| 3 juillet 2019

Bruit de bottes dans le Golfe Arabo-Persique

De GlobalGeoNews GGN
min

Alors que les tensions entre l’Iran et les États-Unis sont montées d’un cran, la Paris School of Business (PSB) a organisé à l’Assemblée Nationale, le vendredi 21 juin, un colloque dont le thème était : « Regain de tensions dans le Golfe arabo-persique ». Par Charles Thomé.

Deux tankers coulés dans le Golfe. Un drone américain abattu le 20 juin dernier par un missile iranien. C’est dans ce contexte de tensions que la Paris School of Business (PSB) a organisé un colloque ayant pour thème « Regain de tensions dans le Golfe arabo-persique ». Comme l’explique Frédéric Encel, expert en géopolitique, maître de conférences à Science Po et modérateur lors des débats, « les tensions dans le Golfe arabo- persique existent depuis plus d’une décennie. Cela ne date pas d’hier ».

Bruit de bottes dans le Golfe

C’est dans une salle de l’Assemblée Nationale remplie par 200 personnes que se succèdent deux tables rondes dont la première s’intitule « Bruit de bottes dans le Golfe ». « L’objectif est de faire remarquer que la montée de ces tensions est l’étape ultime avant la guerre. La crise est croissante ». Un système d’alliance est en place, explique le spécialiste. « On est sur la continuité de l’axe chiite - Iran, Irak, Syrie, Liban - au nord de l’Arabie Saoudite […] l’Iran perpétue l’exportation de la révolution islamique partout où il peut ». Pour lui, le Golfe arabo-persique est le lieu d’une nouvelle « guerre froide ». Et c’est au Yémen que se joue la « guerre par procuration » entre l’Iran et l’Arabie Saoudite. Téhéran « intervient pour aider les rebelles Houtis à prendre le pouvoir » tandis que Ryad lutte contre un deuxième axe chiite en formation, au sud.

Selon le géopolitologue, l’Iran avance ses pions partout. « Le Hezbollah est présent au Liban, mais également en Syrie où il tente d’implanter des bases. C’est pour empêcher l’installation de celles-ci qu’Israël a recourt à des frappes ». Selon l’expert, l’intervention d’Emmanuel Razavi à ce sujet était particulièrement intéressante car « il a évoqué la présence du Hezbollah au Yémen en insistant sur le fait qu’il forme des combattants sur place (…) Ce groupe (Hezbollah) possède en fait une forte capacité de nuisance ».

Difficultés politiques à répondre à la crise

Encel l’explique très justement : « Il est strictement impossible de faire quoi que ce soit sans l’aval des Américains. Ils disposent de la plus importante flotte dans le Golfe et possèdent plusieurs bases militaires dans la région ». Les invectives sont désormais courantes entre les chefs d’États américains et iraniens. Mais jusqu’à quel point ? « Le grand changement, c’est l’élection de Trump, en 2016 et la sortie de l’accord nucléaire iranien par celui-ci en 2018 ». Dans ce conflit, la France joue le rôle de modérateur. « L’année dernière, Emmanuel Macron a appelé les États-Unis à renégocier l’Accord de Vienne sur le nucléaire iranien plutôt que d’en sortir ».

Zone maritime extrêmement fréquentée, le détroit d’Ormuz est un espace international situé au cœur des tensions. Constituant une voie commerciale essentielle du trafic international, 30 % du commerce mondial des hydrocarbures y transite. L’Iran menace ainsi régulièrement de le bloquer en cas d’intervention militaire américaine, ce qui aurait un effet néfaste pour les économies asiatiques et européennes.

Dans la zone, le risque principal n’est toutefois pas « une escalade militaire, mais un risque d’accident entre les flottes aériennes et maritimes sur place », conclue Frédéric Encel. Pour le géopolitologue, « personne n’a en effet intérêt au conflit, notamment l’Iran qui n’a aucun allié de poids. La Russie n’est qu’un partenaire de ce pays, contrairement aux États-Unis qui eux, sont un réel allié militaire de l’Arabie Saoudite ».

02/07/2019 - Toute reproduction interdite


Frédéric Encel
GlobalGeoNews.com
De GlobalGeoNews GGN

À découvrir

À découvrir

Aucun article disponible
ABONNEMENT

80 journalistes
indépendants
sur le terrain,
pour vous !

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement

Newsletter FILD
Soutenez-nous

Parce que la presse indépendante est un pilier de la démocratie!

Abonnement 80 reporters engagés sur le terrain

Découvrez nos offres à partir de

1€/mois

Je m’abonne

sans engagement

à lire aussi

à lire aussi

Aucun article disponible