Et si la lutte contre le Covid-19 passait par un appareil de la taille d’une imprimante ? C’est le pari de Roland Danino, PDG de la société Doovision Santé et créateur de MANOA, une machine utilisant des rayons ultraviolets pour détruire tous les microbes en un temps record. Retour sur la naissance d’un dispositif ambitieux made in France qui équipe déjà des écoles et des mairies de l’Hexagone.

Par Alixan Lavorel.

 

Éradiquer tous les virus quelques secondes. Voilà l’efficacité de MANOA, une machine développée par la société Doovision et commercialisée depuis octobre dernier. Le principe est simple: placer ses mains sous les lampes à ultraviolets (UV) pendant trois secondes (ou cinq pour les objets) et les en ressortir complètement désinfectées. Cet appareil va-t-il s’imposer comme une nouvelle arme incontournable dans la bataille contre la Covid-19 ? C’est en tout cas l’ambition affichée par Roland Danino, PDG de la société. Les rayons UV utilisés sont spécifiques et détruisent les microbes rapidement : « Les UV-C ne pénètrent que dans 0,07 millimètre de l’épiderme de la peau. À titre de comparaison, l’épaisseur d’une paupière est d’un millimètre ! ». Aucun danger pour le derme donc, et des résultats sans appel. Selon plusieurs laboratoires ayant testé le dispositif, 99,9% des virus sont éliminés après un passage sous les UV-C de MANOA.

Une machine qui peut convenir à tous les publics

Alors que la réouverture des écoles a commencé en France le 26 avril et que la question des mesures barrières se pose encore pour éviter la propagation du virus, MANOA est un atout qui aurait déjà fait ses preuves dans établissements scolaires. À Drancy, particulièrement touchée par la Covid en milieu scolaire, des établissements ont commencé à accueillir 38 de ces appareils désinfectants depuis novembre 2020. À la fin du mois de mars dernier, « pendant que de nombreux cas étaient répertoriés à Drancy, notamment au lycée Eugène-Delacroix, bizarrement rien n’a été signalé dans les écoles voisines. Pourquoi ? Elles étaient toutes équipées avec des MANOA ! » avance Roland Danino.

Des services hospitaliers aux médiathèques, en passant par les théâtres ou les restaurants, la machine peut convenir à « tous les publics », selon son inventeur. Les lunettes, les téléphones, les portefeuilles, les livres et même les masques chirurgicaux ressortent « comme neufs au bout de cinq secondes », selon le PDG de Doovision.

Une alternative au gel hydro alcoolique 100% made in France

Depuis octobre 2020, Drancy et Marignane mais aussi l’Assemblée nationale et plusieurs magasins ont décidé d’investir dans les MANOA. L’appareil est vendu au prix de 2 400 € et les lampes UV présentent une durée de vie impressionnante. Les 10 000 heures de longévité des ampoules permettraient à 7 millions de personnes d’utiliser la machine avant d’être changées.

Imaginé et produit à 100% en France, « depuis les cartes électroniques jusqu’au design » selon Roland Danino, le MANOA n’intéresse pas seulement les clients français. Plusieurs exemplaires se sont déjà envolés vers l’Allemagne, la Turquie, le Maroc ou encore vers Dubaï. Des acheteurs chinois et australiens seraient également intéressés. C’est toutefois dans l’Hexagone que Roland Danino espère voir les commandes affluer afin d’armer encore mieux notre pays contre le virus. Une solution made in France à cette pandémie mondiale omniprésente depuis plus d’un an.

26/04/2021 - Toute reproduction interdite


Le MANOA UV-C de Doovision Santé
© Doovision Santé
De Alixan Lavorel