Le Géopolitologue Roland Lombardi nous livre son analyse sur la stratégie  du Qatar et des Frères Musulmans en Europe, et plus particulièrement en France 

Il y a quelques jours, un remarquable documentaire de Georges Malbrunot et Christian Chesnot était diffusé sur la chaîne Arte. Celui-ci (très critiqué et même un temps menacé de non diffusion à cause de pressions émanant du Qatar, de ses thuriféraires et de ses débiteurs) révélait la stratégie déployée par Doha pour soutenir les communautés musulmanes d'Europe, via l'ONG Qatar Charity. Or, cette apparente philanthropie venue combler le vide laissé par tous les gouvernements occidentaux, ambitionne surtout d'imposer l'islam politique prôné par les Frères musulmans, confrérie radicale née en Égypte en 1928.

Alors que le monde arabe commence à prendre conscience de sa dangerosité et que certains pays comme la Russie la proscrivent (même Trump songe à son interdiction), cette organisation a encore en Europe pignon sur rue !

Devant l'absence de hiérarchie et d'autorité morale chez les musulmans français (estimés entre 5 et 10 millions), les progressistes français comme européens, considèrent, à tort, cette mouvance comme une interlocutrice crédible et présentable. C'est une méconnaissance incroyable de la nature profonde de ce mouvement. Mais cette complaisance a également des origines politiques, économiques et idéologiques.

D'abord, n'oublions pas que les Frères musulmans, soutenus par Erdogan, ont pour bailleur de fonds principal, le Qatar, si cher au Quai d'Orsay et aux diplomates français dans le cadre de la diplomatie commerciale de Paris.

Ensuite, certains élus ont profité des nombreux cadeaux et de la manne financière des Qataris dans les quartiers (environ 25 millions d'euros en 2019 et plus de 150 mosquées dans leurs mains), se servant parfois des Frères et de leurs associations comme agents électoraux efficaces, chargés d'assurer aussi, avec les caïds de la drogue, la paix civile dans ces zones parfois devenues incontrôlables...

Une matrice idéologique commune entre la confrérie et Daesh

De fait, les Frères musulmans, avec leurs manières sophistiquées et posées, parlent de respect, de tolérance et de droits de l'Homme. Et les autorités françaises, ignares sur le sujet, les croient. Pourtant, Ikhwans et les jihadistes de Daesh ont la même matrice idéologique et leur but final est le même : l'instauration de la charia et du califat ! C'est ça, l'islam politique.

Or, l'islam politique « modéré » n'existe pas. Le vrai visage de cette confrérie est celui de l'intolérance, de l'antisémitisme, du mépris de la femme et de la diversité. Par rapport au jihad armé, seule la méthode change. Usant à merveille de la taqîya (l'art de la dissimulation), les Frères musulmans se présentent ainsi aux élites françaises comme des partenaires sérieux. En définitive, ils ne cherchent qu'à faire une OPA sociétale sur les populations musulmanes de l'Hexagone et, à plus ou moins long terme, prendre tout simplement le pourvoir sur certaines parties du territoire français.

Derrière l'affaire des « burkinis », les pressions pour faire revenir les jihadistes français du Levant ou dernièrement encore, avec la maman voilée des affiches de la FCPE, il y a toujours des associations pilotées par les Frères. La plupart des associations de quartiers, qu'elles soient sportives, caritatives, religieuses ou culturelles comme tous les grands organismes musulmans en France (CFCM, CCIF, Musulmans de France...) sont noyautées, ou ont été créés par la mouvance frériste, passée maître dans l'entrisme, le lobbyisme et le maillage social. Leur lobbying islamiste vise à faire taire toute critique de la religion musulmane et même de l'islamisme radical. Pour eux, la lutte contre le terrorisme n'est-elle pas qu'une marque de la haine envers les musulmans ? Pour eux, tous les moyens sont bons : Pressions, procès, cyber-harcèlement, menaces physiques ou violence. Soutenus et aidés par nombres d'associations et officines soi-disant « anti-racistes », les FM s'adonnent à un véritable « terrorisme intellectuel » (le mot « Islamophobe » étant devenue la sentence suprême de la « bien-pensance »). Dans cette funeste opération de sape et de désagrégation des sociétés occidentales, ils sont également aidés par nombre d'idiots utiles et d'intellectuels qui croient naïvement en un islamisme modéré ou politique, nouvelle Internationale des damnés de la Terre que sont les musulmans !

Au final, convergeant avec d'autres forces communautaristes radicales rouges ou vertes, les Frères instrumentalisent la victimisation, le politiquement correct et la tolérance occidentale à leurs fins. Bref, avec leurs amis des Intelligentsias de gauche, ils excellent dans la stratégie orwellienne d'inversion des responsabilités et des valeurs. En effet, ils ont l'art pour retourner l'opinion publique en leur faveur en profitant de la mauvaise conscience de l'Occident et des valeurs universalistes européennes.

Or, méfions-nous toujours des hyènes déguisées en gazelles...

03/10/2019 - Toute reproduction interdite


Le Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani du Qatar arrive à Paris le 11 novembre 2018 pour assister au Forum pour la paix de Paris dans le cadre de la cérémonie commémorative du Jour de l'Armistice à Paris, France.
Gonzalo Fuentes / Reuters
De Roland Lombardi