Société | 24 juillet 2019

L’université Panthéon-Assas se met à la sécurité et au renseignement !

De GlobalGeoNews GGN
min

Le Diplôme universitaire « Sûreté, information, renseignement » de Panthéon-Assas (Paris 2) a pour but de former cadres, dirigeants d'entreprises ou d'administrations aux questions de sûreté. Son point fort : une formation centrée sur le concret, encadrée par des experts. Par Marine François.

 

Le diplôme est décrit par Chems Akrouf - responsable adjoint de la formation et ancien du renseignement Français - comme « destiné à permettre à des gens d’évoluer en gamme en matière d’expertise, afin de leur permettre d’encadrer, ou de devenir directeur sureté ». Une vision partagée par les étudiants, comme Michel Tauzin – issu de la promotion précédente - pour qui c’est « une formation de terrain, qui vise à intégrer les connaissances du milieu du renseignement vers l’entreprise. »

 

Les destinataires de la formation

Pour y rentrer il est nécessaire d’être titulaire d’un BAC+4 ou, exceptionnellement, d’un BAC + 3 si celui-ci est lié aux questions de sûreté. La formation compte 20 étudiants. La plupart sont issus du monde professionnel. Leur expérience est largement valorisée tout au long du cursus afin de nourrir la réflexion d'éléments vécus, concrets et pratiques. Etudiant de la promotion précédente, Michel Tauzin est directeur technique et logistique dans un hôpital privé. La sécurité et la sûreté représentent environ 30% de son poste. Pour lui, les échanges avec les autres étudiants ont été un véritable point fort. « J’ai échangé avec des gens en poste sur des fonctions dédiées uniquement à la sûreté. Ils avaient rencontré des difficultés et nous donnaient des ficelles pour les contourner »

La création de ce Diplôme Universitaire (DU) part d’un constat de Fabrice d’Almeida - responsable de la formation - et de Chems Akrouf: « Beaucoup de personnes qui travaillent dans la sûreté viennent de la police, de la gendarmerie, ou avaient de hautes responsabilités dans le domaine de la fonction publique et n’ont pas forcément les connaissances nécessaires dans le volet managérial ou financier, ni les clés pour mener à bien une stratégie sûreté.» Le diplôme universitaire est donc centré sur le savoir-faire dans le plan opérationnel.

Pour Chems Akrouf, « Elle permet de traiter des volets traités nulle part ailleurs », tels l’espionnage économique, le management d’équipes, la cyber-menace etc. A travers des modules conduits par des experts reconnus, l’objectif est de donner aux étudiants les compétences nécessaires pour occuper de hautes fonctions en sureté.

La plupart des étudiants viennent pour se spécialiser ou monter dans la hiérarchie de leur entreprise. « Dans la dernière promotion, deux étudiants ont été recrutés dans les services de renseignement, un a créé sa propre boite de sureté, cinq autres ont directement été promus à la fonction supérieure - adjoint à responsable sureté - […] ». L’apport pour l’entreprise est notable : outre la spécialisation de ses salariés, la formation permet de faire travailler un ensemble d’experts sur une thématique précise propre à l’entreprise. « Un grand groupe qui faisait face à des problèmes de radicalisation avait envoyé un responsable sûreté dans notre formation. Il a rédigé un mémoire sur la gestion de la radicalisation interne au sein de son entreprise ».

 

Le fonctionnement de la formation

Pour un coût de 7500 euros - auquel il faut ajouter les frais d’inscriptions à l’université -, la formation dure 120 heures, répartie sur 15 jours de séminaires. Ce qui correspond à un rythme de 2 jours par mois. « Elle a lieu un vendredi et un samedi par mois. Cela permet de trouver un équilibre entre ce que donne l’employeur – un jour de congé - et le salarié – un jour de son temps libre - ».

Le diplôme est constitué de 9 modules : enjeux, contexte, prospective ; situation juridique des métiers de la sûreté ; assurer la sécurité ; prévention des menaces terroristes ; ressources humaines et management humain ; la communication entre risque et crise ; techniques de renseignement ; mode de gestion de la sureté, et plan opérationnel de sureté.

Selon Chems Akrouf « On y apprend à gérer un site sensible, à appréhender la radicalisation, à monter un business plan sureté, à gérer la sureté des transports, la contre-ingérence et le contre-espionnage économique, la sûreté dans le milieu de la santé … ». Les étudiants obtiennent de plus à la fin du diplôme la certification ASIS - norme d'excellence professionnelle dans le secteur de la sécurité -.

Tous les modules sont obligatoires. Les étudiants sont évalués en contrôle continu et, à la fin de l’année, doivent présenter un mémoire. Celui-ci correspond souvent à des travaux qui intéressent leur entreprise.

 

Les points forts de la formation

Pour Chems Akrouf, « Le premier atout de la formation, c’est qu’elle est tournée vers l’opérationnel ». Pendant l’un des modules, les étudiants sont mis en situation pour être préparés à des contre-mesures de tentative d’espionnage.

Et cela est rendu possible par une équipe enseignante d’experts. « Au-delà du volet théorique, on a fait venir des gens qui ont de hautes fonctions dans le domaine : au Conseil de l’Europe, au renseignement douanier, des experts universitaires etc. Ils ne viennent pas juste avec une étiquette, mais aussi avec un savoir » nous explique Chems Akrouf. La formation compte notamment en son sein l’Amiral Alain Christienne - ancien de la DRM - spécialisé sur le volet expert, le Général Chereau - actuellement directeur protection du groupe Orana, anciennement Areva - Erroll Southers - ancien conseiller à la sécurité de Barack Obama - et beaucoup de personnes issues du milieu de la sureté et du renseignement. Michel Tauzin le confirme « Les enseignants sont de très haut niveau, avec un cursus professionnel très important »

Le DU est conduit en partenariat avec la fédération française de la sécurité privée, la délégation de la sécurité du ministère de l’intérieur, et ASIS, l’organisme de certification international. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 5 septembre.

 

21/07/2019 - Toute reproduction interdite


La Bibiothèque Universitaire
Université Paris II Panthéon-Assas.
De GlobalGeoNews GGN

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don