Analyses | 21 décembre 2020

L’année 2020, ou le triomphe du révisionnisme et du terrorisme intellectuel

De Roland Lombardi
6 min

D’Assa Traoré en Une de Time Magazine à Miss Provence insultée sur les réseaux sociaux en raison de ses origines, en passant par le lâchage de Mila par le lycée militaire supposé la protéger, l’année 2020 semble marquer le retour en force d’un révisionnisme orwellien qui en dit long sur le déclin de la France et de l’Occident en général ...  

        Par Roland Lombardi. 

Pour l’auteur du célèbre - et tellement d’actualité ! - « 1984 », Georges Orwell, « le concept de vérité objective est celui de quelque chose qui existe en dehors de nous, quelque chose qui est à découvrir, et non quelque chose qu’on peut fabriquer selon les besoins du moment. Ce qu’il y a de vraiment effrayant dans le totalitarisme, ce n’est pas qu’il commette des atrocités mais qu’il s’attaque à ce concept. Le sentiment que celui-ci est en voie de disparaître du monde m’effraie bien plus que les bombes ».

Or, si cette perspective d’un monde où le concept de vérité objective aurait disparu est effectivement effrayante, j’ai malheureusement une triste nouvelle à vous annoncer : nous y sommes !

L’année 2020 a en effet été marquée par la victoire d’une bien-pensance institutionnalisée, servie par l’extrême gauche et le progressisme mondialiste, tous deux idiots utiles de la haute finance et du capitalisme international. L’objectif est clair : abattre tout obstacle à l’ultra-libéralisme sauvage qui a pourtant démontré ses limites quant à la gestion de la pandémie de la Covid à travers le monde. Bref, abattre le concept de l’État-Nation et donc la souveraineté des États …

L’origine de cette dégringolade intellectuelle : Le concept de French Theory, apparue dans les universités françaises à partir des années 1960 et aux États-Unis à partir des années 1970.

La French Theory – ensemble de théories philosophiques postmodernes, littéraires et sociales dans lesquelles la notion de déconstruction tient une place centrale – a en effet rencontré un engouement notable dans les départements américains de lettres dans les années 1980. Elle aboutit aujourd’hui à l’idéologie de la fameuse gauche «woke» américaine, adepte du racialisme, de l’antisémitisme, de l’anti-occidentalisme voire de la « haine de l’homme blanc », pratiquant la chasse aux sorcières afin de faire taire toute parole dissidente au nom d’un antiracisme délirant.

Les délires idéologiques de cette French Theory portée par Deleuze ou Foucault ont aussi infusé dans le milieu des arts, du militantisme politique ainsi que dans les médias mainstream américains. Or, aujourd’hui, par une triste ironie de l’histoire et par un effet boomerang dévastateur, notre pays subit de plein fouet ce retour d’influence.

C’est ainsi qu’Assa Traoré, célébrée comme l'une des « personnalités de l'année » par le Time Magazine, est présentée comme une héroïne de l’antiracisme et l’alter ego des activistes américains qui ont organisé les manifestations après la mort de George Floyd. Une aberration, lorsque l’on sait toutes les controverses sur le passé douteux de son frère.

Le bon sens aurait plutôt dû pousser le grand magazine à honorer la mémoire du malheureux professeur d’histoire Samuel Paty, décapité par un jihadiste tchétchène à cause de son attachement à la liberté d’expression... Que nenni !

Rien d’étonnant cependant puisque l’on a vu, peu de temps avant, une partie de la presse américaine se joindre à Erdogan et au Qatar pour critiquer la France « raciste et islamophobe » !

Dans le même temps, lorsque nous découvrions la nouvelle « icône » du politiquement correct de l’Internationale bobo, nous apprenions que le lycée militaire qui abritait Mila, menacée de mort par des islamistes, ne se sentait plus en mesure de protéger la jeune fille !

La honte d’être Français, nouveau concept des élites de gauche

Autre exemple de ces offensives contre la France : Mediapart qui, via le blog de l’activiste Paolo Fusi hébergé par le site d’information, s’en prend violemment à des intellectuels et journalistes français qui osent critiquer les Frères musulmans et le Qatar !

Le grand quotidien Le Monde a quant à lui publié en octobre dernier une tribune contre le projet de loi sur le séparatisme cosignée par un ensemble de chercheurs travaillant sur les sociétés musulmanes fustigeant et déconstruisant le discours gouvernemental qui « rejette continuellement [les musulmans] dans une position de mineurs, de citoyens de seconde zone, les désigne comme troublant l'ordre public » !

Des chercheurs qui pour certains, en 2015, au lendemain des attentats du Bataclan, appelaient tout bonnement, au nom du CNRS (!), les spécialistes du monde arabe et du Moyen-Orient à ne pas collaborer avec les services de sécurité français ! Pas étonnant de retrouver parmi les signataires, un ancien directeur de recherches ayant déclaré avoir « honte d’être Français » lors de la récente dissolution de l’association islamiste, BarakaCity !

D’autres « experts » se fendent depuis des semaines d’articles critiquant les positions de Paris face à Erdogan et appellent à l’apaisement... Mais seulement du côté français bien sûr ! Dernièrement, un autre soi-disant « spécialiste » se faisait le redresseur de torts et le défenseur de l’Azerbaïdjan en décrivant les volontaires français d’origine arménienne partis combattre pour le Haut Karabakh agressé comme de sinistres petits nazillons ! Il est vrai que Bakou - à l’instar de Doha - maîtrise l’art de s’offrir les services de responsables politiques européens comme de « chercheurs » parmi les plus médiocres !

« Le poisson pourrit toujours par la tête »

« L'islamo-gauchisme fait des ravages » a déclaré Jean-Michel Blanquer, quelques jours après l’assassinat de Samuel Paty. Or, une célèbre radio du service public nous a expliqué récemment que cette expression était « polémique » et qu’elle n’était qu’une « arme rhétorique de la droite pour décrédibiliser la gauche sur les questions liées à la laïcité » !

En France, il est donc devenu impossible de débattre sereinement. De la palestinophilie aux islamo-gauchistes, en passant par les militants de la LFI, les pauvres naïfs verts, les indigénistes et les communautaristes, il y a une véritable convergence des luttes. Le problème c’est qu’une pensée unique, voire un véritable terrorisme intellectuel sont en train de s’imposer parfois même par la violence, comme on l’a vu avec le drame de Conflans. Car tous les moyens sont bons pour faire taire les voix dissonantes : conférences interdites, intimidations en tous genres, coupures des financements de recherches, agressions verbales ou physiques, cyber harcèlement (cf. la Ligue du LOL) et harcèlement insidieux ... Hélas, ces pratiques sont souvent relayées par certaines institutions. Ainsi, la semaine dernière, une professeure de droit de l’université d’Aix-Marseille a été la cible d’un torrent d’insultes et de menaces de mort sur les réseaux sociaux pour avoir critiqué l’islam. Placée sous surveillance policière, elle est visée par une plainte de la Ligue des droits de l'homme et Mediapart a diffusé son nom …

Dernière ignominie de cette sinistre et funeste mouvance islamo-gauchiste, le déferlement d’insultes antisémites sur les réseaux sociaux qui ont visé ce week-end April Benayoum, Miss Provence et première dauphine du concours Miss France.

Une infamie de plus !

Bref, au-delà des crises sanitaire, économique, sociale, sécuritaire et politique qui traversent l’Occident et la France en particulier, la tyrannie intellectuelle du « politiquement correct », au service des « puissances de l’argent », s’est emparée des universités et des médias occidentaux. L’alternative est de « se soumettre ou être détruit » comme le rappelle Bret Weinstein, ce professeur de biologie et théoricien de l’évolution américain qui fut forcé de démissionner en 2017 de l’université d’Evergreen après s’être opposé à une journée interdite aux blancs...

Le salut ne viendra malheureusement pas de gouvernements qui démontrent chaque jour, par leurs gesticulations pitoyables, leur propension à la dérobade, au renoncement et à la soumission.

Comme le disait Mao : « le poisson pourrit toujours par la tête ».

Pour la majorité silencieuse et tous ceux, comme notamment les journalistes et chercheurs de Fild qui défendent la Liberté, le débat et une vision intellectuelle objective de l’histoire et de l’actualité, une troisième alternative existe néanmoins : celle du réel et de la résistance intellectuelle !

Roland Lombardi est historien, consultant en géopolitique et spécialiste du Moyen-Orient. Il est analyste et éditorialiste pour Fild. Il est l'auteur de plusieurs articles spécialisés. Ses derniers ouvrages sont Les trente honteuses, ou la fin de l'influence française dans le monde arabe et musulman (VA Editions, 2019) et Poutine d'Arabie, comment la Russie est devenue incontournable en Méditerranée et au Moyen-Orient (VA Editions, 2020).

@rlombardi2014

https://www.facebook.com/Roland-Lombardi-148723348523778

20/12/2020 - Toute reproduction interdite


La jeune Mila, cible de menaces sur les réseaux sociaux
DR
De Roland Lombardi

À découvrir

ABONNEMENT

80 journalistes
indépendants
sur le terrain,
pour vous !

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement

Newsletter FILD
Soutenez-nous

Parce que la presse indépendante est un pilier de la démocratie!

Abonnement 80 reporters engagés sur le terrain

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement