Société | 8 avril 2021

KeenBags, des sacs français aux airs d’Orient

De Fild Fildmedia
3 min

Il y a dix ans, Carinne Abou-Huguet a lancé la marque de sac KeenBags au gré de ses voyages. Fabriqués avec des tissus provenant du Moyen-Orient, la créatrice revient pour Fild sur sa success story.

Entretien conduit par Alixan Lavorel.

Fild : Quelle est la particularité de vos sacs ?

Carinne Abou-Huguet : J’ai vécu quinze ans au Moyen-Orient. Le tissu était pour moi le lien qui m’attachait au pays dans lequel je vivais ou que je visitais. Celui que j’utilise pour mes sacs s’appelle le guthra, appelé plus régulièrement un sheish. Ce sont des foulards que les hommes portent sur la tête pour se protéger de la chaleur et du soleil au Moyen-Orient. Je transforme donc un accessoire utilisé par les hommes en un élément que les femmes peuvent adopter à leur tour. Aujourd’hui, on trouve de plus en plus de ces tissus avec des couleurs incroyables, ils sont très texturés et design malgré leurs motifs très anciens.

Fild : D’où vous est venue l’idée des sacs Keenbags ?

Carinne Abou-Huguet : Je suis maman de jumeaux, alors avoir des sacs pratiques et qui tiennent le coup est vraiment devenu quelque chose d’essentiel. Au départ, j’en créais uniquement pour moi. Puis je me suis rendu compte que cela pouvait être utile aux autres. J’ai coché toutes les cases qui m’intéressaient : du rangement avec des poches intérieures, solide, facile à nettoyer et à plier pour rentrer dans une valise. J’y ai mis une petite touche française - sans forcément m’en rendre compte - mais qui fonctionne toujours très bien à l’international. Mes sacs se sont tout de suite très bien vendus lorsque je les ai commercialisés au Moyen-Orient.

Fild : Vers quels pays exportez-vous vos créations ?

Carinne Abou-Huguet : J’ai quitté la France en 2003. Après quinze ans au Moyen-Orient et deux en Asie, je suis arrivée à Barcelone en 2019. Le but est de développer ma société sur le Vieux continent. Toutefois, mes ventes en Europe en sont à leurs débuts par rapport à la visibilité que j’ai au Moyen-Orient. Lorsque j’étais aux Émirats, j’allais beaucoup dans des salons de créateurs ou je pouvais vendre directement les sacs à mes clientes. Elles étaient souvent des femmes expatriées qui appréciaient le principe d’avoir un sac à la mode confectionné avec le tissu du pays dans lequel elles vivaient. En même temps, j’avais des clientes locales. Elles appréciaient énormément « que je fasse honneur » à un tissu qu’elles avaient l’habitude de voir porté par leurs maris, leurs frères, leurs pères, et qu’elles pouvaient adopter sous la forme d’un accessoire un peu fashion.

Fild : En quelques mots, que représente Keenbags pour vous ?

Carinne Abou-Huguet : C’est ma passion ! On peut avoir une double lecture de mes créations. Si vous habitez au Moyen-Orient, vous reconnaissez immédiatement ce tissu porté par les hommes que vous côtoyez au quotidien. Si vous n’y habitez pas, c’est un tissu très moderne, contemporain. Vous ne comprenez peut-être pas l’histoire qu’il y a derrière, mais vous appréciez juste sa beauté. Mélanger la « french touch » et son gage de qualité avec des produits locaux comme des sheishs afin de faire voyager un peu mes clients, c’est ça Keenbags. Comme une touche d’exotisme dans notre quotidien un peu triste !

06/04/2021 - Toute reproduction interdite


Collection des sacs intemporels et waterproof de KeenBags
De Fild Fildmedia

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don