International | 4 février 2021

Émirats Arabes Unis : « La diplomatie de la Fraternité humaine »

De Francis Mateo
2 min

Les Émirats Arabes Unis ont inspiré aux Nations Unies la « Journée internationale de la fraternité humaine », qui sera célébrée chaque 4 février. Nouveau symbole dans le prolongement d'une stratégie de séduction diplomatique.

                Par Francis Mateo.

 

    

Le 4 février sera désormais la « Journée internationale de la fraternité humaine » sur le calendrier de l'ONU. Cette date symbolique a été adoptée à l'initiative des Émirats Arabes Unis (appuyés par le Bahreïn, l'Égypte et l'Arabie Saoudite). La résolution a été coparrainée par 34 États membres des Nations Unies à l'issu d'un plaidoyer engagé de Lana Nusseibeh, ambassadeur et représentant permanent des EAU auprès de l'ONU : « ces dernières années, le monde a été témoin d'une augmentation spectaculaire de la violence, des discours de haine, de la xénophobie, du sectarisme religieux et d'autres formes de discrimination... Face à ces menaces transnationales, nous devons soutenir les initiatives qui encouragent la solidarité et l'unité entre les peuples dans un esprit de « fraternité humaine ». Dont acte. Au-delà du symbole, cet appel des dirigeants émiratis résonne avec l'actualité de ces derniers mois. À commencer par le rapprochement entre les différents pays du Golfe, et le réchauffement des relations avec le Qatar. Mais bien sûr aussi les accords d'Abraham signés avec Israël sous l'impulsion de Donald Trump, pour une normalisation des relations entre l'État Hébreu et les Émirats Arabes Unis et Bahreïn (et au-delà le Soudan et le Maroc). L'inauguration récente de l'ambassade d'Israël à Abu Dhabi en est la meilleure illustration.

Autant de manœuvres diplomatiques permettant aux EAU d'acquérir une visibilité sinon un protagonisme, et en tout cas de se refaire une image de conciliateurs sur la scène internationale.

La « Journée internationale de la fraternité humaine » s'inscrit d'ailleurs dans la suite logique du document de dialogue interreligieux conjointement signé le 4 février 2019 entre grand imam d'Al Azhar, Ahmad Al-Tayyib, et le pape François.

03/02/2021 - Toute reproduction interdite.


Le pape François serre la main du grand imam d'al-Azhar, cheikh Ahmed al-Tayeb, après avoir signé un document sur la lutte contre l'extrémisme, lors d'une réunion interreligieuse à Abu Dhabi, le 4 février 2019.
Tony Gentile/Reuters
De Francis Mateo

À découvrir

ABONNEMENT

80 journalistes
indépendants
sur le terrain,
pour vous !

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement

Newsletter FILD
Soutenez-nous

Parce que la presse indépendante est un pilier de la démocratie!

Abonnement 80 reporters engagés sur le terrain

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement