Société | 9 novembre 2019

Être Chrétien dans le monde d’aujourd’hui

De Louis de Broissia
min

Louis de Broissia, membre Honoraire du Parlement et ancien ambassadeur de France, nous alerte sur le sort des Chrétiens dans le monde … et dénonce un monde ‘’à double vitesse religieuse’’.
 

A l’heure où je vous écris, 256 millions de chrétiens sont en danger sur la terre, et des gauchistes français défilent à Paris pour dire leur rejet de l’islamophobie et de nos lois dites par eux liberticides (port de signes religieux dans l’enceinte publique en particulier).

Première interrogation : insoumis et Frères musulmans mènent-ils le même combat?

Autre question : les mêmes iront-ils participer à un défilé similaire, pour défendre leurs frères et sœurs chrétiens dans les rues d’Alger, de Téhéran, de Pékin ou de Djeddah ?

Au-delà de cette gesticulation bien française et hasardeuse, revenons à ces chiffres si effarants qu’il a fallu un rapport de Jeremy Hunt (Secrétaire d’État britannique aux Affaires Étrangères) en 2018 pour étayer l’ampleur de la christianophobie. Il affirme que dans certaines parties du monde la persécution des disciples du Christ serait « proche du génocide » ; en Syrie et en Irak , Daesh s’est comporté en éradicateur. Le ministre anglais souligne aussi que sur la totalité des croyants – toutes religions confondues – qui souffrent pour leur Foi, 80% sont des chrétiens.

Alors pourquoi tant de haine, et un tel silence ? D’abord parce que cette religion reste la première sur la planète, et que catholiques, protestants, orthodoxes de tous rites ou appartenance ne seront devancés par l’Islam qu’après 2050*. Ensuite les chrétiens restent divisés et parfois en concurrence. Enfin, hormis quelques dérives sectaires promptement réprimées, le christianisme revendique la paix, l’harmonie et l’amour pour son prochain (ce qui exclut les guerres dites de religion qui ensanglantèrent jadis notre continent) : les Églises acceptent le concept de laïcité, et donc de tolérance, de pardon et elles ne veulent pas être soupçonnées de faire de la politique.

Ce monde à double vitesse religieuse est infiniment dangereux en ce siècle de multipolarisation, d’éparpillement des conflits et d’affrontements médiatiques. Prenons-y garde, à notre échelle européenne. Et illustrons ce point final sur quelques observations.


-     Nos gouvernements démocratiques doivent-ils faire fi de toute (vraie) concertation avec les représentants des cultes lorsqu’une loi se prépare sur la procréation, la naissance, la recherche sur l’embryon, le mariage, etc. ?

-     En France chaque jour, 3 lieux de culte chrétien sont vandalisés, profanés, pillés sans aucune réaction des autorités. Nous nous réjouissons évidemment que le Ministre de l’Intérieur se déplace dès qu’une synagogue (ou une mosquée) est attaquée.

Le propos que je tiens aujourd’hui sur l’inquiétude de trop de nos contemporains à « être chrétien dans le monde » est celui d’un lanceur d’alerte qui souhaite continuer à entendre sonner midi (ou l’Angelus, comme vous voulez) à l’heure de son clocher !

*(étude du Phew Research Center)

 

10/11/2019 - Toute reproduction interdite


Une photo du curé français assassiné, le père Jacques Hamel, lors d'un service funèbre à la cathédrale de Rouen, France, le 2 août 2016.
Charly Triballeau /Pool / Reuters
De Louis de Broissia

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don