Société | 21 mars 2021

Management : Pourquoi la bienveillance est nécessaire en entreprise !

De Fild Fildmedia
6 min

Clément Leroy est psychologue cogniticien et champion du monde d’équilibre statique à vélo. À travers son expérience de sportif de haut niveau, il intervient auprès des entreprises pour améliorer le bien-être des équipes. Bienveillance et équilibre sont les maîtres mots de ce spécialiste de la motivation à l’enthousiasme contagieux.

                     Entretien conduit par Marie Corcelle

Fild : Vous proposez de remettre l’humain au cœur de l’entreprise. Comment faire dans un monde où les maîtres mots sont argent et rentabilité ?

Clément Leroy : On observe que les choses ne fonctionnent sur le long terme que si les collaborateurs se sentent bien, à l’aise et valorisés. Si l’on met l’équation dans le mauvais ordre et que l’on place l’argent avant tout, ça ne marche pas. Dans une étude de 1962, le professeur de psychologie Sam Glucksberg s’est rendu compte qu’en mettant de l’argent dans la motivation des participants, ces derniers étaient trop obnubilés par l'aspect financier. Leurs performances chutaient à partir du moment où le problème requérait de la créativité. Nous sommes dans un monde où l’on a besoin de plus en plus de cette matière grise, et de flexibité, ce qui est une capacité extraordinaire chez l'être humain. Pour que cela fonctionne, il faut placer l’humain avant tout, sinon il n’y aura jamais de résultats intéressants sur le long terme. Tout passe par la valorisation de l’autre. Je parle beaucoup du pouvoir des mots dans mes conférences. Ceux qu’emploient les managers vont avoir un impact énorme. Il faut faire plus de compliments que de reproches, insister sur ce qui fonctionne, ce qui va bien, sur les points forts. Quand cela ne va pas, il faut s’appuyer sur les atouts de la personne pour arriver à redresser la barre.

Fild : Vous basez votre travail en partie sur la psychologie positive. En quoi consiste-t-elle ?

Clément Leroy : C’est une science qui cherche à comprendre quelles sont les clefs de l’épanouissement humain. À l’origine, la psychologie s’intéressait exclusivement aux pathologies. Au fur et à mesure, des chercheurs se sont penchés sur la question de permettre aux personnes qui se sentent bien d‘aller encore mieux. L’objectif de cette discipline est donc de permettre d’accroître encore plus l’épanouissement et le bien-être au quotidien.

Fild : Vous insistez sur le fait de diminuer le stress et la pression des salariés, tout en rendant ces derniers plus performants. De quelle manière ?

Clément Leroy : Il y a 30 ans, manager par le stress était la norme. On se rendait compte que plus l’on mettait ses collaborateurs sous pression, plus ils travaillaient, et l’on avait l’impression que cela fonctionnait bien, que c’était durable. Il n’était pas question de remettre en cause ce modèle. Sauf que l'on a trop abusé de ce mode de management et l’on a commencé à constater l’envers du décor et ses méfaits. Aujourd’hui, on sait qu’il diminue considérablement la motivation du travailleur, et qu’il épuise. Il faut donc le réduire à tout prix, sinon on génère des dépressions, des burn-out, etc. Cela passe par la valorisation de la personne, de ses compétences, de ses capacités. Au travail, la bienveillance joue aussi un rôle fondamental. Quelqu’un de bienveillant va vous rassurer, augmenter votre sérénité et donc permettra de diminuer votre niveau de stress.

Fild : La notion d’équilibre est au centre de votre travail. En quoi consiste l'équilibre au sein d’une entreprise ?

Clément Leroy : J’interviens toujours en équilibre sur mon vélo lors de mes conférences. Et ce que je démontre, c’est qu’à partir du moment où j’arrête complètement de bouger, je tombe à terre. Pendant toute la durée de mon intervention, on se rend compte que j’effectue en permanence des micromouvements : je pars à gauche, je reviens à droite… Je tourne autour d’un centre de gravité, et si je m’en approche trop pour me figer dessus, je tombe. Ce que je montre, c’est que l’équilibre d’une équipe, c’est exactement la même chose. On va être un peu déséquilibré parfois, alors on va appeler nos collaborateurs, leur mettre à disposition un nouvel outil, améliorer un point en particulier, les former. C’est cette dynamique permanente qui va faire que l’équilibre se maintient. Lorsque l'on se dit qu’on a trouvé notre façon de fonctionner, notre routine, que l'on peut continuer ainsi, ce n’est pas bon. On a besoin de se remettre sans cesse en question, d’être vif et aux aguets pour rester en équilibre. L’équilibre est dynamique.

Fild : Le concept du travail évolue en permanence. Quelle en est votre perception ?

Clément Leroy : Instinctivement, je vous dirais qu’il y a autant de visions du travail que de personnes sur terre. On a chacun notre propre représentation. Pour moi, c’est ce qui doit nous permettre d’avancer en tant qu’être humain. Les personnes qui me disent que dès le lundi elles attendent le vendredi soir, je trouve ça terrible. Cela montre la faible motivation de la personne. Le travail doit autant que possible nous enrichir et nous permettre d’avancer.

Fild : Vous puisez dans votre expérience de sportif certains conseils que vous dispensez lors de vos conférences. Comment vous inspire-t-elle, et quels parallèles faites-vous avec le monde de l’entreprise ?

Clément Leroy : Ce que j’ai pu remarquer dans le sport, c’est qu’il y a énormément de performances que l'on croit impossibles. Mais par l’entraînement, l’échange avec d’autres athlètes, on finit par atteindre des objectifs qui à première vue, nous semblaient inatteignables.
Pour moi, le travail est similaire, dès lors qu’il a du sens. On a des objectifs qui vont nous tirer vers le haut, on va échanger avec nos collègues, coopérer avec d’autres secteurs, avoir des idées, et l'on va finir par y arriver. Du moins si ces derniers sont ambitieux. J’ai constaté dans mon parcours qu’un objectif que l’on n’atteint pas n’est pas forcément parce qu’il est trop élevé, il manque parfois simplement d’attrait. En le rendant plus attractif, donc potentiellement plus difficile, on augmente notre motivation et en persévérant, l’impossible devient possible. Quand on y croit et que l'on donne le meilleur de nous-même, on est capable de très grandes choses.

Fild : Quel est l’impact de la pandémie sur les travailleurs en entreprise ?

Clément Leroy : Les conséquences sont multiples. Au niveau de la santé mentale, elles sont importantes. La situation actuelle est stressante et perturbante. On se replie sur soi, on sort moins, on se fait moins plaisir. C’est le début d’un cercle vicieux. Il faut continuer à échanger avec ses proches, se retrouver d’une manière ou d‘une autre.

Il y a un autre problème, celui de l’image que l’on a vis-à-vis des collaborateurs. Il est encore aujourd’hui difficile de montrer notre fragilité au sein de son entreprise. Or, plus on sera cohérent avec ce que l’on est au fond de nous et ce que l’on montre, plus notre santé sera solide, et plus on sera performant. Cela montre à quel point il est important d’être soudé dans une équipe et de se dire les choses quand cela ne va pas, pour que ce jour-là on en demande moins à son collaborateur, on l’entoure ou on le soutienne pour que ça reparte. Il faut être capable d’en parler, et donc avoir des relations proches avec ses collègues et supérieurs. L'une des limites du télétravail est que l'on va beaucoup moins ressentir l’humeur de son partenaire, son état d’esprit et son bien-être.

18/03/2021 - Toute reproduction interdite


Clément Leroy anime une conférence au centre de formation CECA
JM Laugery
De Fild Fildmedia

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don