Cynthia Farahat est membre du Middle East Forum et l’une des co-fondatrices du Parti libéral égyptien, qui fut le premier parti politique libéral laïc de l'histoire de l'Égypte moderne.  Elle est notamment co auteure du livre Desecration of a Heavenly Religion  (ed. EUHRO) qui décrypte la loi égyptienne sur le blasphème, interdit par l’université al-Azhar du Caire en 2008. Le travail de Cynthia sur la lutte contre le terrorisme islamiste a conduit les services de renseignement libanais à lui interdire l'accès au pays du Cèdre. Elle figure sur la liste de personnes ciblées par Al-Qaida. En 2011, l'enlèvement de son frère et l'assassinat d’un de des amis proches l'ont amenée à se réfugier aux Etats-Unis. Entretien exclusif avec une femme d’exception. 

Vous avez été placée sur la liste des cibles de l’organisation Al Qaïda. Pourquoi?

En octobre 2008, une personne anonyme m'a adressé une liste de correspondances en ligne, qui comprenait les noms et les photos de militants antithéocrates égyptiens qui devaient être tués. Mon nom et ma photo y figuraient.

Lorsque j'ai vu la liste pour la première fois, j'ai supposé qu'elle avait été compilée par un islamiste au hasard, mais plus tard, j’ai reçu un appel téléphonique d'un membre de la sécurité de l'État égyptien. Il m’a révélé que la liste avait été rédigée par un membre d'Al-Qaida en Égypte (…). Il s’agissait du terroriste égyptien Abu-Islam Ahmed Abdallah, l'un des islamistes les plus dangereux du pays.

Abdallah, en collaboration avec l'Université islamique Al-Azhar, est à l'origine de ce que l'on appelle aujourd'hui au Moyen-Orient le "cyberdjihad", a savoir recruter des terroristes, terroriser des opposants en ligne, utiliser Internet pour préparer des attentats.

Abdallah avait une organisation au Caire, où il a formé de jeunes hommes à utiliser Internet pour faire avancer la cause du terrorisme islamique. Bien que son centre ait été fermé, son forum en ligne est toujours opérationnel. Premier groupe organisé à recruter des terroristes via le net, il a commencé ses activités avant les attentats du 11 septembre. Sous le régime de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak, les islamistes avaient presque toute liberté pour faire ce qu'ils voulaient. L'agent de sécurité de l'État que j’ai mentionné m'a également menacée en disant qu'il enverrait Abdallah chez moi si je n'arrêtais pas d'utiliser Internet pour dénoncer les islamistes et leurs relations avec le régime Moubarak. Je savais que ce n'était pas une menace en l'air (…)

Quelle est l'influence actuelle des Frères musulmans sur la société civile américaine ?

Malheureusement, ils sont très puissants aux États-Unis. Les Frères musulmans ont utilisé la liberté de l'Amérique et le manque de connaissances de son gouvernement sur leur groupe pour nuire au pays. Dans un document des Frères musulmans intitulé "L'exposé des motifs", les Frères ont exprimé leur intention de détruire la "maison misérable" de l'Occident, en infiltrant la société occidentale et ses institutions, et en les subvertissant de l'intérieur.

En 2004, ce document a été découvert par le FBI aux États-Unis. Il a été présenté comme preuve dans le procès pour financement du terrorisme de la Fondation de Terre Sainte, en 2008, la plus importante affaire de financement du terrorisme de l'histoire des États-Unis.

Le plan des Frères musulmans fonctionne très bien: ils ont manipulé des organisations islamiques aux États-Unis ainsi que les dirigeants d’ importantes mosquées du pays. Je suis fréquemment contactée par des musulmans d'Amérique, qui me disent que les Frères les ont menacés et agressés - souvent à l'intérieur des mosquées - dans l’objectif de réduire au silence les voix de la modération dans l'Islam.

Y a - t - il des Frères musulmans autoproclamés travaillant actuellement dans les institutions américaines ?

Il y a très peu d'agents des Frères musulmans "autoproclamés" en Amérique, car il s'agit d'un groupe clandestin. Comme la plupart des groupes terroristes et criminels, il est contraire aux intérêts de leurs membres de faire connaître publiquement leur affiliation. Les membres peuvent être identifiés en observant leur comportement pro-islamiste, leur utilisation d’une propagande spécifique créée par les dirigeants de la Fraternité, et leurs liens personnels avec des dirigeants connus de cette même Fraternité. (…) La majorité des personnes qui répondent à ces critères sont susceptibles d'être membres des Frères musulmans.

Quel est le poids de CAIR (Conseil des relations Américano - Islamiques) aux États-Unis ?

CAIR est un groupe de façade pour les Frères musulmans aux États-Unis, il n'est puissant que dans les cercles politiques. Il est assez impopulaire et considéré comme un groupe extrémiste radical par la plupart des musulmans américains. Selon un sondage Gallup de 2011, seulement 12 % des musulmans américains croyaient que CAIR les représentait. Beaucoup de choses ont changé depuis 2011. Par exemple, les Émirats arabes unis ont désigné CAIR comme une organisation terroriste en 2014, (…) je suppose que le nombre de musulmans qui croient que CAIR les représente est maintenant inférieur à 12 %.

Les appels de CAIR au boycott de plusieurs marques comme Nike ont-ils un impact sur la société américaine ?

Bien que les appels au boycott de Nike n'aient pas beaucoup affecté l'entreprise à court terme, il est généralement stupide pour une entreprise de politiser sa marque, et les effets à long terme sur son image et ses bénéfices sont difficiles à prévoir.

Quel est l'avenir de DAWN, la fondation de feu Jamal Kashoggi, le journaliste saoudien assassiné en octobre dernier, enregistrée dans l’Etat du Delaware ?

Ce sera très intéressant à voir. Je crois que les facteurs qui déterminent l'avenir de DAWN dépendent de la capacité des Frères musulmans à utiliser leur organisation comme levier contre le régime saoudien actuel. Bien que ce qui est arrivé à Khashoggi soit vraiment horrible - aucun pays au monde ne devrait être autorisé à utiliser son ambassade comme abattoir -, Khashoggi n'était pas un simple journaliste. Il était un membre des Frères musulmans et un ami personnel d'Oussama ben Laden.

Khashoggi a travaillé pour les services de renseignements saoudiens pendant les attaques terroristes du 11 septembre 2001. Il était un homme incroyablement ambigü, et il sera intéressant de voir si son organisation sera utilisée comme un moyen de pression sur le régime saoudien.

03/04/2019 - Toute reproduction interdite


Des étudiants de l'Université du Caire qui appuient les Frères musulmanset soutiennent le président évincé Mohamed Morsi crient des slogans avec des signes de Rabaa lors d'une manifestation contre le ministère militaire et intérieur sur le campus un
Amr Dalsh/Reuters
De Peggy Porquet