Santé | 27 janvier 2021

Covid-19 : les résultats prometteurs de la plitidepsine

De Francis Mateo
4 min

La société espagnole PharmaMar a testé avec succès un médicament permettant de stopper la charge virale su Sars-Cov-2, et d'éviter les infections aiguës causées par le virus. Selon une étude publiée dans le magazine Science, la plitidepsine serait cent fois plus efficace que le remdesivir.

 

Par Francis Mateo

PharmaMar est une valeur en forte hausse à la bourse de Madrid. Le laboratoire espagnol recueille ainsi les premiers fruits de l'étude publiée dans le magazine Science par Adolfo García-Sastre et Nevan Krogan* sur la plitidepsine, un antitumoral très prometteur pour lutter contre le Sars-CoV-2, y compris dans sa variante britannique. L'article met en lumière le « fort potentiel antiviral » du médicament espagnol commercialisé sous la marque Aplidin, en comparaison d'autres antiviraux utilisés dans le traitement du coronavirus. Concrètement, la plitidepsine serait 100 fois plus efficace que le remdesivir du laboratoire Gilead face au Covid-19, selon les auteurs, avec une toxicité limitée. Cette étude réalisée après des tests de laboratoire sur des rongeurs, souligne que la plitidepsine a une puissante efficacité préclinique grâce à l’inhibition d’un facteur hôte de la protéine eEF1A. Les chercheurs notent ainsi une réduction de la reproduction virale et une diminution de 99 % de la charge virale dans les poumons des animaux traités. La plitidepsine n'attaque donc pas directement le virus, mais exerce son activité antivirale en inhibant cette protéine eEF1A. Les essais cliniques réalisés ont permis d’observer que la réplication virale dans les poumons des souris avait été réduite après l’administration de diverses doses du médicament. Cette réplication du Sars-CoV-2 dans les poumons est précisément celle qui conduit à des réponses immunitaires inflammatoires, innées et adaptatives, allant jusqu'à provoquer des dommages importants des tissus, et donc une dangereuse aggravation de l'état de santé des malades.

Vers un nouveau traitement

Le médicament élaboré à partir de la plitidepsine empêche donc la propagation du coronavirus dans le corps grâce à son effet inhibiteur. La protéine eEF1A avait d'ailleurs déjà été identifiée dans des études antérieures comme l'un des maillons importants dans le cycle de vie viral du Sars-CoV-2. Désormais, son rôle de cible médicamenteuse pour l'inhibition de la réplication virale est confirmé.

Les résultats de la nouvelle publication complètent l'essai clinique de phases I et II menés par PharmaMar dans les hôpitaux espagnols, où l'efficacité du médicament dans l'amélioration des cas sévères de Covid-19 a aussi été démontrée. « Les données que nous avons observées et les premiers résultats positifs de l'essai clinique de PharmaMar nous laissent penser que la plitidepsine devrait être sérieusement envisagée pour des essais cliniques élargis en vue d'un traitement du Covid19 », écrivent les auteurs dans le magazine Science.

Rappelons que le remdesivir, ainsi que la dexaméthasone (un stéroïde qui n'a pas la capacité d'inhiber la réplication du coronavirus), avaient été approuvés pour une utilisation d'urgence contre la Covid-19, avant une sévère mise en garde de l'OMS en novembre dernier : « Le médicament antiviral remdesivir n’est pas suggéré pour les patients admis à l’hôpital avec le Covid-19, quelle que soit la gravité de leur maladie. Car il n’y a actuellement pas de preuve qu’il améliore la survie ni qu’il ne permette d’éviter d’être placé sous ventilation artificielle ». Plus qu'une alternative, la plitidepsine apparaît donc comme une nouvelle voie dans le traitement du Sars-Cov-2. L'Agence espagnole du médicament vient d'ailleurs d’autoriser PharmaMar à réaliser les essais cliniques de phase III, dernière étape avant la mise sur le marché du médicament.

* Adolfo García-Sastre est virologue et co-directeur de l’Institute for Global Health au Mount Sinai Center de New York. Nevan Krogan est biologiste moléculaire canadien et professeur au Département de pharmacologie cellulaire et moléculaire de l’Université de Californie à San Francisco.



Fernando Ziminaicela/pixabay
De Francis Mateo

À découvrir

ABONNEMENT

80 journalistes
indépendants
sur le terrain,
pour vous !

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement

Newsletter FILD
Soutenez-nous

Parce que la presse indépendante est un pilier de la démocratie!

Abonnement 80 reporters engagés sur le terrain

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement