Analyses | 8 juillet 2020

BeoutQ, quand l'Arabie Saoudite pirate les chaines sportives du Qatar

De Antoine Grynbaum
min

BeIN Sports, l'étendard de la puissance télé du Qatar, subit depuis des années les attaques de Riyad, qui a mis en place un diffuseur du nom de beoutQ (en opposition avec beIN), sur la base de boitiers et d'applications pirates, pillant allégrement les programmes du groupe audiovisuel qatari.

                                                        Les dessous de l'affaire avec Antoine Grynbaum

 

Le dossier a pris un tournant politique et mondial il y a quelques semaines. Le sujet occupe pourtant les experts du marketing sportif depuis des lustres, sans que cela ne chagrine grand monde.

Riyad pirate les chaines de son ennemi qatari par le biais du satellite Arabsat et propose les programmes de beIN gratuitement à ses populations, et alors ? Le piratage des programmes sportifs achetés très chers par les détenteurs est un fléau, et le streaming illégal une perte de revenus, et alors ? Qui s'en soucie vraiment ? Pas grand monde jusqu'à ce communiqué de l'OMC le 17 juin dernier sur la base d'un rapport de 138 pages : « Le Groupe spécial (chargé de la mission) conclut que l'Arabie Saoudite a agi d'une manière incompatible avec l'article 42 et l'article 41 : 1 de l'Accord sur les ADPIC (aspects des droits de propriété intellectuels qui touchent au commerce) en prenant des mesures qui ont, directement ou indirectement, eu pour résultat d'empêcher beIN d'engager un conseil juridique saoudien pour faire respecter ses droits de propriété intellectuelle par le biais de procédures civiles à cet effet devant les cours et tribunaux saoudiens ».

Doha pourra-t-il attaquer Riyad devant des tribunaux saoudiens ? Il est permis d'en douter. Alors, quelles condamnations risque le régime saoudien ? Le rapport de l'OMC sera-t-il suivi d'effets ?

Seule une grande organisation internationale pourrait déclencher le mouvement, mais cela ne semble pas être le cas alors que les rapports de force fluctuent sans cesse dans le Golfe actuellement. En fait, jamais une affaire sportivo-politico-commerciale n'a pris autant d'ampleur, et beIN Media Group a d'ailleurs lancé plusieurs procédures judiciaires pour tenter d'obtenir réparation du préjudice subi (plus d'un milliard d'euros selon le groupe).

Quand le championnat d'Italie se retrouve pris au piège du conflit entre les deux pays

Mais au-delà de cette guerre entre beIN et beoutQ, s'est jouée récemment une confrontation d'un autre ordre. Le Qatar a reproché au foot italien de s'être rapproché des Saoudiens, et notamment d'avoir organisé sa dernière Supercoupe d'Italie, en décembre à Djeddah.

Et de quelle manière le Qatar s'est-il vengé ? BeIN Sports a tout simplement refusé de diffuser les matchs de reprise post-Covid du Championnat d'Italie courant juin, en France et dans d'autres pays... Les choses étant rentrées dans l'ordre quelques jours plus tard sans que la chaîne ne donne de raison précise sur l'accord signé avec la ligue italienne.

Que peut-on imaginer ? Que le groupe audiovisuel en ait profité pour mettre la pression, et régler au passage le différend sur les négociations liées au dédommagement du montant des droits TV déjà réglés (150 millions d'euros pour des droits de diffusion sur 36 territoires) pour cette saison.

BeIN Sports a-t-elle récupéré une partie de l'argent déjà versé, considérant que le montant des droits ne pouvait plus être le même pour des matchs à huis-clos, et non dans des stades pleins à cause du coronavirus ? A l'arrivée, un peu de géopolitique, des moyens de rétorsion, et surtout l'idée de faire payer cher, le plus cher possible, tous ceux qui se rapprocheraient d'un peu trop près de Riyad et MBS.

 

09/07/2020 - Toute reproduction interdite


Un Saoudien fume la shisha en regardant une émission sur les temps forts de la Bundesliga, piratée par beoutQ, dans un café local de Khobar, en Arabie Saoudite, le 2 août 2019
Hamad I Mohammed/Reuters
De Antoine Grynbaum

À découvrir

ABONNEMENT

Offre promotionnelle

À partir de 4€/mois Profitez de l’offre de lancement.

Je m’abonne
Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter fild

Recevez l'essentiel de l'info issue du terrain directement dans votre boîte mail.

Je m'inscris
Faites un don

Soutenez fild, média de terrain, libre et indépendant.

Nos reporters prennent des risques pour vous informer. Pour nous permettre de travailler en toute indépendance,

Faire un don