Écran de veille, la revue du site GlobalWatchAnalysis, est enfin sortie en kiosque. Entre résistance à l’islamisme, prospective géostratégique et grand reportage : présentation d'une ligne éditoriale originale et ambitieuse par Atmane Tazaghart, journaliste et écrivain, fondateur et directeur de la revue.

Entretien conduit par Marie Corcelle

Fild : Comment est née la revue Écran de veille ?

Atmane Tazaghart : C’est un mensuel que nous venons de lancer en kiosque, mais qui existe déjà depuis 2019 en version numérique. À l’époque, nous avions créé le site GlobalWatchAnalysis, dédié à la veille sécuritaire, à la lutte antiterroriste et à la résistance au fanatisme. La revue est donc l’émanation de ce site en format papier.
Nous espérons que cette nouvelle formule nous permettra de nous faire connaître davantage. Par abonnement, nous étions moins connus du grand public. Nos sujets consacrés notamment aux Qatar papers ou au phénomène islamiste s’adressaient essentiellement aux spécialistes de ces questions, qui restent au cœur de notre lectorat. Mais toutes les découvertes depuis deux ans sur l’entrisme des Frères musulmans en France ont davantage suscité l’intérêt du grand public. Je crois qu’il est aujourd’hui beaucoup plus réceptif sur ces sujets : c’est pour cela que nous avons décidé de lancer la publication papier.

Fild : Quelle est votre ligne éditoriale ?

Atmane Tazaghart :
Elle repose sur la lutte contre le fanatisme sous toutes ses formes, que ce soit l’islamisme, l’antisémitisme, le racisme, le complotisme… Toutes les sortes de dérives que nous vivons, en réalité. Pour résister, nous avons fait le choix de faire du site et du mensuel un espace de débats d’idées. Nous pensons que résister au fanatisme et à l’intolérance se fait par la confrontation et la pensée critique.

Fild : Qui compose votre rédaction ?

Atmane Tazaghart : Nous avons une petite équipe de cinq journalistes. L’essentiel de nos contributeurs sont des experts, comme Roland Jacquard en matière de terrorisme, Christian Malard en politique internationale, ou Martine Gozlan pour les questions du Moyen-Orient… C’est une petite rédaction qui anime à la fois le site et le mensuel.


Fild : Quelle est la place du grand reportage ?

Atmane Tazaghart : Nous avons une rubrique « investigation » et nous avons parmi nous des grands reporters, comme Jean-Marie Montali et Ian Hamel… Sur les dossiers que nous traitons, qu’il s’agisse de terrorisme ou de populisme, il y a toujours ce côté investigation pour que ça ne soit pas uniquement de l’analyse, afin d’éclairer des phénomènes. Cela se fait par un travail de terrain et de fond, ce qui apporte un plus, et suscite beaucoup plus le débat d’idées. Il ne suffit pas de dire qu’il y a des dérives qui sont contraires aux valeurs humanistes et universalistes, il faut à chaque fois démonter les mécanismes de fonctionnement de toutes ces tendances, et cela ne peut se faire que par l’enquête et le grand reportage.

04/11/2021 - Toute reproduction interdite



© DR
De Fild Fildmedia