Le week-end dernier, pour la énième fois, les Français ont été témoins du meurtre d’un innocent. Théo, 18 ans, jeune vendeur pour l’été d’une boutique Bouygues Telecom à Claye-Souilly (Seine et Marne) a été poignardé à mort par un homme, d’origine sénégalaise, défavorablement connu par la police, pour un différent à propos d’une facture ! Son collègue, âgé de 20 ans, a été grièvement blessé. À Paris, un touriste espagnol a été attaqué au cutter par un Roumain ! Cette explosion de violence n’est pas une fatalité.

La chronique politique de Roland Lombardi

Dans sa dernière chronique pour Fild, Philippe David résume très bien les faits : « Théo venait d’avoir 18 ans, il était beau comme un enfant, fort comme un homme. Il venait d’obtenir son baccalauréat, travaillait pour se faire un peu d’argent avec lequel il pourrait s’offrir quelques vacances. Il avait toute une vie devant lui mais il est mort samedi après-midi, poignardé en plein cœur pour un différent de tarification sur un appel vers le Sénégal entre son employeur, Bouygues Telecom, et son assassin ».

Un certain Ousmane D, de nationalité sénégalaise, inscrit au traitement des antécédents judiciaires (TAJ) - un fichier de police judiciaire alimenté par la police et la gendarmerie - pour plusieurs affaires de violences et de vols commis entre 1993 et 2006. Bien qu’il soit fiché et malgré sa dangerosité, il était toujours en situation régulière en France, son titre de séjour expirant le 20 juillet prochain.

Le journaliste pose alors les bonnes questions : « Comment un étranger connu pour de multiples faits de violence peut-il encore être présent sur le territoire national ? Pourquoi n’a-t-il pas été expulsé ? Avec quel argent vivait-il ? Bref des questions de bon sens que nous ne devrions jamais avoir à nous poser si l’État avait encore un semblant d’organisation et d’autorité ».

Comme je l’écrivais la semaine dernière : « Nous payons quarante ans de laxisme idéologique en politique et en matière de justice ». Mais aussi en matière d’immigration, de sécurité, d’islamisme ou de terrorisme. Car les drames qui touchent notre pays ne sont pas du ressort de la fatalité ou du « pas de chance ». Combien d’innocents ont été agressés ou assassinés par des délinquants (comme le meurtrier de Théo ou l’agresseur roumain du touriste espagnol à Paris ce week-end) ou des terroristes, récidivistes en liberté et qui n’avaient surtout rien à faire sur notre territoire ? Combien de vies auraient été épargnées si tous ces criminels avaient été derrière les barreaux ou mieux, tout simplement refoulés à la frontière ou expulsés à temps !

Les responsables sont connus !

Les vrais coupables de cette situation sont nos responsables politiques dénués de tout courage et qui depuis quatre décennies se soumettent à la « bien-pensance » et au politiquement correct.

Tout comme une certaine élite coupée du réel qui, bien à l’abri derrière les grilles et les murs de leurs beaux quartiers résidentiels ultra-protégés, nous assène que « l’immigration est une chance pour la France », que l’insécurité n’est qu’un « sentiment » entretenu par « l’extrême-droite » ou encore que « la France n’est pas un coupe-gorge » !

Pour paraphraser Michel Rocard : « La France ne peut pas accueillir toute la violence du monde » ! Les Français en ont assez que leur pays soit un « un bateau ivre » sans véritables timoniers ou avec à la barre, de simples « capitaines de pédalo » incompétents dans tous les domaines !

À défaut malheureusement d’être un jour comptable devant l’histoire de la déliquescence inexorable et tragique de l’État français, espérons au moins que toute cette caste soit bientôt balayée par une nouvelle génération de leaders.

Des femmes et des hommes qui aient enfin le courage de s’émanciper des communicants pour bobos et des diktats idéologiques et médiatiques. De véritables femmes et hommes d’État qui prendront leurs responsabilités pour affronter à bras le corps les grands défis de la France (et de l’Europe !) que sont par exemple les défis migratoire et sécuritaire. Avant qu’il ne soit trop tard…

Roland Lombardi est historien, consultant en géopolitique et spécialiste du Moyen-Orient. Il est analyste et éditorialiste pour Fild. Il est l'auteur de plusieurs articles spécialisés. Ses derniers ouvrages sont Les trente honteuses, ou la fin de l'influence française dans le monde arabe et musulman (VA Editions, 2019) et Poutine d'Arabie, comment la Russie est devenue incontournable en Méditerranée et au Moyen-Orient (VA Editions, 2020).

@rlombardi2014

https://www.facebook.com/Roland-Lombardi-148723348523778

13/07/2021 - Toute reproduction interdite


La police de proximité patrouille à la gare du Nord dans le cadre d'une opération de sécurité dans les gares parisiennes et leurs environs à Paris le 23 octobre 2018.
© Philippe Wojazer/Reuters
De Roland Lombardi