Peut-on investir dans la quatrième économie de la zone euro, également cinquième de l'Union européenne et dixième de l'OCDE? Analyse de Josep-Maria Gascon

L’Espagne n'offre pas seulement une taille de marché attractif. Elle attire bien sûr par sa compétitivité, mais aussi parce qu'elle offre une porte de sortie - et d’entrée - vers l'Amérique latine et l'Afrique du Nord.

L'une des raisons qui suscite l'intérêt des multinationales en Espagne reste sa croissance économique, supérieure à la moyenne de l'Union européenne ces dernières années. La Commission européenne estime d’ailleurs que cette année, la croissance continuera d'être solide, y compris en termes de création d'emplois. Selon une étude du Centre pour le développement international, l'Espagne sera également le pays européen - et le quatrième de l'OCDE - avec la plus forte croissance annuelle estimée jusqu'en 2025.
Autre atout : la présence de talents et de formations en Espagne est aussi un enjeu très apprécié des investisseurs. Le taux de scolarisation dans l'enseignement universitaire est par exemple le deuxième le plus élevé de l'Union européenne (seulement dépassé par l'Allemagne).
Le pays se positionne ainsi comme l'un des pays du vieux continent avec le moins de problèmes pour trouver des spécialistes en TIC (seuls 17% de toutes les entreprises à la recherche de tels profils ont des difficultés en Espagne pour combler leurs postes vacants, contre 46% en moyenne). Les coûts salariaux dans l'industrie, la construction et les services, compte tenu des salaires et des cotisations sociales, sont par ailleurs inférieurs de 29 % à la moyenne de la zone euro.
Les coûts de location de bureaux, y sont aussi moins élevés que dans d’autres villes européennes. Les coûts industriels sont enfin également inférieurs à ceux de leurs principaux concurrents.

Un autre facteur permet à l'Espagne de capter 2,1% du stock d'investissements directs étrangers, (0,7%, un chiffre bien supérieur à la moyenne de l'OCDE) : la facilité d'installation dans le pays. Le pays offre un cadre fiscal compétitif, très comparable à tout marché consolidé, avec un taux général d'imposition des sociétés de 25%. Lors de la création d'une entreprise, la réglementation offre plusieurs options qui permettent ainsi de créer une entreprise opérationnelle en quelques heures.
A cela s'ajoutent les avantages du régime spécial des sociétés holding d'entités étrangères (ETVE) en vertu duquel les revenus provenant de leurs filiales et de leur transfert, sont exonérés d'impôts sous certaines conditions.
Parmi les facteurs qui attirent les investissements, il y a aussi la capacité d'innovation. L'Espagne est en train de passer par un processus de numérisation accéléré, offrant aux entreprises nouvellement créées - start-ups - un écosystème d'entrepreneurs, de talents, d'investisseurs et d'accès au capital d'une telle ampleur que les investissements internationaux représentent déjà jusqu'à 60% de leur capital.
Barcelone concentre par exemple 34% du nombre total de start-ups en Espagne et 58% des investissements réalisés dans l'ensemble du pays. Selon l'étude "Startup Heatmap Europe 2018", la capitale catalane est la troisième destination préférée des entrepreneurs, après Londres et Berlin. Cette capacité d'innovation s'appuie sur un système pionnier de Patent Box qui, grâce à des incitations fiscales de premier ordre, favorise la création, la protection et l'exploitation des actifs incorporels, permettant d'atteindre un taux d'imposition effectif de 10%.
Pour couronner le tout, investir en Espagne, c'est aussi investir dans la qualité de vie. Selon l'OCDE, le pays se classe au quatrième rang mondial en terme d'allongement de l'espérance de vie et occupe le quatrième rang des pays où l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée.


Catalogne : les experts reconnaissent et minimisent les effets du défi séparatiste
Dans ce contexte, la Catalogne se distingue comme un pôle d'attraction pour les investissements internationaux. Après les mois d’incertitude politique qui a généré un départ de nombreuses entreprises, la réalité est que la Catalogne reste la principale destination des investissements étrangers, comme le confirme le ruissellement constant avec, en 2018, l’arrivée de grandes multinationales d'origines géographiques et sectorielles très diverses (Facebook, Amazon, Satellogic, IGG, King, Siemens, Enerkem-Suez, Lidl Digital, etc).
Barcelone: pourquoi de telles conditions économiques alors que la situation politique n’a pas été aussi tendue depuis 40 ans ?
Pour un ensemble de raisons : une économie solide et diversifiée, des talents locaux et internationaux, l'écosystème des start-ups, des centres et des infrastructures liés à la recherche scientifique et à l'innovation, la connectivité, la situation géostratégique, les capacités logistiques et la capacité incontestable de Barcelone à dynamiser les entreprises, avec des événements de référence mondiaux tels que le Mobile World Capital, le Congrès mondial IOT Solutions, le World Chemical Summit ou le Smart City Expo World Congress.
Cette variété de raisons semble appréciée par les talents internationaux, puisque 26% des travailleurs des start-ups en Catalogne sont des étrangers.
Dans ce contexte, alors même que la situation politique semble toujours plus instable, la Catalogne et Barcelone ont une fois de plus été en tête du classement de l'attraction des investissements en Europe du Sud. Selon le magazine fDi, publié par le Financial Times, la Catalogne est la région du futur, récompensée pour être la région d'Europe du Sud la plus attractive pour investir dans les années 2018 et 2019. Barcelone occupe enfin la première place sur le continent pour sa stratégie et ses politiques d'attraction des investisseurs.
Selon cette publication, le potentiel économique et humain de la Catalogne l'a ainsi amenée à se distinguer parmi les 450 territoires et villes analysés, devant des régions comme la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, l'Écosse, la Lombardie et l'Émilie-Romagne.
En chiffres, les investissements des Etats-Unis (24,3% du total), du Japon (11,4%), de la France (10%), du Royaume-Uni (8,6%), de la Suisse (8,6%) et de l'Allemagne (7,1%) sont ainsi significatifs.

Preuve en est que l'économie catalane résiste à l'incertitude de l'indépendance : elle affiche une croissance de 3,3%, supérieure à la moyenne espagnole de 3,1%. Les attentats de Barcelone et les événements survenus depuis le référendum du 1er octobre ont bien sûr eu un impact indéniable. Toutefois, une partie de cet effet a été temporaire et l'activité continue de croître plus vite que dans le reste des régions autonomes. En outre, les exportations catalanes ont attiré une grande partie de l'économie espagnole et représentent déjà 25,3% de leur total. Bref, le secteur industriel catalan reste compétitif.
Selon les équipes économiques de BBVA, "la composition de la croissance en Catalogne est dominée par la production industrielle et les exportations, qui ont évolué de manière spectaculaire. En général, les entreprises ont perçu le choc comme temporaire et l'emploi n'en a pas ressenti d'impact ", réduisant le taux de chômage à 10,6% en octobre 2018, soit le plus bas du pays.

Bref... investir en Espagne?
L'Espagne est un pays qui, après des années de crise marquées par de forts ajustements et réformes, se caractérise à nouveau par sa solvabilité et son potentiel de croissance. Tous ces facteurs font de l'Espagne une destination idéale pour les entreprises étrangères qui cherchent à minimiser les risques de leurs investissements et à maximiser la rentabilité de leurs produits grâce à un coût modéré des ressources.
Au sein du pays, comme le souligne le Financial Times lui-même, la Catalogne se distingue par son leadership industriel et un écosystème innovant qui facilite les investissements internationaux et, bien sûr, une rentabilité soutenue à moyen et long terme. Exactement ce que recherchent les investisseurs.

10/12/2018 - Toute reproduction interdite


Les visiteurs passent devant un panneau d'affichage pendant le Mobile World Congress à Barcelone, Espagne 28 février 2018
Yves Herman/Reuters
De Josep-Maria Gascon