Analyses | 20 mai 2019

Etats-Unis, le championnat des « retraités » du foot

De Antoine Grynbaum
2 min

La Coupe du Monde de football 1994 aux Etats-Unis avait pour objectif de relancer le « soccer » en Amérique du Nord, quelques années après le départ de Pelé... Mais 25 ans plus tard le niveau du championnat local est toujours aussi faible, attirant surtout des retraités du foot.  Le point de vue d'Antoine Grynbaum

Beckham, Ibrahimovic, Henry, Kaka ! Des stars en fin de carrière venant chercher de gros salaires, et un cadre de vie leur correspondant. Beckham et Zlatan à Los Angeles, Kaka à Orlando et Henry à New York, le joueur Français qui avait tellement envie de vivre son « american dream » après avoir quitté le FC Barcelone.

Dans les franchises de la Major League Soccer (créée en 1996), 3 footballeurs par équipe ont le droit à des salaires plus élevés que leurs coéquipiers, bloquant de fait le niveau de chaque équipe.

Le modèle : le salary cap, où les clubs sont obligés de respecter un plafond salarial sous peine de sanctions. Un business model qui est en fait totalement différent des autres championnats de football dans le monde. Imaginez le PSG obligé de proposer uniquement de gros salaires à seulement 3 joueurs de son effectif...

Et puis comment résister face aux puissants football américain, base-ball et basket-ball...

L'attrait se situe en réalité ailleurs. Il est en lien avec la démographie et la taille du 3ème plus grand pays du monde. Le marché américain attise, l'été, l'intérêt des grands clubs français anglais, italiens et espagnols comme Manchester United, Arsenal, Liverpool, l'AS Rome, le PSG, le Barça ou le Real, qui effectuent régulièrement leurs tournées estivales aux Etats-Unis. Ventes de maillots, développement de leurs marques, les GAFA du foot ont des dizaines de millions de supporters à séduire, la communauté de fans hispanophones les y aidant grandement, notamment en Californie et en Floride.

De grands clubs, mais des investisseurs aussi, comme le géant autrichien de la boisson énergétique Red Bull (New York Red Bull), l'homme d'affaires indonésien Erick Thohir (D.C. United), un membre de la famille royale d'Abou Dhabi (New York City FC), et bien sûr l'ex-star du football David Beckham, qui fait équipe avec un milliardaire bolivien pour créer une équipe à Miami.

Bein Sports a bien acheté récemment les droits de diffusion du championnat américain pour la France, mais il s'agit surtout d'une opération destinée à remplir ses grilles de matchs de foot en abondance.

Alors, la Coupe du Monde 2026 organisée conjointement au Canada, au Mexique, et aux Etats-Unis permettra-t-elle de relancer une bonne fois le soccer aux US ? Difficile de prédire l'avenir, mais le championnat des « retraités » ne rivalisera jamais avec les championnats européens, bien évidemment... Ses adversaires dans la 2ème division des championnats de seconde zone, le Qatar et la Chine, offrant également des salaires en majuscule à des footballeurs qui sont soit en fin de carrière, soit avides de dollars.

En fait, aux Etats-Unis, le foot masculin vit dans l'ombre de la gente féminine. Le football féminin, un sport inscrit dans les mentalités des filles dès le plus jeune âge, et où les grandes facs excellent.

Les Américaines, championnes du monde 2015, dont les stars sont très médiatisées, seront d'ailleurs une nouvelle fois dans la lumière cet été en France afin d'y défendre leur titre.

Et ne leur parlez surtout pas de retraite !

21/05/2019 - Toute reproduction interdite


5 juillet 2015 ; Vancouver, Colombie-Britannique, CAN ; les joueuses américaines réagissent en recevant le trophée de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA après avoir battu le Japon en finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015 au BC Place
Mandatory Credit: Anne-Marie Sorvin-USA TODAY Sports/Reuters
De Antoine Grynbaum

À découvrir

ABONNEMENT

80 journalistes
indépendants
sur le terrain,
pour vous !

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement

Newsletter FILD
Soutenez-nous

Parce que la presse indépendante est un pilier de la démocratie!

Abonnement 80 reporters engagés sur le terrain

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement