Société | 19 décembre 2018

France: En matière d'innovation, la communauté militaire fait sa révolution

De Meriadec Raffray
min

C’est un peu la révolution dans le petit monde de l’innovation militaire française. A la fin de l’été, l’Agence de l’innovation de défense promise par la ministre des Armées au printemps dernier a vu le jour. Le décret arrêtant ses contours et son organisation a été publié, et son directeur recruté. 

 

Il s’agit d’Emmanuel Chiva, un scientifique doublé d’un entrepreneur, qui plus est officier de réserve de la Marine nationale. Florence Parly a misé sur ce sur actif diplomate pour placer en orbite sans délais la nouvelle entité aux missions cruciales : mieux coordonner les projets innovants pour accélérer leur intégration dans les forces ; redonner la priorité aux besoins exprimés par les utilisateurs ; s’ouvrir à l’écosystème de l’innovation civile.

Il était logique que l’agence soit placée sous l’égide de la Direction générale de l’Armement (DGA), responsable de la définition et de l’acquisition des équipements militaires – « et donc de l’innovation », souligne un expert. Mais son directeur ne rendra des comptes qu’à son homologue. Une façon de tenir la nouvelle structure à l’écart des pesanteurs technocratiques et administratives internes, espèrent ses promoteurs. La conception de son architecture témoigne aussi d’une approche disruptive. Emmanuel Chiva explique : « Cette fois, nous n’avons pas été construits autour d’un dispositif particulier. Nous nous sommes résolument centrés sur les besoins des utilisateurs finaux : les armées, la DGA et l’administration du ministère. Nous souhaitons être le guichet unique des innovateurs militaires et civils. Notre ambition est de les aider à détecter le bon dispositif pour leurs projets. En interne, nous nous efforcerons de décloisonner les dispositifs existants.

L’agence récupère dans son escarcelle toutes les entités actives. Dorénavant, c’est elle qui pilotera les crédits du ministère dévolu au financement de la recherche et des études amont ; soit un montant 730 millions d’euros – que la loi de programmation militaire doit porter à 1 milliard d’euros. Elle intègre, d’abord, les équipes disséminées au sein de la DGA : la mission pour le développement de l’innovation participative (MIP) créée pour favoriser les projets émanant du terrain ; le Service des recherches et technologies de défense et de sécurité (SRTDS) ; la mission pour la recherche et l’innovation scientifique (MRIS) ; l’équipe en charge du dispositif Rapid, qui finance l’innovation à caractère duale. Elle hérite, ensuite, de la tutelle d’entités satellites de premier plan : l’Onera, le centre français de la recherche aérospatial, connu dans le monde entier pour ses souffleries ; l’Institut Saint-Louis, organisme franco-allemand de recherche de défense à caractère dual. Elle obtient la co-gouvernance du Cnes, qui propose et met en œuvre le programme spatial français, et un droit de regard sur le programme de recherche duale du Commissariat à l’énergie atomique (CEA).

Au passage, l’équipe d’Emmanel Chiva refonde l’outil permettant de tester et valider l’innovation grâce à des démonstrateurs et autres prototypes. L’actuel Defense Lab, copiloté par DGA et les sociétés privées CEIS et Sopra Steria, sera rebaptisé en IDLab et confié à « un spécialiste de l’expérimentation ». Localisé comme l’agence elle-même dans l’enceinte de Balard, l’ID Lab disposera bientôt de son pendant dans les parages de cette enceinte militaire hautement protégée. Emanation de l’actuel forum de l’innovation annuel de la DGA, le futur forum de l’innovation de défense deviendra permanent et ouvrira ses portes le 22 novembre prochain. « Il sera la tête chercheuse et le réceptacle des innovations de long terme qui émergent dans les starts up civiles », décrypte le patron de l’Agence de l’innovation.

 

 

03/09/2018 - Toute reproduction interdite 


Le président français Emmanuel Macron, accompagné de la ministre française de la Défense Florence Parly et du porte-parole du gouvernement français Benjamin Griveaux, signe le budget annuel des forces armées à Paris, France, le 13 juillet 2018
Christophe Petit Tesson/Pool via Reuters
De Meriadec Raffray

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don