettes -  Président de Bein Media Group, de QSI (Qatar Sports Investments), membre du comité exécutif de l’UEFA et patron du PSG -  n’a jamais été mis en difficulté par Doha, même après la défaite humiliante du Paris Saint-Germain à Barcelone en Ligue des Champions (6-1) il y a 3 ans.

Considéré à ses débuts comme une marionnette du pouvoir, il a depuis bien appris le métier, fort de ses ancrages dans le monde du foot business. Les puissants, la FIFA, l’UEFA, lui déroulent le tapis rouge, bien conscients de son double-rôle : patron de chaînes TV et proche d’un Emir qui a fait de l’organisation de grands événements sportifs le premier vecteur de « com » du pays… Le Qatar, grand financier du sport mondial, achète en effet des droits TV pour ses chaînes Bein partout dans le monde…

Mais cette double-casquette est aujourd’hui à l’origine de tous ses problèmes.

Il y a quelques jours, Mediapart révélait des SMS échangés entre Valcke et Al-Khelaïfi concernant le déplacement du Mondial 2022 d’été en hiver. Dans le cahier des charges de la FIFA pour l’attribution de la Coupe du Monde, l’obligation de disputer le tournoi l’été était bien précisée. Impossible à organiser à Doha et dans ses environs sous 50 degrés, le petit pays gazier a obtenu en 2015 le droit de faire jouer ses matchs entre le 21 novembre et le 18 décembre 2022.

Le Qatar aurait bénéficié de l’aide de l’ancien bras droit de Sepp Blatter, le Français Jérôme Valcke. Après validation de la décision par le comité exécutif de la FIFA, Valcke aurait écrit : « Merci Nasser. Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu sais que tu peux compter sur moi ». Le patron de QSI lui répondant dans la foulée : « Tu es le meilleur ». Et en rentrant dans sa chambre d’hôtel, le numéro 2 de la FIFA découvre une montre Cartier en or rose, modèle Santos Dumont Squelette, d'une valeur de 40 000 €.

Pas de suites dans cette affaire classée par la justice suisse, mais en revanche, il y aura bien un procès, du 14 au 25 septembre, concernant la fameuse villa en Sardaigne d’une valeur estimée entre 1,5 et 2,4 millions d'euros, achetée par le Qatari et mise à disposition de Valcke.

A quelles fins ? La justice helvète suspecte une vente des droits TV des Coupes du monde 2026 et 2030 à Bein MENA (Moyen-Orient et Afrique du nord), en dessous des prix du marché. Droits TV contre luxueuse maison en Sardaigne ?  L’« instigation à la gestion déloyale » est la seule accusation retenue, mais pas de délit de corruption, contrairement au souhait du parquet fédéral, qui a dû y renoncer après l'accord amiable signé entre Al-Khelaïfi et la FIFA, accompagné semble-t-il un très gros chèque selon The Times,  de l’ordre d’un million de francs suisses (environ 943.000 euros).

Mis en cause dans le procès Diack

La justice française, est pour sa part un peu plus offensive que son homologue suisse. Elle a mis Al-Khelaïfi en examen en raison de soupçons de corruption dans la candidature de Doha aux Mondiaux d'athlétisme 2019, l’un des volets du procès Diack actuellement en cours au tribunal de Paris.

Malgré toutes ces « casseroles sportivo - juridiques », le Président du PSG reste bankable dans l’Hexagone. Proche de Sarkozy à côté duquel il regarde les matchs dans la corbeille du Parc des Princes, il donne ses interviews aux médias sportifs français, et distribue ses messages sans la moindre contestation possible… Il est même devenu la personnalité la plus influente du football mondial, devant Cristiano Ronaldo et Gianni Infantino, selon un classement publié par France Football en mai 2020.

 

18/06/2020 - Toute reproduction interdite


Nasser Al-Khelaifi, PDG du Paris Saint-Germain, dans les tribunes avec l'ancien président français Nicolas Sarkozy au Parc des Princes, le 4 mai 2019.
Charles Platiau/Reuters
De Antoine Grynbaum

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don