Société | 13 octobre 2019

Les théoriciens de l’Islam radical : Un livre exceptionnel sur les origines de l’islamisme !

De Emmanuel Razavi
min

Directeur de recherches au Centre Français de Recherche sur le Renseignement, Youssef Chiheb est l’un de nos meilleurs spécialistes de l’islamisme. Il publie « Les théoriciens de l’Islam radical » (VA éditions, 2019). Un livre que devraient lire chacun de nos politiques, de nos magistrats et de nos journalistes, tant il permet une immersion sans précédent dans le corpus des plus grands prédicateurs salafistes, Frères Musulmans et wahhabites.  Propos recueillis par Emmanuel Razavi

Pourquoi ce livre ?

Depuis les attentats qui ont endeuillé la France, les services de la sûreté de l’Etat, les spécialistes du renseignement et les experts se sont concentrés sur deux menaces terroristes : la radicalisation violente et l’organisation terroriste de l’Etat islamique. Cependant, très peu de spécialistes ont abordé l’idéologie islamiste et les théoriciens de l’islamisme radical ! A titre comparatif comment peut-on décrypter et analyser le communisme sans lire les ouvrages de Karl Marx ? La radicalisation islamiste n’est que la partie émergée de l’iceberg qu’est la pensée idéologique et ses objectifs totalitaires.

Qu’est- ce qui a construit historiquement l’islam politique ?

Comme je l’ai souvent évoqué, l’islam est une religion qui s’est métamorphosée en idéologie conquérante avec le concept du Califat. Une religion politique, politisée et politisable. La mort du prophète a laissé un vide juridique quant à sa succession. Ses compagnons se sont heurtés à cette terrible équation : comment transformer le statut prophétique en statut politique, et qui est légitime, en tant que profane, pour se succéder au Messager d’Allah ? Ainsi, trois Califes sur quatre ont été assassinés pour usurpation de la fonction non reproductible du seau des prophètes. Depuis cette séquence historique et jusqu’à nos jours, toutes les formes de pouvoir ont été contestées, faute de légitimité. Des courants politico-théodologiques se sont succédé les uns aux autres par la violence ou par le takfirisme. Dans les pays arabo-musulmans, l’islam politique prospère en l’absence de régimes démocratiques et d’une dichotomie entre Etat et religion.

En quoi l’islam politique est-il davantage une pensée révolutionnaire qu’un mouvement religieux ?

Si vous passez en revue tous les mouvements insurrectionnels majeurs qui ont abouti à la chute des régimes politiques dans les pays musulmans, les mouvances islamistes en ont été à l’origine. Le wahhabisme en Arabie Saoudite, les Ayatollahs en Iran, les Frères musulmans en Egypte, les Salafistes en Tunisie, la décennie noire en Algérie…l’islam politique est une pensée révolutionnaire du fait qu’elle est portée par des prédicateurs radicaux qui ont infiltré les rouages des Etats et instauré le concept de la dictature théologique des masses en prononçant des fatwas appelant à la destitution des gouvernants qui n’appliquent pas la chariâa dans sa version orthodoxe.

Comment certains théoriciens de l’islam radical ont-ils pu rencontrer un tel succès au pays des lumières ?

Comme je l’ai expliqué dans mon dernier livre, les théoriciens de l’islam radical jouent sur nos propres « vulnérabilités », nos valeurs et notre Histoire. Le déclin du christianisme, l’ancrage de la laïcité, le confinement du fait religieux, les transformations sociétales profondes, l’histoire coloniale, la stigmatisation de l’immigration et la publication des caricatures de Mohamet…sont autant d’éléments très observés, analysés et instrumentalisés par les théoriciens de l’islam radical qui décryptent cette grille de lecture de la société française. Les chouyoukhs radicaux considèrent la France comme un pays de mécréance, spirituellement déconstruit, sociologiquement fracturé et politiquement perméable au prosélytisme puisqu’il n’y a pas de religion d’Etat. Le contexte géopolitique, post printemps arabe, s’est conjugué à cette grille de lecture obscurantiste pour coaguler et prendre de l’ampleur.

On a le sentiment que l’expansion de la théologie islamiste radicale est encore plus à craindre que le terrorisme lui-même en France ?

Depuis le déclenchement des premiers attentats et les tueries de masse en France, les services de sécurité et du renseignement ont fait un travail énorme pour contenir cette menace imprévisible. En revanche, la France est une démocratie qui garanti à tous le droit de croire ou de ne pas croire. Elle ne peut instaurer une « police de la pensée on une inquisition d’Etat ». Partant de ce constat, considéré par les théoriciens de l’islam radical comme une vulnérabilité, le prosélytisme continue à se développer en France, par un maillage territorial intense en mosquées ou salles de prière. Enfin, la Cyber-islamisation radicale propage cette idéologie totalitaire, à travers les réseaux sociaux, dans un pays hyper connecté.

Comment expliquez-vous le manque de lucidité face à la montée de l’islamisme ?

Tout d’abord, la montée de l’islamisme est devenue un phénomène transcontinental inscrit dans un temps géologique de nature à instaurer une guerre froide du vingt et unième siècle, voire à un choc frontal des civilisations. Ensuite, la France est un Etat de droit. Le gouvernement et les services de sécurité et du renseignement sont conscients que cette guerre sera longue, coûteuse d’où l’appel lucide de Président de la République à une société de vigilance et non de suspicion

14/10/2019 - Toute reproduction interdite


Youssef Chiheb
DR
De Emmanuel Razavi

À découvrir

ABONNEMENT

80 journalistes
indépendants
sur le terrain,
pour vous !

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement

Newsletter FILD
Soutenez-nous

Parce que la presse indépendante est un pilier de la démocratie!

Abonnement 80 reporters engagés sur le terrain

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement