Santé | 20 juin 2019

Epsykoi : Un web documentaire pour le repérage précoce des troubles psychiques

De Peggy Porquet
min

La psychologue Perrine Curvale de  l’hôpital de la Conception à Marseille, a travaillé sur le webdoc Epsykoi, qui sensibilise le public aux problèmes de santé mentale des adolescents. Entretien.

Le documentaire annonce qu’une personne sur quatre souffre de troubles psychiques. Quelles en sont les causes ?

On explique aujourd’hui le développement des troubles psychiques par un modèle plurifactoriel. C’est la rencontre d’une vulnérabilité d’ordre neurobiologique avec des facteurs environnementaux (expositions à des toxiques, traumatismes précoces, évènements de vie stressants…) qui favoriserait l’apparition d’un trouble psychique. Un seul facteur n’est jamais responsable à lui seul de l’émergence du trouble, mais il s’agirait plutôt de la rencontre de facteurs de stress multiples et d’une vulnérabilité particulière. Le poids de chaque facteur étant différent d’un individu à l’autre.

Pourquoi ce documentaire a - t - il été réalisé ? La problématique de la santé mentale des jeunes est – elle taboue en France ?

Notre objectif, à travers le webdocumentaire Epsykoi, était d’ouvrir la parole autour des questions de santé mentale. Faire de la prévention, informer, pour permettre à un jeune qui se sent mal, de comprendre plus rapidement ce qu’il est en train de vivre, et de trouver une aide adaptée. Les troubles psychiques sont aujourd’hui encore très stigmatisés et font peur, ce qui constitue un véritable frein à l’accès aux soins. Notre objectif est de participer à un changement de regard sur ces troubles qui peuvent tous nous concerner.

En quoi le diagnostic précoce d’un trouble psychique est - il déterminant ?

Un diagnostic précoce permet d’apporter un accompagnement adapté et donc de réduire la souffrance au plus vite. Plus tôt on accompagne les premiers signes de mal être, meilleur sera le devenir de la personne et on peut même espérer dans certain cas éviter l’apparition d’un trouble psychique caractérisé.

Qu’est -ce qu’un trouble anxieux ? Comment le reconnaître chez l’adolescent ?

Avant tout il faut se rappeler qu’il est normal et utile de ressentir de l’anxiété, de la peur dans certaines situations. Elle nous permet de nous préparer à réagir face au danger soit en le fuyant soit en se défendant. Pour préparer notre corps à l’action, l’angoisse va activer le système nerveux autonome sympathique entraînant l’accélération du rythme cardiaque et respiratoire, une transpiration excessive, des douleurs abdominales, des tensions musculaires, etc. C’est lorsqu’elle devient trop fréquente, trop prolongée ou trop intense que l’angoisse peut nuire à notre fonctionnement, à notre vie quotidienne et engendrer une grande souffrance. C’est à ce moment-là que l’on commence à parler de troubles anxieux.

Pourquoi les patients souffrant de déprime ressentent - ils encore de la gêne et hésitent à consulter un psychiatre ?

Je pense qu’il peut y avoir plusieurs raisons à cela : la peur de prendre des médicaments, la peur d’être considéré comme « fou », ou l’idée que notre problème ne peut pas se résoudre, que cela ne sert à rien. Toutes ces craintes sont légitimes et c’est pour cela qu’il nous semblait important de donner également la parole aux psychiatres dans Espykoi, pour qu’ils puissent expliquer leur travail, dédramatiser les choses et peut-être casser certaines idées reçues.

Comment naît la phobie sociale chez un adolescent ? Comment la soigner ?

Les phobies sociales sont associées à une anxiété excessive dans les situations sociales. Ces peurs vont au-delà de la gêne que tout le monde peut ressentir. Les personnes atteintes de phobies sociales vont éviter certaines situations (soirée chez un ami, manifestation sportive, fête de famille) plutôt que de ressentir l’angoisse qui les accompagne. Lorsqu’elle est spécifiquement centrée sur l’école, on parle de phobie scolaire. Ici encore les causes sont multiples, on ne peut pas parler d’un seul facteur prédominant mais de la rencontre de facteurs divers d’ordre génétiques, neurobiologiques et environnementaux. Les psychothérapies brèves, notamment les thérapies cognitives et comportementales constituent une aide précieuse pour traiter les phobies sociales. Dans certains cas, un traitement médicamenteux peut également être proposé par un médecin.

Quel comportement adopter quotidiennement pour un parent face à son enfant souffrant de troubles anxieux ?

Il me semble que le plus important en tant que parent est de reconnaitre la souffrance de son enfance, d’être à l’écoute et disponible. Être dans le déni de ses difficultés risque d’augmenter l’anxiété. Les parents vont pouvoir amener leur enfant à consulter, lui proposer des soins adaptés en lui rappelant que cela se soigne, qu’on va l’aider et qu’il va s’en sortir.

21/06/2019 - Toute reproduction interdite


Perrine Curvale
DR
De Peggy Porquet

À découvrir

ABONNEMENT

80 journalistes
indépendants
sur le terrain,
pour vous !

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement

Newsletter FILD
Soutenez-nous

Parce que la presse indépendante est un pilier de la démocratie!

Abonnement 80 reporters engagés sur le terrain

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement