Le journaliste français Jean Carrère analyse les possibilités et les enjeux des investissements étrangers au Cambodge

La qualité de vie pour les expatriés, associée au fort pouvoir d’achat dont ils jouissent sur place font du Cambodge, et de Phnom Penh en particulier, un endroit attractif où investir. Toutefois, les entrepreneurs potentiels doivent se rappeler que le Cambodge est encore placé 161eme sur 180 pays dans le rapport de 2017 de Transparency International en termes de corruption, ce qui rend la plupart des secteurs quasiment inapprochables pour l’investissement. Les fonds étrangers sont toutefois bienvenus dans deux secteurs particuliers : l’hospitalité et l’immobilier.

L’une des premières choses à savoir est qu’un citoyen étranger peut légalement ouvrir un business au Cambodge sans partenaire Khmer, et avec des fonds provenant intégralement de l’étranger, ce qui facilite nettement le processus. Il est ainsi tout à fait possible, en théorie, de plier bagage et de partir dès le lendemain pour le pays afin d’ouvrir un hôtel de quelques bungalows sur une plage paradisiaque avec ses propres économies.

Toutefois, la facilité de s’établir crée une compétition importante, pour ne pas dire quasiment insurmontable pour les néophytes. Phnom Penh déborde en effet de boutiques-hôtels (terme prisé pour parler d’établissements de standing comptant au maximum une trentaine de chambres) et de restaurants internationaux en tout genre, allant de la fondue savoyarde à la fusion khmer -japonaise. Des restaurants et bars à concept ouvrent et ferment chaque semaine, peu prospèrent en dehors de certaines institutions locales, tels que le restaurant/ONG Friends, qui forme et emploie un staff khmer issu de milieux défavorisés.

Pour en rajouter, la multiplication des investissements chinois prive l’hôtellerie et la restauration occidentale de pratiquement tout accès à la clientèle de ce pays.

Reste l’immobilier. Ici encore la Chine prédomine, développant résidences surveillées en dehors de la capitale, condominiums et immeubles d’affaires en centre-ville, ou hôtels, resorts et casinos le long du littoral.

Avec une croissance constante ces dernières années, avec une moyenne de 7% depuis 2015 selon les données de l’ASEAN, investir dans l’achat d’un appartement n’est pas nécessairement une mauvaise idée. En revanche, les développements politiques des derniers mois, qui ont vu le parti du premier ministre Hun Sen bannir l’opposition, arrêter des opposants politiques et fermer divers médias, peuvent influencer le marché, du moins dans un premier temps, et sur le long terme si la situation venait à dégénérer davantage.

Toutefois, certains experts internationaux, tels que Lili Ding, la directrice marketing de Parkway Investment, estiment que la situation devrait se stabiliser d’ici à 2020, ce qui laisserait l’idée d’un investissement valable, en particulier dans les infrastructures chinoises.

02/05/2018 - Toute reproduction interdite.


Une tour de la Bourse du Cambodge est vue lors de la cérémonie officielle de cotation de Grand Twins International (Cambodia) Plc. au bureau de la CSX à Phnom Penh, le 16 juin 2014.
De Jean Carrere