Analyses | 27 septembre 2019

Chirac, l’Homme

De Louis de Broissia
min

Louis de Broissia est membre Honoraire du Parlement et ancien ambassadeur. Il a accepté de nous parler de ‘’Chirac, L’Homme’’, qu’il a connu.

 

Les Français – qui furent pourtant souvent cruels à son endroit tout au long de son parcours politique incroyable - le pleurent, les opposants l’encensent, seuls certains vieux adversaires de sa famille, ou de ses alliés de naguère restent cois…

Une certitude, l’homme CHIRAC, son allure d’officier de cavalerie avec son parler de corps de garde, son courage évident devant l’adversité, son affection réelle pour « les gens » comme vous et moi composent un personnage attachant et aussi peu énarque que possible.

Le Maire de Paris, capable de cumuler avec la fonction de président de Conseil Général en Corrèze, sans oublier la responsabilité du RPR, a été aimé : parce qu’il s’occupait de la vraie vie et des vrais gens.

Un homme déterminé

Premier Ministre à deux reprises, Président de la République élu deux fois en douze ans, laissera-t-il une trace durable dans notre histoire ?

Il a marqué de sa fibre sociale le sort réservé aux handicapés, il eut la volonté de s’attaquer au chômage, il a attaqué avec détermination les pièges de la sécurité routière, il lança un programme de lutte contre les cancers, il fut un défenseur inspiré de notre agriculture. En résumé il fut actif  lors du septennat, avant de rater son quinquennat ; en dépit d’une élection à 82% des suffrages, il n’eut en effet pas l’audace d’un Chancelier Schroeder qui mit l’Allemagne sur la voie d’un redressement de longue durée.

Et nos grandes réformes sont un chantier à ouvrir avec retard ; que ce soit celui de la diminution drastique de la dépense publique, celui des retraites, celui d’un équilibre des territoires, de la sécurité, d’une immigration non subie, etc.

Dans le monde, Jacques Chirac est apparu déterminé, à l’opposé de certains dirigeants de son temps. Son soutien à Georges W. Bush le 11 septembre fut irréprochable ; son refus d’engager la France en Irak lui donna vite une allure gaullienne, qu’il démontra aussi entre Palestine et Israël. Mais l’Afrique fut maintenue dans les relations d’un bienveillant et amical post-colonialisme, et la voix de notre pays en Asie resta celle d’une puissance bien moyenne.

Lorsqu’il me fit le reproche de soutenir le Général Aoun (celui-ci en exil en France, devenu depuis Chef de l’État au Pays du Cèdre), je compris qu’il pouvait être victime de certaines amitiés trop marquées.

Ainsi, Jacques Chirac, le radical devenu gaulliste social, le patriote ouvert aux cultures les plus anciennes, l’homme que tous croyaient connaître (et qui pouvait surprendre même les plus proches) est rentré dans les riches heures de la France.

La leçon de son exceptionnel destin politique restera celle de la nécessaire incarnation de ceux qui ont l’honneur de nous représenter, un message pour chaque élu de la République !

 

28/09/2019 - Toute reproduction interdite


L'ancien président français Jacques Chirac (C) est applaudi alors qu'il arrive à la cérémonie de remise du Prix de la Fondation Chirac au musée du quai Branly à Paris, France, le 24 novembre 2011
Charles Platiau / Reuters
De Louis de Broissia

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don