Economie | 17 janvier 2019

Industrie automobile en 2019: Enjeux et Perspectives

De Josep-Maria Gascon
min

Josep-Maria Gascon est un spécialiste espagnol du conseil en stratégie et de la gouvernance d'entreprise axée sur les risques et la gestion juridique. Il nous livre  son analyse sur le marché mondial de l’automobile, dans un monde traversé par de multiple crises.

 

L'économie mondiale a connu une année difficile et, selon la Banque mondiale, 2019 s'annonce pire encore, avec des taux de croissance inférieurs à 3%. L’institution indique en fait que les économies développées ne connaîtront pas une croissance supérieure à 2 %, tandis que les économies émergentes, dont beaucoup étaient attendues, maintiendront un modeste 4,2 %. Une série de risques affecteront le développement économique, comme la guerre commerciale entre états, mais aussi la baisse du commerce mondial, la baisse de la demande, la hausse des coûts de la dette, la diminution des flux de capitaux et l'incertitude politique accrue.
Les présages ne sont pas encourageants. Parmi les diverses causes, on peut souligner le ralentissement de l'économie chinoise, qui est affectée par des politiques visant à contrer les tensions commerciales et les effets des tarifs douaniers américains par des mesures fiscales et monétaires expansives qui pourraient finir par saper les efforts visant à contenir le crédit et limiter les risques financiers. En ce qui concerne l'Europe, l’on doit s’inquiéter de la situation de l'industrie automobile, car elle forme un conglomérat d'énormes dimensions économiques, politiques et sociales.
Étant donné ses racines dans la société et étant le plus grand employeur du vieux continent, le moindre éternuement peut déclencher les pires épidémies, celles qui se propagent extrêmement rapidement dans le monde entier. La baisse de 6 % par an des ventes de voitures en Chine en 2018, qui cumule sept mois de baisse continue, devrait alerter les nombreux industriels du secteur en Europe, parmi lesquels Renault et PSA, entre autres. Ce ralentissement économique peut s'étendre au reste du monde et aux grands groupes automobiles européens, car le scénario auquel les industries adjacentes et leurs fournisseurs - qui sont principalement des entreprises de taille moyenne avec une moins bonne résistance financière et commerciale que les conglomérats industriels - pourraient être confrontés,  n'est pas moins difficile.
Les temps seront difficiles si les principaux agents industriels et régulateurs ne font pas preuve de capacité d'adaptation et d'adaptation au changement.

Les services de transport et de mobilité
C’est  dans les services de transport et de mobilité que réside le défi de l'adaptation pour l'industrie automobile elle-même, qui a jusqu'à présent mis sur le marché un produit dont la valeur ajoutée, au sens traditionnel du terme, est " banalisée ". En Europe, cette situation est aggravée par une situation particulièrement turbulente en raison de la nouvelle réglementation qui doit être respectée pour les véhicules immatriculés depuis fin 2018, lorsque le secteur faisait déjà des efforts pour digérer la baisse de la demande.  Si en 2017, près de 100 millions de véhicules automobiles ont été produits dans le monde, dont près de 20 % dans l'UE, faisant de ce bloc le deuxième plus grand constructeur automobile après la Chine, la demande est affectée par la tempête environnementale et politique entourant le diesel, qui accentue le changement dans les préférences des consommateurs.
Ce que nous voyons donc aujourd'hui, c'est la conséquence à l'échelle mondiale de la hausse des prix, des bouleversements politiques, de la guerre commerciale mondiale entre les grandes puissances économiques et de la pression pour des services partagés ou des moyens alternatifs de mobilité.
Par conséquent, certains analystes prétendent que l'industrie automobile est déjà en récession.


Quel espoir?
L'avenir est rempli de possibilités. Celles-ci peuvent passer par le pari sur les véhicules électriques et, en particulier, les solutions de mobilité meilleures et plus diversifiées.

Des changements fondamentaux menacent l'actuelle position de leadership de l'industrie européenne, qui ne sera durable que si l'industrie elle-même est capable de construire une vision narrative collective à long terme qui embrasse ce nouveau  paradigme..
À cette fin, comme l'ont déjà souligné les grands cabinets de conseil et à la suite du débat au sein des principales organisations du secteur, l'industrie européenne (et pas seulement l'industrie automobile), la plus talentueuse et la plus douée techniquement, doit pouvoir passer d'un modèle qui vend des voitures, à une industrie de mobilité capable d'offrir une variété de solutions pour le transport des personnes et des choses.
Comme l'indique une étude récente de McKinsey (2019), l'industrie automobile s'est construite sur trois piliers principaux : l'orientation client, la conscience environnementale et la création de valeur économique, qui doivent être transformés en trois nouveaux blocs : la centralité client, la mobilité durable et la création de valeur positive pour la société (pas seulement en termes de rentabilité).
Bref, maintenir une position de leader signifie que tous les constructeurs européens, à commencer par les grandes marques tells PSA et Renault - doivent construire une vision collective sur le long terme. La mettre en place ne sera pas facile. En tout état de cause, cela sera impossible sans l'adoption de modèles collaboratifs et de pensée collective, de diversité (diversité des technologies et de l'innovation, diversité des économies, diversité des réalités de la mobilité, diversité des personnes et des besoins, diversité des modèles urbains, etc), et une nouvelle approche stratégique des modèles de transport et du comportement des usagers.

S’il y a de la place dans les contraintes edito, je pensé que la frase suivant fait une bonne liason ”El mundo del futuro está compuesto de experiencias y tecnología, esto es, hecho de servicios. También servicios de transporte y movilidad“

 

18/01/2019 - Toute reproduction interdite


Les véhicules électriques Free2Move Paris du Groupe PSA sont exposés à l'extérieur de l'Hôtel de Ville de Paris lors du lancement par le constructeur français de son service d'autopartage gratuit à Paris, le 29 novembre 2018.
Gonzalo Fuentes/Reuters
De Josep-Maria Gascon

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don