Société | 15 mars 2018

Iran: La Place des Femmes en 2018

De Jade Ouvrard
2 min

L’Iran a connu en fin d’année une période de contestation populaire. Les femmes, qui représentent près de la moitié de la population (82 millions d’habitants), ont largement participé à ce mouvement, portant leurs propres revendications lors des manifestations.  Quelles sont-elles et quelle est la place des femmes en Iran en 2018 ? Analyse.

Le 28 décembre 2017, des manifestations ont eu lieu dans les grandes villes iraniennes. Au départ unis contre le coût de la vie, les manifestants ont peu à peu revendiqué plus de libertés économiques et sociales. Le dernier soulèvement populaire en Iran datait de 2009 et avait été réprimé par les autorités dans le sang, laissant un souvenir amer au sein de la population. C’est pour cette raison que les évènements de la fin d’année ont été surprenants, rassemblant 42 000 hommes et femmes, selon le Ministère iranien de l’intérieur. Et c’est particulièrement la présence et la véhémence de ces femmes qui ont marqué les esprits.

Car ces dernières réclament davantage de libertés, en manifestant notamment contre le port du hijab, le voile islamique obligatoire à partir de 9 ans.

En Iran, les droits des femmes ont connu un recul considérable depuis la Révolution islamique de 1979.

Lors de la présidence de Mahmoud Ahmadinejad, il a même été interdit aux femmes de se maquiller, alors que les Iraniennes sont parmi les plus grandes consommatrices de cosmétiques au monde.

Revendications, limites et réussites

Les femmes iraniennes revendiquent aujourd’hui un accès à l’espace public et à une expression plus libre. Alors qu’il n’y avait que 30% de femmes dans les universités dans les années 1980, elles sont aujourd’hui plus de 60% à l’entrée à l’université.

Selon le spécialiste des mouvements féminins iraniens Modjtaba Najafi, l’arrivée d’Internet en Iran a permis la création d’une identité féminine collective, favorisant la solidarité par l’échange d’informations, le déclenchement de campagnes et l’organisation de manifestations. Le développement de technologies de communication a enfin aidé les femmes à accroitre leur visibilité, à contourner la censure de la République islamique, et à relayer leurs revendications auprès de nombreuses Iraniennes influentes vivant à l’étranger.

Néanmoins, à l’intérieur même du pays, les femmes dissidentes s’exposent à des conséquences sévères si elles se montrent trop téméraires. Les femmes qui ont ôté leur voile lors des manifestations ont souvent été arrêtées, parfois condamnées à des peines de prison.

Si les femmes iraniennes - qui ont un véritable poids au sein de leur foyer -, ont encore du chemin avant d’accéder à l’égalité avec les hommes, les mentalités évoluent.

Le simple fait que l’Iran se féminise, que les femmes aient de plus en plus accès à une éducation de très bon niveau, implique qu’elles soient davantage présentes dans les secteurs sociaux, culturels, politiques et économiques. Le meilleur exemple est celui de la compagnie Iran Air qui a nommé à sa tête Farzaneh Sharafbafi, une femme de 44 ans (la compagnie compte 17% de femmes).

Les femmes, sans aucun doute possible, contribuent en 2018 aux changements sociétaux et économiques qui bouleversent l’Iran et l’amèneront vers plus d’ouverture.

16/03/2018 - Toute Reproduction Interdite


Deux Iraniennes parlent au coin d'une place dans le nord de Téhéran le 26 février 2012.
De Jade Ouvrard

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don