Analyses | 16 septembre 2018

Catalogne, un an après

De GlobalGeoNews GGN
min

Un an après la déclaration d’indépendance qui a plongé l’Espagne dans une crise politique inédite, le mouvement séparatiste conserve sa force de mobilisation mais évite la confrontation avec Madrid.  Par Aurélie Chamerois

Mardi 11 septembre 2018, plus d’un million d’indépendantistes ont répondu présents au premier rendez-vous de ce nouvel automne catalan. Une énième démonstration de force du mouvement, organisée à l’occasion de la fête nationale de la Catalogne. Malgré neuf leaders placés en détention provisoire depuis la déclaration d’indépendance et l’exil belge de l’ancien président Carles Puigdemont, le séparatisme continue de mobiliser ses fidèles. Quim Torra, nouveau leader de la région, a lui-même appelé à des mois de manifestations pacifiques pour commémorer les événements de l’automne dernier. “La stratégie séparatiste implique de maintenir la tension jusqu’à la fin du procès des dirigeants qui ont déclaré l’indépendance, estime le politologue Gabriel Colomé, la sentence attendue au printemps prochain sera alors probablement très sévère, et ils pourraient y trouver un nouveau souffle pour créer une confrontation avec l’Espagne, peut-être semblable à celle de fin 2017”.

Mais pour l’instant, les partis indépendantistes restent prudents, évitant de nouvelles poursuites judiciaires et testant la persévérance de leurs troupes sur le terrain. Le nouveau gouvernement socialiste à Madrid a également déstabilisé leur stratégie de confrontation, Pedro Sanchez se montrant ouvert à une négociation pour une autonomie renforcée de la région. “C’est le moment de dialoguer et d’écouter” assurait de son côté Quim Torra début septembre.

Le tourisme, principale victime de la crise politique

Dans les milieux économiques, on estime aussi que la tempête est passée. “La crise a finalement duré très peu de temps, et la Catalogne reste une région extrêmement attractive” indique l’économiste Joaquim Sola. La région affiche une croissance interannuelle de 3,1% au deuxième trimestre 2018, légèrement supérieure à la moyenne espagnole (2,7%), et un taux de chômage qui continue de baisser (11,4%).

Quid des grandes entreprises comme la Caixa ou la Banque Sabadell qui ont quitté la Catalogne au plus fort de la crise politique? “Elles ont simplement changé leur siège social, et non leur siège fiscal ou leurs bureaux, répond Joaquim Sola, cela n’a donc eu aucun effet sur l’économie catalane”. Quant à l’impact sur les investissements étrangers, il est encore trop tôt pour l’évaluer selon le professeur d’économie, les prises de décision s’étalant généralement sur plusieurs années.

Le secteur du tourisme semble en revanche avoir particulièrement souffert des tourments politiques de l’automne dernier, avec une chute de 5% du taux d’occupation cet été, due en grande partie à une baisse de fréquentation de 11,7% des touristes espagnols. Pour Manel Casals, directeur du syndicat des hôteliers de Barcelone, la capitale catalane “ne fonctionne pas comme elle le devrait”, notamment à cause de l’agitation indépendantiste mais aussi “des retards de vols à l’aéroport du Prat et de la grève des chauffeurs de taxis”.

Barcelone reste toutefois la ville la plus visitée d’Espagne avec 233.749 voyageurs et 1,8 million de nuitées en juillet dernier.


Manifestations : chiffres police muncipale de Barcelone

Autres chiffres : Institut National des Statistiques espagnol (INE)

17/09/2018 - Reproduction interdite


Un touriste canadien prend une photo avec une Estelada (drapeau séparatiste catalan) enroulée autour de ses épaules avant une réunion politique en faveur du référendum sur l'indépendance interdit le 1er octobre devant l'Université de Barcelone à Barc
De GlobalGeoNews GGN

À découvrir

ABONNEMENT

80 journalistes
indépendants
sur le terrain,
pour vous !

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement

Newsletter FILD
Soutenez-nous

Parce que la presse indépendante est un pilier de la démocratie!

Abonnement 80 reporters engagés sur le terrain

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement