Les salons de l’hôtel particulier abritant le musée Marmottan-Monet à Paris sont propices à accueillir cette exposition, car ils respirent cet Orient méditerranéen que les peintres d’Ingres à Matisse ont si bien illustré.

La commissaire de l’exposition, Emmanuelle Almiot-Saulnier, docteur en Histoire de l’Art, vous propose ainsi de découvrir plus d’une cinquantaine de chefs d’œuvre de la peinture orientaliste du XIXème et XXème siècles, provenant des plus importantes collections publiques et privées d’Europe et des Etats-Unis.

Cette exposition s’articule surtout autour de deux axes majeurs : la figure féminine de l’Odalisque et le paysage.

Les peintres, comme les écrivains européens, ont fantasmé l’Orient. Certains, à l’image d’ Ingres et de sa « Grande Odalisque » peinte en 1814, ont en fait reproduit leurs fantasmes à travers leurs oeuvres. Ainsi, la figure féminine orientale n’a jamais été réellement vue par les peintres du XIX ème siècle telle qu’elle existait. Ils ne sont pas davantage entrés dans un harem, leurs modèles étant la plupart du temps choisis et mis en scène en Europe avec, toutefois, de vrais accessoires orientaux.

Pour d’autres enfin, le rêve a rattrapé la réalité grâce au voyage initiatique. Ces artistes - aventuriers ont en effet mis en scène le voyage en Orient en composant leur œuvre avec une lumière particulière, et des paysages rythmés par la couleur.

Cette exposition nous montre en fait que l’Orient fut l’une des voies de la modernité et du passage à l’art abstrait.

C’est magnifique, et c’est à voir au plus vite !

Prix Plein Tarif : 12 euros


Théodore Chassériau Danseuses marocaines. La Danse aux mouchoirs 1849 Huile sur bois 32 x 40 cm
Paris, musée du Louvre, département des Peintures, legs du baron Arthur Chassériau, entré au Louvre en 1934 Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado
De Cécile Martin-Cocher