Interviews | 1 avril 2020

L’impression 3D à la rescousse des professionnels de santé

De Peggy Porquet
3 min

Axelle Ferry est une Youtubeuse dont la Chaîne ‘Le Labo d’Heliox’ compte plus de 200 000 abonnés, tous passionnés d’impression 3D. Face à la pénurie de matériel, elle vient de cofonder la plateforme Covid3d.fr qui permet de mettre en relation ces imprimeurs 3D bénévoles avec le personnel de santé, afin de lui fournir des visières de protection.

                                                      Propos recueillis par Peggy Porquet.

Comment vous est venue l’idée de fabriquer du matériel de protection pour le personnel soignant ?
J’ai vu qu’il y avait plusieurs initiatives de petits groupes un peu partout en France, et je n’avais pas l’impression qu’il y en avait beaucoup dans ma région. J’ai pas mal d’imprimantes à ma disposition grâce à ma chaîne YouTube. Suite à un tweet que j’ai lancé, j’ai commencé à recevoir beaucoup de demandes, et j’ai vite réalisé que cela allait être compliqué de faire cela toute seule. Suite à ce fameux tweet, une personne m’a contactée et nous avons décidé d’organiser quelque chose de plus simple et de plus pratique. Depuis mercredi dernier, nous travaillons sur le site internet Covid3d. Nous l’avons monté aussi vite que possible pour permettre aux gens de s’équiper rapidement car il est difficile de trouver toutes les initiatives qui se sont lancées en France, que ce soit des groupes Facebook ou des formulaires Google gérés par des intermédiaires, ce qui peut faire perdre du temps. Nous avons réfléchi à automatiser une procédure de prise de contact entre les gens. Sur le site, vous pouvez aussi consulter l’avancement des réalisations des makers*


Combien de visières produisez-vous par jour ? Correspondent-elles à une norme homologuée ?
J’ai six imprimantes qui tournent quasiment toute la journée, et je produis à peu près une quarantaine de visières par jour. On va aussi fabriquer des modèles validés par l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris. Nous savons que cette barrière physique est dans tous les cas efficace. L’idéal est de l’utiliser avec un masque, même un simple masque chirurgical, c’est un outil complémentaire pour se protéger. Nous avons des retours positifs de personnes qui les portent chaque jour. Il y a aussi eu des modèles qui ont été améliorés. Par exemple, nous n’avions pas pensé au début que des personnes pouvaient porter des lunettes assez larges et que la visière pouvait les gêner. Nous sommes toujours à l’écoute pour apporter des améliorations.

Comment avez-vous pu être mise en relation avec des établissements hospitaliers ?
J’ai initialement appelé des pharmacies qui m’ont raccroché au nez. J’ai donc attendu que les gens s’adressent directement à moi. A la suite de ce fameux tweet que j’ai lancé, beaucoup de personnes ont manifesté de l’intérêt et je n’ai plus vraiment fait de démarche pour appeler les hôpitaux. J’ai été contactée par des membres du personnel hospitalier, des infirmiers libéraux, des médecins, des chirurgiens-dentistes ...

Comment fonctionne concrètement Covid3D.fr ?
Il y a deux catégories de personnes : celles qui sont en demande de protection et celles qui peuvent fabriquer et fournir. Lorsque l’on va sur le site, on s’inscrit en fonction de sa catégorie. Le demandeur créé son compte, d’où il est possible de générer plusieurs demandes. Les imprimeurs 3d peuvent consulter la liste et voir combien de visières sont demandées, pour quel établissement. Ils acceptent une demande en fonction de leur capacité de production et donnent leurs délais de livraison, généralement de trois jours. Nous ne pensons pas développer d’appli, car nous pensons que le besoin est immédiat et que le site ne servira probablement plus d’ici un mois ou deux.

Combien de fabricants se sont inscrits sur votre plateforme ? Quelle est leur capacité de production moyenne ?
Leur capacité moyenne est difficile à déterminer car nous n’avons que des listes d’imprimeurs, et l’on n’a pas de statistiques. En revanche, nous avons réuni beaucoup d’imprimeurs, et nous avons fait figurer le nombre d’inscrits pour que tout le monde sache comment cela évolue. Actuellement nous avons 4448 imprimeurs à disposition et 2471 visières ont été distribuées. D’autres visières sont en cours de fabrication. Ces chiffres évoluent très vite.


Comment vous approvisionnez vous en matériel ?
Nous sommes tous bénévoles. J’ai pu, grâce à ma chaîne YouTube, récupérer des imprimantes, mais aussi des matières premières comme les filaments. Il va falloir cependant que je me réapprovisionne car mon stock est en train de s’amenuiser, même si je ne suis pas dans l’urgence. Les feuilles plastiques commencent à être un peu difficiles à trouver et les colis n’arrivent pas forcément rapidement. Tout est un peu ralenti, mais je n’ai pas le sentiment qu’il y ait un souci de matière première aujourd’hui.


*une personne qui fabrique des objets en 3d

02/04/2020 - Toute reproduction interdite


Axelle Ferry
DR
De Peggy Porquet

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don