Environnement | 24 novembre 2020

Et si on créait un délit de foutage de gueule ?...

De Philippe David
4 min

 

Barbara Pompili et Eric Dupond Moretti ont annoncé dimanche dans les colonnes du Journal du Dimanche qu'ils venaient de créer un délit « d'écocide » pour punir les atteintes graves à la nature. Un recul quand on sait que les 150 membres de la « convention citoyenne pour le climat » demandaient ni plus ni moins que la création d'un « crime d'écocide ». Bref, on est passé de la Cour d'assises au Tribunal correctionnel, ce qui prête pourtant à rire quand on pense à qui pourrait se retrouver sur le banc des prévenus.

                                                                                                                                                                 Chronique de Philippe David 

On pourrait en effet peut-être y envoyer ceux qui ont fermé Fessenheim, ce qui nous oblige à importer de l'électricité allemande produite par des centrales à charbon ou à lignite, mode le plus polluant pour produire du courant.

On pourrait aussi y envoyer ceux qui favorisent l'agriculture industrielle qui use et abuse de pesticides et autres substances chimiques nuisibles tant pour l'environnement que pour la santé humaine et animale.

On pourrait aussi faire comparaitre ceux qui ont tout fait pour ouvrir nos frontières aux marchandises venues des quatre coins du monde, et produits dans des conditions environnementales déplorables pour la planète entière, sans compter le bilan carbone du transport de ces marchandises dans des porte-conteneurs rejetant massivement des particules fines, des oxydes de soufre et des oxydes d'azote.

Et ceux qui ont signé un accord de libre-échange avec le Canada et le Mercosur alors que dans ces pays les OGM sont massivement cultivés et servent à la nourriture du bétail qu'ils nous vendent, ne devraient-ils pas rendre des comptes pour écocide ?

Sans oublier les promoteurs de la voiture électrique, les mêmes que Barbara Pompili qui craignent de devoir couper le courant en cas de grand froid cet hiver mais qui nous incitent à utiliser ce type de véhicule qui seront compliqués à faire rouler sans électricité, pour les conditions d'extraction des métaux rares et l'impossibilité de recyclage des batteries qui sont une bombe à retardement pour l'environnement.

Il faudra aussi attaquer les croisiéristes qui laissent leurs bateaux à moteurs tournant au fuel lourd dans les ports, faisant vivre un enfer aux riverains. Et les tenants du tout routier pour le transport qui font tout pour que le transport par train, très peu polluant, ne se développe pas. Et aussi les promoteurs des éoliennes qui, vu ce qu'elles consomment comme énergie pour produire le béton pour les fixer, l'acier pour les construire et le carburant pour les transporter sont un crime contre la planète. Et pendant qu'on y est, attaquons devant les tribunaux Airbus et Air France, la France n'ayant besoin ni d'industrie aéronautique ni de compagnies aériennes comme la révolution n'avait pas besoin de savants.

On apprend en lisant les colonnes du JDD que ce nouveau délit a été créé pour satisfaire les 150 membres de la Convention Citoyenne, des membres sortis d'on ne sait où et n'ayant aucune légitimité démocratique, aucune compétence scientifique ni économique.

Et si on créait un délit de foutage de gueule ?...

23/11/2020 - Toute reproduction interdite


Le ministre français de la justice Eric Dupond-Moretti en visite au palais de justice de Bobigny près de Paris,le 8 juillet 2020
De Philippe David

À découvrir

ABONNEMENT

80 journalistes
indépendants
sur le terrain,
pour vous !

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement

Newsletter FILD
Soutenez-nous

Parce que la presse indépendante est un pilier de la démocratie!

Abonnement 80 reporters engagés sur le terrain

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement