Les attentats de Paris et de Bruxelles ont soulevé des inquiétudes sur le manque de filtrage des réfugiés transitant par la Grèce. De faux passeports syriens ont en effet été découverts près des corps de deux des kamikazes du Stade de France, contrôlés un mois plus tôt sur l'île grecque de Leros. « Porte orientale » d'entrée dans l'espace Schengen, la Grèce est en première ligne face aux flux migratoires. Par Elisa Rullaud

Selon les chiffres de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, entre janvier et mars 2018, 5 318 migrants provenant en grande partie de Syrie, d'Irak et d'Afghanistan sont arrivés en Grèce. Certains ont traversé la mer Egée pour atteindre les côtes grecques, tandis que d'autres sont passés par le fleuve Evros à la frontière avec la Turquie.

Un mur a été érigé le long de cette frontière en 2011. Les policiers, militaires grecs et gardes-frontière dépêchés par l'Union Européenne y arrêtent et envoient dans des centres de détention les migrants. Ils y sont alors identifiés et leurs empreintes digitales sont enregistrées, en conformité avec le règlement de Dublin II. Des mesures jugées insuffisantes face au nombre important de faux passeports syriens détenus par Daesh.

Selon les autorités, la situation est devenue incontrôlable en Grèce à partir de 2015. De nombreuses structures d'accueil sont saturées, notamment dans les « hotspots » (zones d'urgence migratoire) des îles grecques. L'aéroport abandonné Elliniko, au sud d'Athènes, ou encore le camp de Moria sur l'île de Lesbos où les réfugiés vivent dans des containers ou des tentes de fortune, attestent de cette réalité.

Selon un rapport de la Commission Européenne, à la date 8 mars 2018, 12 926 migrants étaient présents sur les îles grecques, dont 10 020 dans les zones d'urgence migratoire. Un chiffre nettement plus élevé que le nombre officiel de places disponibles, qui s'élève à moins de 8 000.

Des preuves contestables

Comme le précise le rapporteur spécial sur la protection des droits de l'homme dans la lutte antiterroriste Ben Emmerson, « peu de preuves » affirment que Daesh infiltre les flux de réfugiés ou que les demandeurs d'asile soient sujets à la radicalisation. Ce constat a été repris dans le rapport d'Europol sur la situation et les tendances du terrorisme dans l'Union européenne de 2016, qui reconnaît un faible nombre de cas connus.

Pour Anastassia Tsoukala, juriste et criminologue, « croire que cette souffrance collective et individuelle peut mener à la radicalisation, c'est ignorer totalement les étapes du processus de radicalisation, lequel est lent et toujours aléatoire. » Selon elle, « d'une part, ces migrants sont socialement et psychologiquement désorganisés, donc ils ne peuvent s'engager sérieusement dans un réseau terroriste, et, d'autre part, ils ne demandent qu'à pouvoir (re)construire leur vie, ils sont loin de s'engager dans une logique de mort. » Elle ajoute que « dans la majorité écrasante des cas, les auteurs d'attentats terroristes à travers l'Europe sont nés ou ont grandi dans le pays dans lequel ils ont commis l'attentat. »

Un renforcement des contrôles appuyé par l'Union Européenne

Néanmoins, la menace n'est pas sous-estimée et plusieurs pays européens ont renforcé les contrôles aux frontières et au sein des camps. En Grèce, à la date du 5 mars 2018, l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes avait déployé 801 experts aux frontières maritimes et terrestres pour réaliser les contrôles d'identification et d'enregistrement des migrants. Europol a approuvé en 2017 le recrutement de 200 enquêteurs anti-terroriste dans les « hotspots » grecs dans l'objectif d'identifier les terroristes potentiels. 19 agents invités d'Europol et deux membres du personnel d'Europol ont aussi été envoyés dans cinq endroits du pays afin de réaliser « des contrôles de sécurité secondaires ».

25/06/2018 - Toute reproduction interdite.


An overcrowded inflatable boat with Syrian refugees drifts in the Aegean sea between Turkey and Greece after its motor broke down off the Greek island of Kos, August 11, 2015.
De Elisa Rullaud