Société | 15 décembre 2020

Ce que veulent les salariés : de la bienveillance

De Séverine Halopeau
4 min

La bienveillance fait partie du top 3 des nouveaux besoins des salariés* en entreprise. Employeurs et directions des Ressources Humaines confient ne pas toujours savoir comment répondre à cette demande croissante. Mot très à la mode, la bienveillance fait ainsi l’objet de confusions. Explications.

                                                                                                     Par Séverine Halopeau.

 

Du respect

Patrick**, consultant IT, confie : « Je veux simplement que l’on me respecte ! On ne peut plus accepter de travailler, dans ces conditions aussi toxiques. On a tout le temps la pression au travail : le boss qui te harcèle et qui te fait des critiques infondées, les collègues médisants qui vont s’approprier ton travail, pour se faire bien voir par la hiérarchie… C’est épuisant ».    

Comme Patrick, nombreux salariés souffrent au travail. Victimes de violence verbale, de harcèlement moral , ils ne parviennent à se sortir de ces situations toxiques. La pression et le stress rythment le quotidien des collaborateurs, qui se sentent « pressés comme des citrons ». Salariés-objets ? Pour eux, l’entreprise les exploite comme des ressources matérielles. On emploie un salarié comme on investit sur une machine : on utilise ses compétences, on espère y faire une plus-value et puis une fois « épuisé », on le laisse de côté, pour un « neuf ». Il devient nécessaire de reconsidérer les travailleurs, avec leur sensibilité d’être humain. Traiter un collaborateur avec dignité, c’est lui permettre d’exprimer ses émotions et de travailler dans un environnement sain.

De la gentillesse

En entreprise, les salariés adoptent de plus en plus de comportements égoïstes. Par conséquent, ils s’investissent de moins en moins pour le bien-être des autres collaborateurs. Ce désintérêt pour l’autre fait naître des ambiances de travail froides et menaçantes. Maya**, contrôleur de gestion, explique : « Quand tu arrives le matin et que tout le monde fait la gueule, que personne ne prend le temps de discuter 5 minutes avec toi… Tu n’as pas envie de venir travailler ! Les relations de travail sont trop déshumanisées. Elles se basent uniquement sur la productivité. Résultat : on ne prend même pas le temps de saluer un collègue, parce qu’on a du boulot en attente ! »

Aujourd’hui, les collaborateurs veulent travailler dans des environnements chaleureux. Il ne suffit pas de distribuer un bonjour ou même d’offrir tous les matins des croissants à son équipe. Il faut cultiver la gentillesse : sourire, être aimable, donner de son temps, offrir ses compétences, aider… Seulement, la gentillesse n’a pas bonne réputation, en entreprise. Les « gentils » sont souvent perçus comme des « personnes vulnérables », qui se font dominer par les autres. Ironiquement, certains collaborateurs associent également la gentillesse à la manipulation. Pour eux, les « gentils manipulateurs » utiliseraient leur gentillesse, pour arriver à leurs fins. Dans un monde où tout est profit, on ne peut être gentil « pour rien ».

Du positif

Environnements changeants, marchés concurrentiels, crise sanitaire, les entreprises font face à des contextes difficiles, qui ont des impacts sur l’environnement de travail des salariés. Certains font face à une surcharge de travail, d’autres au contraire, sont licenciés. Nombreux salariés ont peur de l’avenir incertain et se sentent menacés, en permanence. Ils ont besoin d’être rassurés et d’entendre des bonnes nouvelles.

Reda**, technico-commercial dans le secteur de l’électroménager, raconte : « J’en ai marre d’avoir tout le temps de mauvais retours sur ce que l’on entreprend, d’entendre tout le temps des mauvaises nouvelles. Et puis, c’est toujours la même chose : on n’a pas de budget, on fait du bricolage, le client n’est pas satisfait et ça ne va pas… C’est démotivant ».

Partager des bonnes nouvelles et des informations positives est source de motivation pour les collaborateurs. Ce partage leur donne de la force pour garder le moral et même, être plus performant. Les salariés attendent de leur hiérarchie des encouragements sincères et constructifs.

De l’empathie

Les collaborateurs ont besoin de sentir leur hiérarchie « proche » de leur quotidien. Ils attendent que leurs supérieurs soient capables de « se mettre à leur place ». Adélie**, serveuse, confie : « C’est peut-être naïf de dire ça, mais j’aimerais parfois que mon boss se mette à ma place, qu’il cherche à comprendre dans quelles conditions je travaille… J’aurais l’impression qu’il me prend au sérieux quand je lui parle ! ».

L’empathie est la nouvelle compétence tendance à adopter. Elle s’associe à la recherche de la connaissance de l’autre. Seulement, est-ce si facile d’être empathique ? Nous ne sommes pas toujours disponibles pour écouter activement une personne. Nous ne sommes pas toujours capables de comprendre les sentiments d’un autre. L’empathie au travail est d’ailleurs un sujet controversé. Par exemple, le manager « empathique à l’extrême » pourrait avoir des difficultés à atteindre ses propres objectifs de travail. La demande d’empathie semble surtout traduire un besoin de disponibilité : les collaborateurs veulent que leur hiérarchie prenne le temps de les écouter et de les comprendre.

Un droit au télétravail, de la reconnaissance et de la bienveillance : telles sont les demandes actuelles des salariés. Traversant une telle période de crise, les salariés ont d’autant plus besoin d’avoir confiance et d’être soutenu, par leur employeur.

 

* Voir les premières analyses : « Ce que veulent les salariés : un droit au télétravail » ; « Ce que veulent les salariés : de la reconnaissance ».

** Extraits d’entretiens réalisés dans le cadre de cette analyse. Pour respecter l’anonymat des personnes, leur nom a été changé.

15/11/2020 - Toute reproduction interdite


Joseph Mucira/Pixabay
De Séverine Halopeau

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don