Président de l’Association des militaires entrepreneurs (AME-France) portée sur les fonts baptismaux en mai dernier par ses douze fondateurs, Jacques Hogard a mené une carrière d’officier parachutiste à la Légion étrangère et aux opérations spéciales avant de rejoindre le monde des affaires. En 2004, il a fondé la société Experts Partenaires pour l’Entreprise à l’Etranger (EPEE). C’est la pionnière en France du concept de « diplomatie d’entreprise ».  Propos recueillis par Meriadec Raffray 

Quel est l’objet d’AME-France ?

Ce nouveau réseau d’affaires vise à promouvoir les « entrepreneurs militaires » dans le monde des affaires. Quel que soit leur corps d’origine et leur grade, les entrepreneurs issus des armées peuvent et doivent revendiquer les spécificités qu’ils ont cultivées et qui les ont façonnés au cours de leur première vie : leur goût du risque et leur capacité de résilience, leur éthique comportementale. Ces valeurs et ces qualités forgent cette marque d’identification et de différenciation qui, nous le pensons, constitue un puissant gage de crédibilité et de confiance. Ce concept existe depuis longtemps chez les Anglo-saxon. Pour la première fois, il prend forme en France grâce à l’énorme travail réalisé par les douze membres fondateurs d’AME-France, auxquels je rends hommage. AME-France offre aux militaires entrepreneurs un point d’ancrage, et au monde des affaires un formidable label de confiance.

AME-France comprend aussi un volet entraide…

En effet, et il est double. Pour l’extérieur, ce label est la garantie de notre engagement patriotique et solidaire. Ses membres œuvreront au profit des organismes et associations d’entraide des blessés des armées et des familles des soldats morts pour la France. En interne, il s’agit de se soutenir mutuellement dans les affaires. Menuisier, boulanger, conseil en finance ou en événementiel, spécialiste des risques industriels, armateur ou encore usineur de pièces mécaniques : le réseau parie sur la diversité des profils qu’il fédère. Les uns et les autres apporteront et échangeront des affaires. Les meilleurs et les plus aguerris entraîneront les novices.

L’union fait la force…

Les militaires le savent mieux que d’autres pour l’avoir éprouvé dans leur chair. L’individu n’est rien sans le groupe. En nous fédérant au sein d’AME-France, nous nous donnons la capacité de nous identifier et de mieux nous connaître. A terme, nous serons en mesure de constituer, au coup par coup, des groupements solides et crédibles pour candidater et gagner des appels d’offres complexes.

Y compris à l’étranger ?

Lancé officiellement le 29 mai, le réseau prend déjà pied en Afrique et au Moyen Orient. Le « grand large » fait partie de notre ADN. Beaucoup d’entre nous ont opéré sur des théâtres lointains, dans des environnements de crise ouverte, où il devient difficile de distinguer amis et ennemis, où ne comptent plus que les rapports de force… et les liens de confiance noués au gré des rencontres, y compris entre belligérants. J’ai moi-même fondé ma société pour accompagner les grands groupes et les PME sur ces marchés où les chausse-trappes sont parfois fatales.

Concrètement, qui peut adhérer à AME-France ?

Le premier cercle regroupe les militaires entrepreneurs, anciens de l’active ou de la réserve opérationnelle. Mais l’association a aussi vocation à accueillir tous ceux qui partagent et se reconnaissent dans nos valeurs: chefs d’entreprises, dirigeants et cadres du privé et du public, personnalités du monde associatif. Ils constituent le second cercle. De nombreuses personnalités du monde de la défense, des affaires et de la politique soutiennent notre initiative

01/08/2018 - Toute reproduction interdite


Portrait de Jacques Hogard
De Meriadec Raffray