Comment se porte la culture en France, en particulier le théâtre et le cinéma, au sortir de cette crise sanitaire du Covid-19 ? Mathilde Mottier et François Vila nous donnent leurs diagnostics. Elle est productrice de théâtre en France, et coach. Il est attaché de presse à Paris dans le cinéma, organisateur de festivals dans l'Hexagone, et ailleurs... Ensemble, ils ont créé le festival « Oui ! » de théâtre en français de Barcelone, en Espagne. Une initiative privée pour faire rayonner la culture française à l'étranger, en dépit du manque de soutiens publics dans ce contexte fragile de post-pandémie (une campagne de financement est d'ailleurs ouverte pour la prochaine édition du festival « Oui ! »).

Des difficultés et un déficit de fonds publics qui interrogent justement sur le décalage entre les discours politiques grandiloquents sur la nécessité de diffuser la culture française à l'international, et une réalité beaucoup plus prosaïque. En cause : un décalage entre les décideurs et les acteurs de terrain. Un problème qui se pose exactement de la même manière entre Paris et la province. Une autre version de la « déconnexion » des élites, en somme.

Mais les artistes n'ont-ils pas eux-mêmes une responsabilité ? Sont-ils en phase avec les questions et les débats qui traversent la société française ? Le milieu culturel français ne souffre-t-il pas d'un « entre-soi » ?

Les réponses de Mathilde Mottier et François Vila, dans « l'Avocat du diable ».

Niccolo Bruna/Fild
De Niccolo Bruna