Culture | 18 février 2021

« Hubert » : une vie de héros

De Francis Mateo
4 min

Le livre de Michel et Anette Villand nous emmène sur les traces d'Hubert Viret, agent secret et aventurier qui fut garde du corps du général Henri Giraud. On y découvre les actes héroïques d'un patriote qui a fait l'histoire sans chercher la gloire. Un récit truculent, à l'image de son protagoniste.

   Par Francis Mateo.

Jusqu'à présent, seule une stèle sur la plage de la fossette au Lavandou signalait publiquement l’existence de « l'enseigne de vaisseau Viret », qui fut le garde du corps du Général Henri Giraud, son protecteur et presque son ange gardien. La stèle de la plage provençale est justement dédiée au coprésident (avec De Gaulle) du Comité Français de Libération Nationale en souvenir de son évasion vers l'Afrique du Nord en 1942, pour y poursuivre la Résistance. Une opération supervisée par le fidèle Hubert Viret, dont Michel et Anette Villand dévoilent l'existence à travers un livre biographique (1). Une vie d'aventurier, de « héros inconnu » ajoute Michel Villand, qui l'a côtoyé pendant plusieurs années au fil d'une longue amitié : « Pour moi, il était un peu comme l'aide de camp qui s'est sacrifié à Arcole en prenant une décharge autrichienne dans la poitrine pour sauver le général Bonaparte, sans avoir connu cette fin tragique ».

Au fil des pages, on entend la « gouaille » pagnolesque de cet enfant de Marseille « qui n'avait peur de dégun (2) » : « Je suis né pour la bagarre comme d'autres sont nés pour la philosophie », disait-il, sans jamais chercher la gloire. Car sous l'habit du soldat se cachait aussi celui d'agent secret. Mais un espion jouisseur : fort en gueule, séducteur, collectionneur d'aventures féminines (il fut à deux reprises l'amant de Joséphine Baker) et bagarreur. Un militaire qui mettait toute sa fougue au service de son patriotisme.

« Il voulait être le premier à mettre le pied sur le sol de France libéré »

Son amour de la France ne l'empêchait pas pour autant d'être un fervent admirateur des Américains, et de leur vouer une reconnaissance éternelle pour leur soutien à la Libération. Les États-Unis le lui ont bien rendu en lui attribuant la Médaille de la Liberté et la Bronze Star. Le livre biographique de Michel et Anette Villand nous emmène jusqu’au bureau de Roosevelt, où Hubert Viret accompagne évidemment le général Giraud pour l’un des épisodes qui ont marqué le sort de la seconde guerre mondiale. Une part de notre histoire où Hubert Viret laisse ses traces, notamment à Monte Cassino, où son travail de renseignement sera crucial pour l'attaque victorieuse des alliés dont l'Armée d'Afrique commandée par le Général Juin (qui deviendra son parrain !).

« Hubert » est aussi aux côtés de Lemaigre-Dubreuil au moment du débarquement de 1942 en Afrique du Nord. Et on le suit au pas de course jusqu'au débarquement en Provence (1944) et l'assaut de Cavalaire, où il devance les troupes « car il voulait être le premier à mettre le pied sur le sol de France libéré », raconte Michel Villand.

Hubert Viret gardera l'uniforme pendant la période de décolonisation jusqu'à une retraite bien méritée à la tête de L'Hostellerie, un bar-restaurant de Carnoux-en-Provence. C'est derrière ce comptoir que Michel Villand a recueilli les confidences et les secrets d'histoire d'Hubert Viret, pour porter à la lumière ce héros de l'ombre.

(1) « Hubert, un gentleman agent secret » éd. Hérault

(2) « personne » en argot marseillais

15/02/2021 - Toute reproduction interdite.


Hubert, un gentleman agent secret par Michel et Anette Villand
Editions Hérault
De Francis Mateo

À découvrir

ABONNEMENT

80 journalistes
indépendants
sur le terrain,
pour vous !

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement

Newsletter FILD
Soutenez-nous

Parce que la presse indépendante est un pilier de la démocratie!

Abonnement 80 reporters engagés sur le terrain

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement