François Perrier, expert en stratégies et investissements, analyse les méchanismes des plans d'épargne pour les employés.

L'épargne salariale est un moyen de renforcer les engagements réciproques du salarié et de l’entreprise, tout en permettant une participation de celui-ci aux résultats et à l’accroissement de la valeur de l’entreprise.

L'épargne salariale, obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés, consiste en un accord qui permet de créer un système d'épargne collectif. L’entreprise verse à chaque salarié une prime ou un intéressement liés à la performance de l'entreprise ou représentant une quote-part de ses bénéfices (participation). Les sommes attribuées peuvent, au choix du salarié, lui être versées directement ou être déposées sur un plan d'épargne salariale.

8 salariés sur 10 ont une bonne image de cette épargne et un tiers d’entre eux en bénéficient.

Pour le chef d’entreprise, l'épargne salariale est un levier de fidélisation et de motivation. Elle permet en effet d’associer les salariés aux performances de l'entreprise et de constituer une épargne dans des conditions avantageuses. Les salariés peuvent ainsi profiter d'avantages sociaux, fiscaux, et des abondements de l'employeur.


Quels sont les mécanismes de l’Epargne Salariale?

Trois dispositifs peuvent être mis en œuvre :

1 - La participation : obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés (facultative pour les autres), la participation est le dispositif légal qui « vise à associer les salariés au développement à moyen terme de l'entreprise via la distribution d'une partie de son résultat ». Le bénéficiaire peut disposer immédiatement des montants attribués sur sa demande expresse, auquel cas sa perception devient un revenu taxable. Sinon, le bénéficiaire décide de l’affectation de ses droits selon les possibilités que lui offre le Plan d’Epargne Entreprise. Les sommes bloquées 5 ans seront gérées selon son choix en titres de l'entreprise, en comptes courants bloqués ou encore en plans d'épargne salariale.

Les sommes distribuées au titre de la participation bénéficient d’avantages fiscaux et sociaux pour les entreprises qui les versent et, sous réserve de leur blocage, pour les salariés qui les perçoivent.

2 - L'intéressement est un dispositif facultatif dont l’objectif est d’associer les salariés à une amélioration de la marche de l'entreprise lorsque sont atteints certains objectifs de résultats ou de performances. La plupart des moyennes et la très grande majorité des grandes entreprises mettent en place un accord d'intéressement. Celui-ci fait l'objet de négociations avec les partenaires sociaux. Le salarié peut décider de verser son intéressement dans un plan d'épargne salariale, et le rendre ainsi indisponible pour un minimum de cinq ans. Il n'est alors pas soumis à l'impôt sur le revenu.

3 - Le plan d'épargne salariale est « un moyen de gestion de l'épargne salariale et un excellent mode de constitution d'une épargne, voire d'un capital par les salariés ». Le PEE (Plan épargne entreprise) et le Perco (Plan d’Epargne pour la Retraite Collectif) facultatifs et accessibles à toutes les entreprises, sont des systèmes d'épargne collectifs donnant aux salariés la faculté de se constituer un capital en valeurs mobilières. Grâce aux possibilités de déblocages anticipés (*), « il peut aussi permettre de financer les principaux événements de la vie, ou servir à la retraite ».
Le plan peut être alimenté par la participation, l'intéressement, et les versements volontaires des salariés qui peuvent être augmentés d’un abondement de l'entreprise.

En France, les encours d'épargne salariale avoisinent les 130 milliards d'euros au 30 juin 2017 (source http://www.afg.asso.fr).

Le PEE est exonéré d'impôt sur le revenu en cas de blocage des fonds durant cinq ans.


(*) Il existe neuf cas de déblocages anticipés dont mariage, démission, licenciement, achat d'une résidence principale, naissance, divorce, invalidité …

04/05/2018 - Toute reproduction interdite.


Des billets de 20 euros le 1er août 2016.
De GlobalGeoNews GGN