Analyses | 6 avril 2021

Macron face à la Covid : le fiasco permanent !

De Roland Lombardi
4 min

Alors qu’Israël reprend une vie normale, que plus de 30 millions de Britanniques ont déjà été vaccinés et que le Maroc suspend les vols en provenance et à destination de la France, l’ultime mesure prise par l’État face à la crise sanitaire aura été de décréter… un nouveau confinement ! Un an après le début de l’épidémie, la France en est donc toujours au même point !  

La chronique politique de Roland Lombardi.

Avec toute la meilleure volonté du monde, on a beau chercher, force est de reconnaître que la gestion de la crise du coronavirus n’est depuis un an qu’un fiasco permanent. Tous les États de la planète confrontés à cette crise mondiale sans précédent ont commis des erreurs à un moment ou à un autre. Mais globalement, tous ont su réparer ou rattraper leurs échecs, soit en faisant évoluer les mesures sanitaires et restrictives, soit avec l’arrivée des vaccins.

Nul besoin de revenir dans les détails sur l’incompétence gouvernementale, ni sur la répétition des couacs, des défaillances de l’exécutif ou la pénurie des masques et des tests, le manque de lit de réanimation et de moyens des soignants et de notre santé publique, des divers mensonges et scandales d’État… Le résultat est sans appel : une année après, le pays en est au même point[1] !

Aujourd’hui, à part des mesures économiques et sociales prises pour acheter la paix civile qui annoncent des lendemains plus que douloureux, aucun lit de réanimation supplémentaire n’a été créé depuis un an et le gouvernement accuse un retard sur la vaccination des Français faute de doses et surtout de stratégie et de préparation.

Faut-il rappeler que la France est la seule de toutes les grandes puissances à ne pas avoir développé son propre vaccin ?

Ainsi, alors qu’Israël reprend une vie normale et que plus de 30 millions de Britanniques ont déjà été vaccinés, le président Macron a décrété la semaine dernière, lors de sa rituelle et solennelle prise de parole, un nouveau… confinement général ! Et comble du cynisme, sans en prononcer une seule fois le nom !

Devant la recrudescence des cas, des « variants », des nouvelles vagues et surtout face la pénurie de vaccins, c’est la seule mesure que le gouvernement a cru bon de prendre pour pallier la saturation – une énième fois – de notre système hospitalier. Soit étendre sur tout le territoire national des mesures liberticides qui ont déjà échoué dans 16 départements et fermer uniformément toutes les écoles. C’est tout bonnement incompréhensible et surtout une insulte à l’intelligence des Français.

Car, quelles sont les garanties réelles de succès de cette « nouvelle » décision ? Aucune !

Un énième coup de com’

La com’ médiatico-présidentielle et certains sondages ont beau nous présenter le président comme le sauveur, le héros national, le chef de guerre au sein de son Conseil de défense - qui est normalement une instance conçue pour la stratégie militaire - l’épidémiologiste en chef ou que sais-je encore, tout cela ne prend plus. Le pays profond et les Français ne sont plus dupes. En attendant, Emmanuel Macron a une nouvelle fois cédé à des statistiques discutables et aux discours alarmistes de certains scientifiques de plateaux TV.

La propagande macroniste ne sert qu’à masquer les volte-face, les contradictions répétées et les manquements gouvernementaux successifs et chroniques qui ont jalonné une année de crise sanitaire. Comme le disait Lénine, les faits sont têtus. Pourquoi il n’y a toujours pas eu l’ajout des lits de réanimation promis, après un an d’épidémie ? Pourquoi la France n’a pas assez de vaccins ? Pourquoi le ministre de la Santé, Olivier Véran, maître du mépris et de l’arrogance et surtout grand architecte de cette triste mascarade, est encore en fonction alors que ce genre de personnage aurait été remercié depuis belle lurette dans toute démocratie digne de ce nom ?

Les réponses sont simples et elles se résument à quatre mots : inconstance, lâcheté, impuissance et incompétence !

Certains évoquent le terme « hubris » pour expliquer l’absence d’autocritique, de remise en question et pire, le déni voire une certaine forme d’autosatisfaction ridicule de la part du gouvernement et de l’Élysée. Or ce que les anciens Grecs appelaient l’hubris, qui se traduit le plus souvent par « démesure », survient généralement chez celui ou ceux qui accumulent les victoires et les succès. Alors comment définir l’état d’esprit et le sentiment de nos responsables actuels qui n’ont fait que se tromper et ont plutôt engrangé fiascos sur fiascos ?

De l’orgueil, de la vanité ou du narcissisme déplacés ? De l’arrogance ? Pour beaucoup ce n’est, à juste titre, que du Grand-Guignol !

Au-delà d’être la risée du monde, nous sommes les témoins impuissants et surtout les victimes expiatoires d’un gigantesque désastre collectif et national.

Si les électeurs ne sanctionnent pas les responsables de cette tragi-comédie, l’histoire, assurément, les jugera !

Roland Lombardi est historien, consultant en géopolitique et spécialiste du Moyen-Orient. Il est analyste et éditorialiste pour Fild. Il est l'auteur de plusieurs articles spécialisés. Ses derniers ouvrages sont Les trente honteuses, ou la fin de l'influence française dans le monde arabe et musulman (VA Editions, 2019) et Poutine d'Arabie, comment la Russie est devenue incontournable en Méditerranée et au Moyen-Orient (VA Editions, 2020).

@rlombardi2014

https://www.facebook.com/Roland-Lombardi-148723348523778

[1] https://fildmedia.com/article/coronavirus-gestion-de-crise-ou-scandale-detat?fbclid=IwAR0Uje9rY3KUFofpVy6KbTLzwtREWevE5l4-gyCRueP15EHeIOQncHP7xc

06/04/2021 - Toute reproduction interdite


Des produits non essentiels sont interdits de vente dans un supermarché suite aux nouvelles mesures contre la pandémie de coronavirus à Paris, le 5 avril 2021.
© Benoit Tessier /Reuters
De Roland Lombardi

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don