Malgré la vaccination, Israël fait face à une recrudescence de tests positifs au Covid19. Le premier ministre Naftali Bennet a ainsi annoncé l’interdiction aux ressortissants étrangers d’entrer dans le pays jusqu’au 1er août. L’État hébreu, champion des vaccinations, a-t-il des raisons de s’inquiéter ? Réponses avec les professeurs Ash, ancien médecin en chef de l’armée et actuel chef du projet Covid-19 et Gamzo, directeur du complexe hospitalier Ichilov de Tel Aviv et premier chef du projet Covid-19.

Entretien conduit par Bruno J. Melki, notre correspondant à Jérusalem

Fild : De quels chiffres parlons-nous ? Est-ce un retournement de la situation ?

Professeur Ash : Ces deux derniers jours, nous avons eu plus de 200 tests positifs dans deux villes en Israël. Ce n’est pas une recrudescence générale de la maladie, mais le résultat d’une contamination identifiée avec un variant inconnu en Israël jusque-là, arrivé dans les bagages d’une famille d’Israéliens revenant de Chypre. Les mesures préventives d’isolement connues jusqu’à aujourd’hui suffisent à contenir la contamination, mais il faut pour cela les appliquer à la lettre, et c’est le message principal que nous voulons faire passer aujourd’hui à la population.

Fild : De quel variant s’agit-il ?

Professeur Gamzo : Du variant Delta, connu aussi sous le nom de variant indien. Il est plus contagieux de 50 % que ce que nous avons connu jusqu’à présent. Nous savons aussi que l’immunité des vaccins face à ce variant, y compris Pfizer, est de 88 % au lieu de 96 % pour les autres variants. Cela signifie que la probabilité de contracter le Covid est beaucoup plus élevée. Il est plus violent et plus contagieux. C’est la raison pour laquelle « l’immunité de groupe » est moins efficace et demande un taux plus élevé de vaccination dans la population.

FILD : Des publications donnent raison aux détracteurs de la vaccination, argumentant qu’après ce variant, d’autres arriveront. Est-ce une victoire de ceux qui remettent en doute l’efficacité et la sécurité des vaccins contre le Covid-19 ?

Professeur Gamzo : Ce sont des idioties monumentales. Les dernières statistiques que nous avons montrent que la majorité des tests positifs ont été faits sur des enfants : 15 % entre 0 et 15 ans, 30 % de 12 à 15 ans et 55 % pour les plus de 16 ans. La moitié d’entre eux n’étaient pas vaccinés et les autres ne l’étaient qu’avec une dose. Nous savons aussi que 80 % des enfants ne sont pas vaccinés en Israël. Le manque de vaccination est l’élément principal qui a permis à ce variant de trouver un terrain propice à sa propagation.

Fild : La situation est-elle inquiétante ?

Professeur Gamzo : Il est sain de s’inquiéter et il est toujours possible que nous soyons devant un regain du virus. Cela dit, nous pouvons dire qu’avec les gestes barrières, une discipline nationale, les décisions prises par le gouvernement et surtout avec un taux de vaccination plus élevé chez les jeunes, ce variant ne devrait pas nous inquiéter outre mesure.

24/06/2021 - Toute reproduction interdite


Naftali Bennett fait une déclaration après sa visite de l'aéroport international Ben Gurion, alors qu'Israël cherche à contenir les récurrences du coronavirus , près de Tel Aviv, le 22 juin 2021.
© Ronen Zvulun /Reuters
De Bruno J. Melki