Guillaume Descottes est le fondateur de Vialma, une plateforme dédiée à l’écoute en ligne de musique classique et jazz. Un concept innovant, qui mise notamment sur les effets positifs de la musique classique pour améliorer notre bien-être au quotidien, favoriser notre efficaité au travail ou même soulager des douleurs ! Mais comment une symphonie ou un requiem peuvent-il nous faire autant de bien ?

Entretien conduit par Marie Corcelle



Fild : Qu’est-ce que Vialma ?

Guillaume Descottes :
Vialma, c’est l’acronyme de Vivre avec les merveilles de l’art. Nous voulons intégrer le beau dans le quotidien de chacun, grâce à la musique classique et au jazz. Nous fonctionnons par abonnement, et dans un paysage très concurrentiel, nous jouons sur trois différences. Tout d’abord, Vialma est une plateforme multimédia, puisqu’on y trouve de l’audio et de la vidéo. Vous y trouvez également des programmes exclusifs. Par exemple, le London Symphony Orchestra nous fait parvenir des vidéos exclusives et nous organisons avec eux des watch party, où des musiciens de l’orchestre viennent commenter leur propre interprétation en direct pour nos abonnés. Et surtout, notre ligne éditoriale n’a rien à voir avec ce que vous pourrez trouver ailleurs sur internet. Nos maîtres mots sont universalité, qualité et joie de vivre. Nous pensons que l’art est fait pour tous, et c’est notre mission de le rendre accessible et de faire en sorte que les gens s’amusent. La notion de plaisir est trop peu souvent remise au centre de l’expérience du spectateur ou de l’auditeur. Nous pensons que c’est un moteur essentiel pour interagir avec des œuvres d’art.

Fild : Quels sont les effets bénéfiques de la musique ?

Guillaume Descottes : De nombreuses sphères du cerveau sont sollicitées. Tout d’abord, la musique va avoir un effet moteur. Si vous écoutez de la musique rythmique, vous allez avoir envie de danser. Votre cerveau donne des ordres à votre corps pour se mettre au diapason. Ensuite, il y a un impact chimique. Quand vous écoutez de la musique qui vous plaît, vous sécrétez de l’endorphine et de la dopamine, qui sont deux hormones très importantes pour le bonheur et le plaisir. Et vous avez également un effet sur la plasticité du cerveau. Quand vous écoutez quelque chose, votre cerveau le retranscrit et transmet à votre corps des indications pour bouger, si la musique s'y prête ; ou pour stimuler la zone du langage s'il y a des paroles. Sans oublier l’effet madeleine de Proust ! Des mélodies vous ramènent en arrière et vous rappellent des souvenirs. La musique nous veut du bien.

« Bon pour la santé »

Fild : La musique classique peut-elle nous rendre plus performant au travail ?

Guillaume Descottes : Si vous êtes stressé, la musique classique est bénéfique, car elle repose sur des tempos assez lents, adagio ou largo. Autrement dit, en dessous du rythme cardiaque normal, ce qui vous force à vous poser. Pour gérer le stress, c’est fabuleux !
Quand vous avez des morceaux qui sont longs, de quinze minutes ou plus, cela vous permet des temps de concentration plus importants et de ne pas décrocher. Les paroles peuvent distraire, votre cerveau va essayer de comprendre ce qui est dit, et si vous êtes en train d’écrire, cela risque d’être contreproductif. Écouter de la musique classique au travail, c’est donc réellement pertinent.

Fild : La musique classique peut-elle avoir des effets bénéfiques sur la santé ?

Guillaume Descottes : Il y a des thérapies basées sur la musique classique pour les soins palliatifs, et pour accompagner des personnes avant et après une opération chirurgicale.
Elle permet également de faire diminuer votre pression artérielle, contrairement au rock ou à la pop où les rythmes sont beaucoup plus soutenus. La British Heart Foundation, qui est l’institut officiel du Royaume Uni pour la recherche sur les maladies cardiaques, l’a reconnu scientifiquement, en publiant plusieurs études. La musique classique peut ainsi soulager la douleur. On a également découvert qu’elle sert à lutter contre des pertes de mémoire ou à réenclencher la mémoire, par les procédés d’association mémorielle. Le plus célèbre exemple, c’est cette vidéo de l’ancienne danseuse classique Marta Gonzalez devenue virale : atteinte d’Alzheimer, elle écoute le Lac des Cygnes, et se met à se danser, en se rappelant les mouvements de la chorégraphie.

06/10/2021 - Toute reproduction interdite


Le BBC Symphony Orchestra se produit lors de la dernière soirée du festival de musique classique BBC Proms au Royal Albert Hall de Londres, le 12 septembre 2015.
© Neil Hall/Reuters
De Fild Fildmedia