Société | 13 avril 2021

Décès du Prince Philippe : le sempiternel naufrage idéologique du Monde

De Roland Lombardi
3 min

Le 9 avril dernier, le Prince Philip est décédé à l’âge de 99 ans. Alors que les hommages internationaux se succédaient, le journal Le Monde s’est fendu d’un article frôlant l'indignité pour annoncer la mort de l’époux de la Reine du Royaume-Uni, Élisabeth II. Retour sur une nouvelle preuve du naufrage idéologique de la « référence » journalistique française.   

La chronique politique de Roland Lombardi.

Fondé en 1944, Le Monde s’est imposé au fil des décennies comme une institution. Voulu à ses débuts comme un « journal de prestige » (de Gaulle), le quotidien va s’émanciper progressivement du pouvoir sous l’influence de son fondateur, Hubert Beuve-Mery, pour devenir LA référence intellectuelle du journalisme français, dans le pays comme à l’étranger.

Considéré pour avoir une ligne éditoriale de centre-gauche, parfois rebelle mais toujours respectueuse et sérieuse, le journal va pourtant commencer à perdre de sa superbe et connaître, à partir des années 1970, une lente dérive vers un gauchisme militant …

Le 9 avril dernier, soit quelques minutes après l’annonce du décès du prince Philip, Le Monde publiait ainsi un article nécrologique déclenchant un certain nombre de protestations.

Et pour cause, si le titre passait encore, « Philippe, Prince des bourdes », son chapô puis son contenu suscitent de vives réactions : « le Prince Philip, mort vendredi à l'âge de 99 ans, a souvent fait montre d'une certaine condescendance aristocratique, voire de xénophobie ou de racisme impérial ».

Au-delà de rappeler les gaffes et les plaisanteries princières, certes très « british » et souvent, il est vrai, un peu « lourdes » auxquelles il nous avait habituées, le papier du Monde nous sert une litanie nauséeuse d’antiracisme.

Signe flagrant d’un manque total de tact et d’égard devant la mort d’un homme, cet article, digne d’un tract indigéniste, confirme le naufrage idéologique du « grand » quotidien français. Il témoigne également que celui-ci poursuit sa soumission à une sorte de « meghanisme » pavlovien de rigueur. Ainsi qu’à l’esprit victimaire du « woke », à l’instar d’« illustres » journaux d’outre-Atlantique comme le New York Times qui vient notamment de défendre et faire l’éloge de… l’UNEF, dont on connait les dérives.

Il était donc inévitable pour Le Monde d’égratigner le prince d'Édinbourg, symbole de tout ce qu’une certaine intelligentsia exècre : un grand aristocrate blanc, né lorsque le grand empire colonial britannique régnait toujours sur le monde et que le grand Winston Churchill n’était encore qu’un député sulfureux à la Chambres des communes…

Or, il serait bon de rappeler que la mère du prince Philip, la princesse Alice de Battenberg, fut honorée comme « Juste parmi les nations » pour avoir sauvé des juifs pendant la Shoah dans une Grèce occupée, alors que toute sa famille avait choisi le chemin de l’exil.

Quant à Philip, au-delà d’avoir été pendant soixante-neuf ans un prince consort d'une classe et d’une élégance remarquables et l’un des dignes représentants de cette grande aristocratie européenne, il fut également un homme de devoir, d'honneur et un vrai combattant de la Liberté – lui ! –, puisqu’il combattit le nazisme en servant comme officier dans la Royal Navy durant la Seconde Guerre mondiale.

La monarchie britannique est ce qu'elle est. Nous Français, nous connaissons mieux que quiconque le rôle historique, en bien ou en mal, de la « perfide Albion ». Or, il y a des circonstances où le respect s’impose.

Malheureusement, ce mot ne fait vraisemblablement pas parti du vocabulaire des ayatollahs de la bien-pensance…

Roland Lombardi est historien, consultant en géopolitique et spécialiste du Moyen-Orient. Il est analyste et éditorialiste pour Fild. Il est l'auteur de plusieurs articles spécialisés. Ses derniers ouvrages sont Les trente honteuses, ou la fin de l'influence française dans le monde arabe et musulman (VA Editions, 2019) et Poutine d'Arabie, comment la Russie est devenue incontournable en Méditerranée et au Moyen-Orient (VA Editions, 2020).

@rlombardi2014

https://www.facebook.com/Roland-Lombardi-148723348523778

13/04/2021 - Toute reproduction interdite


Le prince Philip, assiste à une parade pour marquer la finale du 1664 Global Challenge, sur le parvis du palais de Buckingham, le 2 août 2017.
© Hannah Mckay/Reuters
De Roland Lombardi

À découvrir

ABONNEMENT

80 journalistes
indépendants
sur le terrain,
pour vous !

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement

Newsletter FILD
Soutenez-nous

Parce que la presse indépendante est un pilier de la démocratie!

Abonnement 80 reporters engagés sur le terrain

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement